LE GENERAL JOSEPH ZOUNDEKO A ETE FORMEL DANS SON INTERVIEW

Lundi 20.02.2017 : 10H14

LE GENERAL JOSEPH ZOUNDEKO A ETE FORMEL DANS SON INTERVIEW AU RJDH EN SA QUALITE DE CHEF D’ETAT-MAJOR ET PORTE PAROLE DE LA COALITION FPRC, MPC ET RPRC QUI EXISTE

Joseph zoundekoLa déclaration du général Zoundéko ne remet nullement en cause le travail abattu au sommet de la première chambre du Parlement, par l’honorable Abdou-Karim Meckassoua. Pour la manifestation de la vérité, la presse s’attendait à une action en justice contre cette coalition. Joseph Zoundéko occupe une place non négligeable dans la stratigraphie des groupes armés. Non seulement il est le chef d’Etat-major général de cette force négative, mais il est également le porte parole. La crise centrafricaine dure bientôt cinq (5) ans, aucune personnalité politique n’a été mise en cause de manière aussi affirmative. « Sans feu, il n’y a pas de fumée », dit un adage centrafricain. La coalition FPRC, MPC et RPRC est bel et bien dans la Nana-Gribizi, le Bamingui-Bangoran, la Haute-Kotto, la Ouaka et une partie du Mbomou. Les leaders et hauts représentants de cette coalition n’ont pas démenti les propos de leur porte parole.

La presse et les réseaux sociaux n’ont fait que relayer une information de taille qui touche la seconde personnalité du pays, à savoir le Président de l’Assemblée Nationale (PAN), en la personne de Abdou-Karim Meckassoua. La presse a tendu son micro à Zoundéko, tout comme le PAN a utilisé le micro de la presse pour faire une déclaration en flash : « je tiens donc à faire savoir, solennellement, aux esprits animés de calculs ignobles qui, ne reculant devant aucune diffamation judiciairement condamnable, veulent m’inscrire dans des aventures irresponsables ... », un extrait de la déclaration de l’honorable PAN.

C’est justement dans ce contexte que la justice seule peut laver le PAN de cette grave accusation. Dans la déclaration du 17 février 2017, nous semblons percevoir beaucoup plus une menace voilée contre la presse et les réseaux sociaux qui n’ont rien à voir dans cette affaire qui s’apparente à une foudre dans un ciel serein. C’est à la coalition à laquelle appartient le général Zoundéko d’apporter les preuves, car il affirme sans ambages détenir les preuves de son affirmation. Le général Zoundéko n’est plus. Mais la coalition demeure. Le PAN, l’honorable Abdou-Karim Meckassoua a intérêt à lever l’équivoque sur sa propre personne. Sa déclaration du 17 février 2017 est loin de lever cette équivoque. Soit une action judiciaire, ou un face à face avec les leaders de la coalition, peut lever l’équivoque et laver le PAN de tout soupçon.

La presse regrette amèrement d’avoir fait le déplacement de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. Le point de presse s’est transformé en une déclaration unilatérale qui a plongé la presse dans une douche froide : « pas de questions ». Comment connaitre la vérité entre le porte-parole de la coalition et le PAN ? L’Assemblée Nationale est le résumé du peuple centrafricain pour sa représentation nationale. C’est en âme et conscience que le général Zoundéko a parlé, paix à son âme. La presse n’a pas de force, encore moins le pouvoir d’obliger un « entrepreneur politico-militaire », à diffamer qui que ce soit. Car quelle que soit la durée de la crise, la paix reviendra et la vérité éclatera au grand jour un de ces quatre matins. Les médias ont fait, font et feront toujours leur travail en toute indépendance et dans la règle de l’art. Ils n’ont pas été convaincus et restent sur leur soif. C’est bien dommage !

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire