LE QUARTIER FATIMA REFUSE....... LA MAIN TENDUE DU KM5

Lundi 14 mai 2018: 11H08

LE QUARTIER FATIMA REFUSE CATEGORIQUEMENT ET SECHEMENT LA MAIN TENDUE DU KM5

Fatima« Pas de négociation, pas de messe, mais une solution définitive. Le Km5 doit se désarmer lui-même, soit se faire désarmer, car nous n’avons plus confiance : les incendies de maisons, les tueries, le double carnage à la Paroisse Notre Dame de Fatima, nous en avons marre, marre et marre. », déclare un manifestant sous l’anonymat. Depuis vendredi 11 mai, passant par Fatima, le chef de l’Etat et le Cardinal n’ont pu atteindre la Paroisse Notre Dame de Fatima, à environ cinq cents (500) mètres. Le cortège a rebroussé chemin. Le samedi 12 mai 2018, le Cardinal Nzapalainga s’est heurté à l’intransigeance de la population de Fatima. Les barricades les plus infranchissables jonchent l’avenue de la CEMAC sur huit cents (800) mètres.

Ce dimanche 13 mai 2018, toute la population, en majorité les jeunes, était en ébullition dans l’intervalle des barricades. La messe ne pouvait être célébrée. Mais le Cardinal Nzapalainga a tenu à célébrer la messe. Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13, les barricades ont été renforcées, de sorte que les patrouilles de la Minusca étaient bloquées, handicapées. Elles se sont concentrées devant les barricades, observant les évènements, la foule en colère. Une chose est sûre, la population maintient sa position, son intransigeance, sa fermeté, sans aucune agressivité. Selon un manifestant toujours sous l’anonymat, « dans l’état actuel des choses, un troisième carnage n’aura-t-il pas lieu à Notre Dame de Fatima ? Que le Cardinal Nzapalainga aille faire la messe au Km5. Nous réclamons tout simplement une solution radicale, définitive, pour que nous vivions en paix ... ». La balle est donc dans le camp du gouvernement, de la Minusca et du Cardinal Nzapalainga, membre de la Plateforme religieuse, apôtre de la paix.

Le vendredi 11 mai 2018, une délégation du Km5 devait prendre part à la cérémonie de réconciliation, entre elle, la Paroisse et la population. La population s’est farouchement opposée à cette initiative qui devait être parrainée par le Chef de l’Etat et le Cardinal Nzapalainga dans l’enceinte même de l’église. Toutes les tentatives de médiation depuis ce vendredi 11 mai à ce jour ont échoué. Selon la population, il est temps d’arrêter la série noire des pires atrocités à Fatima. La route qui mène au quartier Cattin sert de frontière physique entre le quartier Fatima et le Km5. Mais ce secteur n’a jamais été sécurisé. D’où les incursions récurrentes des criminels du Km5, libres comme le vent, de commettre leurs forfaits. « Force » et ses gangs armés sont toujours là. Les quartiers Kina et Fatima sont comme des parcs où les bouchers humains viennent assouvir leur dessein satanique. L’Eglise Catholique elle-même a payé un lourd tribut à ces excréments de l’enfer, plus de quatre (4) à cinq (5) Abbés ont été froidement assassinés dans l’enceinte de la Paroisse Notre Dame de Fatima. L’un des plus populaires, des plus respectés, des plus choyés est l’Abbé Albert Toungoumalé Baba que la communauté catholique vient d’enterrer. A cela s’ajoutent les populations déplacées qui ont été aussi la cible de ces malfrats, les chrétiens de la Paroisse et les membres de la fraternité Saint Joseph venus d’autres paroisses.

C’est au regard de toutes ces atrocités que la population a rejeté le pardon du Km5. Selon certains observateurs, « il était trop tôt d’envisager une réconciliation, un pardon entre le Km5 et le quartier Fatima. Il fallait un travail de terrain en amont, auprès de la population, à travers les représentants, les chefs de quartiers et de groupe. La position du Cardinal s’apparente à un forcing, ce qui jette de l’huile sur le feu... ». Le Km5, par les agissements de « Force » et ses malfrats, est une prison à ciel ouvert où la famine bat son plein. Pire encore, le Ramadan approche à grand pas, d’ici jeudi prochain. Le Km5 aussi est placé devant ses responsabilités. Doit-il être pris en otage par un groupuscule de malfrats ? Le Km5 est quelque part complice de ces criminels de la pire espèce, ces bouchers humains.

La réaction de la population de Fatima relance la question de l’embargo qui continue de peser sur les Forces de Défense et de Sécurité, le rythme de formation des FACA. La Minusca a la lourde responsabilité de porter le fardeau de la sécurité des populations civiles. Les FACA formées sont largement en sous effectif. La formation de nouveaux recrus de la police et de la gendarmerie va prendre du temps, afin qu’ils soient à la hauteur des défis sécuritaires du pays.

La population du Km5 est fortement supérieure à l’effectif de ce groupuscule qui les prend en otage. Le Km5 n’affiche aucune volonté de se débarrasser des criminels. Quand il est question de désarmer le Km5, ce sont les mêmes commerçants qui parlent de guerre religieuse. Personne ne comprend ce que veut le Km5. Pourquoi rechercher une réconciliation, un pardon, s’il n’y a pas une volonté affichée, de part et d’autre, d’arrêter définitivement la série des films d’horreurs grandeur nature ? Que le Km5 propose aux autorités une solution radicale pour sortir définitivement de l’enfer. C’est à nous centrafricains, de construire la paix, cette paix si chère à tous.

 

Julien BELA

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire