LES LEADERS POLITIQUES TOURNENT LE DOS

Jeudi 19/10/2017 : 11H42

LES LEADERS POLITIQUES TOURNENT LE DOS A LA POPULATION ET SE

PREPARENT ACTIVEMENT POUR 2021 : ONT-ILS OUBLIE SI VITE

LE VOTE-SANF a nguendet 1CTION DE 2015-2016 ?

Dans un communiqué rendu public par le parti Rassemblement Pour la République (RPR), Ferdinand Alexandre Nguéndet, président dudit parti, soupçonné par les juges de tirer la ficelle des affrontements armés en RCA au cours de son audition le lundi dernier par le Procureur général près la Cour d’Appel de Bangui, a clamé « l’instrumentalisation de la justice et la tentative de déstabilisation de l’opposition, en prélude à l’élection présidentielle de 2021 »,dont-il serait candidat. Nguéndet et les autres candidats malheureux au premier tour de l’élection présidentielle de 2015-2016 ont-ils si vite oublié le vote-sanction de la population ?

Tous les malheurs des centrafricains viennent  de la vieille classe politique centrafricaine. A l’exemple du vote-sanction pendant les élections couplées de 2015-2016,balayant du revers de la main les leaders politiques et personnalités politiques indépendantes assoiffés du pouvoir, la future élection présidentielle de 2021 réservera une très grande surprise à la vieille classe politique centrafricaine.

Les Centrafricains ont désormais compris que l’origine des multiples crises militaro- politiques que la République Centrafricaine traverse depuis plus de trente (30) avec des conséquences néfastes sur la population, réside dans la manipulation des leaders et hommes politiques. De jour en jour, ce sont les mêmes visages qui se succèdent à la tête de l’Etat. Mais la situation socio-économique, culturelle et éducative du pays ne cesse de se dégrader.

« Nous attendons la Cour Pénale Spéciale pour connaître les vrais leaders et hommes politiques centrafricains qui pourraient prétendre briguer la magistrature suprême de l’Etat en 2021 », martèlent certains compatriotes centrafricains au sujet des prochaines échéances électorales. C’est un message fort que la population lance à l’endroit de tous les leaders et hommes politiques qui songent déjà à se présenter comme candidat à l’élection présidentielle de 2021.

Les leaders et hommes politiques centrafricains ne sont pas toujours loin derrière la souffrance de la population centrafricaine. La dernière rébellion enclenchée en décembre 2012 par l’ex-coalition Séléka a permis au peuple centrafricain de connaître les auteurs, coauteurs et complices des multiples crises militaro-politiques qui se succèdent dans le pays. Certains leaders des groupes armés ont fait des déclarations, dénonçant les manipulateurs de la crise centrafricaine. Cela n’est un secret de polichinelle car, les Centrafricains les connaissent tous.

D’autres leaders des partis politiques ont été soupçonnés d’être auteurs de coup d’Etat. Ils ont été auditionnés par la justice. Mais le verdict final n’a pas encore eu lieu car les enquêtes se poursuivent sur le terrain. Ils doivent savoir que les Centrafricains suivent de très près tout ce qui se passe dans leur pays pour connaître les « vrais leaders patriotes » qui peuvent prendre en main la destinée de la nation et du peuple.

Pendant que la population souffre atrocement dans la brousse et sur les sites des déplacés, les mille et un (1001) partis politiques qui s’agitaient au moment des élections couplées de 2015-2016 sont fondus comme du beurre au soleil. Les leaders attendent la veille des futures élections de 2021 pour revenir sur la scène politique et solliciter le suffrage de cette population qu’ils abandonnent dans la griffe des seigneurs de guerre, sans âme ni conscience. Mais la population a dorénavant compris leurs petits calculs machiavéliques et ne sera pas dupe.

Plusieurs leaders et hommes politiques doivent en principe prendre leur retraite politique. Après des échecs successifs aux élections, il faut abandonner les affaires politiques au profit d’autres activités. Les vieux crocos, les profito-situationnistes, bref, les assoiffés du pouvoir qui ont lamentablement échoué aux élections doivent s’orienter dans le domaine de l’entreprenariat, du commerce, des activités génératrices de revenus pour donner un coup de pouce à la jeunesse centrafricaine qui fait face au chômage endémique.

Il faut donner une chance à la jeunesse d’émerger. Emanuel Macron est un jeune citoyen Français devenu aujourd’hui président de la République Française. C’est une leçon que les Africains et particulièrement les Centrafricains doivent tirer pour mettre un terme à la gouvernance de la vieille classe politique centrafricaine.

 

 

Amedé NGUETE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire