LES MERCENAIRES TCHADIENS ENVAHISSENT L’OUHAM

Vendredi 05 janvier 2018 : 10H35

LES MERCENAIRES TCHADIENS ENVAHISSENT L’OUHAM ET L’OUHAM-PENDE, SEMENT LA TERREUR ET LA DESOLATION AU SEIN DES POPULATIONS

Des soldats tchadiens de la misca traversent bangui devant des soldats francais 3Rien ne va plus dans les préfectures de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé. Chaque jour qui passe amène son lot de malheurs. Les affrontements intergroupes armés font rage. Ils opposent depuis plusieurs jours les combattants de l’ex-coalition Séléka aux Anti-Balaka de la région. Ces affrontements se déroulent dans la ville de Markounda et aux environs de Paoua.

D’après un habitant de la ville de Markounda, les combats entre les combattants de la Séléka et les hommes du mouvement Révolution-Justice (R-J) du défunt Raymond Bélanga ont déjà fait six (6) morts dont quatre (4) côté R-J et deux (2) dans le rang de la Séléka. On compte aussi des blessés dans les deux (2) camps. Pour le moment, il est difficile de les prendre en charge dans le domaine sanitaire, faute de structures hospitalières dans la localité. Seront-ils transférés dans un centre de santé le plus proche pour recevoir des soins adéquats ? Difficile de le dire. Aujourd’hui, un calme précaire règne dans la ville. Les déplacés qui se sont entassés dans la paroisse de ladite ville sont sains et saufs. Ils bénéficient de la protection des Casques Bleus de la Minusca mais leurs conditions de vie se détériorent de jour en jour. Ils demandent aide et assistance au gouvernement, aux ONG et aux personnes de bonne foi. Mais à en croire la Minusca, la ville est sous leur contrôle. Les Casques Bleus ont-ils chassé les combattants qui se sont affrontés dans la ville au début de cette semaine ? Les habitants qui ont trouvé refuge dans les sites des déplacés ont-ils déjà regagné leurs domiciles respectifs ? Autant de questions qui demandent des éclaircissements.

Dans la préfecture voisine de l’Ouham, à savoir l’Ouham-Péndé, les affrontements se poursuivent au quotidien, toujours entre les hommes de la Séléka et du mouvement R-J. Le bilan de ces combats n’est pas encore rendu disponible. Comme le malheur ne vient jamais seul, les mercenaires tchadiens ont à leur tour envahi trois (3) communes qui se trouvent respectivement dans les préfectures de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé. Ces hommes sans foi, ni conscience, ni âme sèment la terreur et la désolation au sein des habitants de ces communes. Ils ont complètement envahi ces localités et arrachent de force entre les mains des villageois leurs produits agricoles. Leurs animaux domestiques sont aussi emportés sans oublier d’autres biens de grande valeur. Ne sachant quoi faire, nombreux ont pris la direction du Nord pour se refugier probablement au Cameroun ou dans d’autres villes de la RCA. Ceux qui ont fui à Paoua demandent au gouvernement de déployer des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans lesdites communes pour protéger les populations et défendre l’intégrité du territoire national contre ces envahisseurs tchadiens et autres.

Comment comprendre l’entrée massive des militaires tchadiens sur le sol centrafricain, alors que le président Deby Itno avait officiellement fermé ses frontières avec la RCA ? Cette situation dépasse notre entendement humain. L’ombre du Tchad plane toujours sur la crise centrafricaine. Et à l’allure où vont actuellement les choses, les préfectures de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé risquent à la longue d’être annexées par ces mercenaires tchadiens.

Nourredine Adam, Mahamat Alkhatim, Abdoulaye Hissène et tant d’autres qui sont leurs pions en Centrafrique peuvent jouer un rôle déterminant, capital dans cette annexion. Les agissements de ces derniers doivent être pris au sérieux par le gouvernement et la Minusca pour préserver l’indivisibilité de la RCA.

Si rien n’est fait dans ce sens, alors les préfectures de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé passeront sous le contrôle des mercenaires tchadiens, pourquoi pas du Tchad de Deby. Un adage dit, « un homme averti en vaut deux ». A vous de deviner le reste.

 

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire