LES ELEMENTS DE MAHAMAT ALKHATIM DEFIENTL’AUTORITE DE L’ETAT ...

Vendredi 13 Janvier 2017 : 10H50

LES ELEMENTS DE MAHAMAT ALKHATIM DEFIENTL’AUTORITE DE L’ETAT A KAGA-BANRORO :

RACKETS ET RANCONNEMENTS DE LA POPULATON CIVILE

Alkhatim 1

 

L’autorité de l’Etat ne s’exerce nulle part dans la ville de Kaga-Bandoro. La justice ne jouit pas de la protection souhaitée pour dire le droit. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, la justice et l’Exécutif ne doivent pas être fondus comme du beurre au soleil. Mais à Kaga-Bandoro, c’est un autre son de cloche. Tuer est devenu un simple jeu, d’où la gâchette facile sur les populations civiles. A titre de rappel, la région de Kaga-Bandoro a été depuis lors le fief du mouvement MPC, l’une des branches de la dissidente coalition Séléka, dirigé par le sanguinaire Mahamat Alkhatim et ses éléments. Ils y règnent en maitre absolu et dictent leur propre loi à qui veut l’entendre.

Depuis lors, la région de Kaga-Bandoro est devenue une République des hors-la-loi qui foulent aux pieds les droits et valeurs de la personne humaine. Déjà à trois (03) reprises, la population civile de la Nana-Gribizi a vécu les plus graves violations des droits humains. La première est celle commise dans le village Ndomété, situé à dix (10) kilomètres de la ville de Kaga-Bandoro. La seconde et la dernière sont celles qui ont débuté au mois de septembre 2016 avec des carnages, des massacres, des pillages et des incendies à grande échelle. La  préfecture de la Nana-Gribizi est en ce moment vidée de la majorité de sa population suite aux violences survenues. Il n’y a que quelques rescapés qui vivent sur le site des déplacés.

Selon certains habitants de la Nana-Gribizi qui ont témoigné, « l’autorité de l’Etat ne s’exerce nulle part à Kaga-Bandoro. Les éléments de Mahamat Alkhatim dirigent et contrôlent tout. Ils rackettent et rançonnent la population, imposent aux commerçants de leur verser des taxes, impôts et autres droits de l’Etat en lieu et place des autorités légitimes. A la moindre chose, ils ont la gâchette facile sur tout ce qui bouge ». Ce témoignage recueilli auprès des habitants de Kaga-Bandoro est accablant et alarmant. Et nous osons croire que la RCA a encore du chemin à parcourir pour restaurer la paix et la sécurité permettant le rétablissement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire.

C’est le même son de cloche dans les régions de Koui, Bria, Bakala, Ngakobo, Bambari pour ne citer que celles-ci où l’autorité de l’Etat n’existe que de nom. Les groupes armés agissent comme bon leur semble et n’hésite pas à tirer sur les pauvres populations civiles. Les derniers affrontements très meurtriers entre les éléments de l’UPC d’Ali Daras et ceux du FPRC de Nourredine Adam ont obligé les populations civiles à fuir pour se réfugier dans d’autres localités afin de se mettre à l’abri des violences. Et les groupes armés en ont profité pour piller et saccager les biens de l’Etat et des particuliers. Bien des bâtiments réhabilités par la Minusca pour permettre le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans l’arrière-pays n’ont pas été épargnés lors de ces violences. C’est l’eternel retour à la case départ car la moindre erreur est synonyme de pillages et de destructions.

Que cherchent et que veulent réellement Alkhatim, Nourredine, Ali Daras, Sidiki…et leurs éléments sur le territoire centrafricain ? C’est toujours eux qui maintiennent le peuple en otage et bloquent tous les efforts entrepris par les autorités du pays, ainsi que la Communauté internationale pour restaurer la sécurité et la paix sur le territoire. Ils ne jurent que pour la guerre, rien que la guerre. C’est vraiment pénible pour la population dans l’arrière-pays de respirer un nouvel air. Du jour au jour, elle est appelée à vivre l’enfer des groupes armés qui ravagent tout sur leur passage.

Nous exhortons le gouvernement et la Minusca à déployer tous les efforts afin de rétablir effectivement l’autorité de l’Etat dans ces régions pour permettre à ces citoyens lambda de retrouver la quiétude et de vaquer librement à leurs occupations quotidiennes.

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire