LE SENTIMENT ANTI-FRANÇAIS PREND DE L’AMPLEUR :

Vendredi 09.11.2018

LE SENTIMENT ANTI-FRANÇAIS PREND DE L’AMPLEUR : LA FRANCE DOIT RECTIFIER SES TIRS EN RCA, SINON ...

Le drian et macronLes déclarations fracassantes et incessantes de certaines personnalités françaises, en l’occurrence Jean Yves Le Drian, Laurent Fabius et Florence Parly, commencent déjà à agacer le peuple centrafricain du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Aux champs, à la pêche, à la chasse, dans les marchés, dans les quartiers et villages, les Centrafricains ne font que parler de l’ingérence française dans la crise qui frappe de plein fouet le pays de feu président fondateur Barthelemy Boganda.

Ce qui irrite plus le peuple centrafricain, c’est la position française vis-à-vis de la présence russe en Centrafrique. Pour eux, c’est la France qui soutient les groupes armés de l’ex-coalition Séléka à persévérer dans la violence contre les populations civiles dans les villes de l’arrière-pays et au Km 5. Chaque fois qu’il y a des affrontements entre les branches dissidentes de l’ex-coalition Séléka et les Forces internationale et nationale, les drapeaux français sont hissés sur les toits, les lieux publics, les bâtiments administratifs sous contrôle de ces va-t-en-guerre. Ce ne sont pas les populations du Km 5, de Bambari, pour ne citer que celles-ci, qui nous démentiront.

Au mois d’avril 2018, après l’Opération Soukoula lancée conjointement par la Minusca et les Forces de Défense et de Sécurité pour démanteler les bases des Autodéfenses qui sévissent au Km 5, et si possible arrêter les leaders, ces derniers ont fait flotter les drapeaux de l’ancienne puissance colonisatrice de la RCA dans cette dernière enclave musulmane de la capitale Bangui.

Récemment à Bambari, les combattants de l’UPC du tristement célèbre nigérien Ali Daras ont agi de la même manière. Les affrontements du 31 octobre et du 02 novembre 2018 qui les ont opposés à la force portugaise et les FACA ont poussé ces cache-sexes de la France à mettre en exergue leur appartenance à cette puissance. Au quartier Hadji où sont retranchés ces peuhls nigériens, des drapeaux français étaient visibles. Point n’est besoin d’une loupe ultramoderne pour scruter les soutiens de la France aux Séléka.

Pire encore, la 2ème vague de la livraison d’armes russes à la RCA pour équiper les éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) est empêchée par la France de Macron. Or, grâce à la 1ère livraison de ces armes russes qui a reçu l’aval du Conseil de Sécurité, nos vaillants soldats sont déployés à Paoua, Sibut, Bangassou, Dékoa, Bouar et récemment Bambari. Là où leur présence est signalée, il y a une accalmie, les populations vaquent librement à leurs occupations quotidiennes. Comme ils sont toujours accompagnés des instructeurs militaires russes dans leur déploiement, les autorités françaises voient la présence russe aux côtés de nos soldats d’un mauvais œil.

En outre, la rencontre de Khartoum initiée par la Russie avec les groupes armés pour chercher des voies et moyens à sortir le Centrafrique dans cette crise, est mal perçue par les autorités françaises, particulièrement Jean Yves Le Drian, Laurent Fabius et Florence Parly qui s’agitent comme des diables. Et pourtant, c’est cette présence russe en Centrafrique qui a permis le retour progressif de la paix et de la sécurité dans certaines villes de nos provinces. Pourquoi Jean Yves Le Drian, Florence Parly et Laurent Fabius s’en prennent vertement aux autorités russes dans toutes les rencontres internationales ? Quand la France de Macron et la Russie de Poutine se croisent, la question de la présence russe en RCA refait surface et devient un problème d’Etat. Même un enfant centrafricain de moins de trois ans sait aujourd’hui que le torchon brûle entre la France et la Russie à propos de notre pays. Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra n’a-t-il pas dit qu’« il y a de la place pour tout le monde en RCA » ? Pourquoi la France s’agite ? La RCA est-elle une préfecture de la France ? N’est-elle pas souveraine et indépendante pour prendre sa destinée en main ? Quand les Centrafricains sont massacrés par les mercenaires étrangers à la solde de la France, les autorités centrafricaines doivent-elles croiser les bras ?

C’est l’ingérence de la France dans les affaires intérieures de la RCA, notamment les déclarations fracassantes de certaines personnalités de ce pays au sujet de la présence russe, le blocus de la 2ème vague de livraison d’armes et munitions par la Russie aux FACA et le soutien français aux combattants Séléka, qui irrite le peuple centrafricain.

La France doit savoir aujourd’hui que le peuple centrafricain, dans son ensemble, n’aspire qu’à la paix et à la sécurité pour vaquer à leurs occupations quotidiennes. Nos compatriotes qui meurent comme des mouches à l’intérieur du pays n’ont rien à voir avec la politique. Ce ne sont pas les politiques qui les nourrissent. C’est grâce aux produits agricoles, de la chasse, de la pêche, de la cueillette qu’ils vivent. Pourquoi la France arme les groupes rebelles contre eux ? Pour trouver quoi par la suite ?

C’est pourquoi nous demandons à la France de rectifier ses tirs, de changer de fusil d’épaule pour ne pas être rejetée totalement par le peuple centrafricain. Pour sa gouverne, un sentiment anti-français grouille dans le cœur des Centrafricains. C’est comme un volcan en éruption qui peut déverser ses larves d’un moment à l’autre. Donc, il est urgent et capital pour la France de demander à ses poulains (combattants Séléka) de déposer les armes et de faire la paix. Les jeunes sont prêts à mourir en martyrs pour les institutions démocratiques de leur pays qu’ils ont accouchées lors des élections de 2015-2016. Les Centrafricains d’aujourd’hui ne sont pas comme ceux d’hier qui sont manipulables à souhait par la France. Ils ont déjà pris conscience du danger de leur patrie et guettent tout autour d’eux pour débusquer les manipulateurs, les valets de la France.

« Nous ne sommes pas contre la France mais contre les agissements de certaines personnalités françaises qui veulent déstabiliser la RCA ou la plonger dans une autre crise. Si la France veut être en bon terme avec les Centrafricains, qu’elle se jette à l’eau pour ramener la paix et la sécurité en RCA. Car, c’est elle qui a monté de toutes pièces cette crise. Aussi, qu’elle laisse les instructeurs militaires russes former nos FACA et la Russie leur fournir des armes.  Sinon… », ont confié certains jeunes qui souffrent de cette crise depuis plus de cinq (5) ans.

La balle est désormais dans le camp de la France pour atténuer ce sentiment anti-français qui prend de l’ampleur en Centrafrique. A bon entendeur, salut !

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire