LE DIALOGUE POLITIQUE INCLUSIF :..

Vendredi 16 Déc. 2016 : 09H27

Boz et bea

LE DIALOGUE POLITIQUE INCLUSIF : EST-CE PAR CETTE VOIE QUE BERTIN BEA DU KNK VEUT-IL FAIRE REVENIR FRANÇOIS BOZIZE EN RCA ?

 

« Réitérant notre entière disponibilité à œuvrer sans relâche jusqu’à ce que la paix et la réconciliation soient effectives en Centrafrique, le Kwa na Kwa et son Président Fondateur, S.E. le Général d’Armée François Bozizé Yangouvonda réitèrent l’absolue nécessité de la tenue d’un dialogue véritablement inclusif devant nous amener à poser les bases de la réconciliation sincère entre les centrafricains, gage d’un retour définitif de la paix dans notre pays », peut-on lire dans le mémorandum du Kwa na Kwa (KNK) relatif à la tenue du Dialogue Politique Inclusif (DPI) inter-centrafricain souhaité par Bozizé.

Bertin Béa, secrétaire général du KNK et député de Boali, lors de la conférence de presse du mercredi 14 décembre relatif à la tenue du DPI qui est inscrit noir sur blanc dans le mémorandum, a encore une fois de plus insisté sur ce dialogue inter-centrafricain. Pour lui, Bozizé et Djotodia doivent absolument prendre part à ce DPI qui serait la condition sine qua non du retour définitif de la paix en Centrafrique. Et la rédaction de « Centrafric Matin » s’interroge en ces termes : « est-il par cette voie que Bertin Béa du KNK veut faire revenir François Bozizé-Yangouvonda en RCA » ? Il ne fait aucun doute, car c’est depuis plusieurs mois, voire années que le général président déchu par la coalition Séléka, François Bozizé cherche des voies et moyens pour revenir dans son pays natal. Avant la venue du pape François, il a tenté en vain. Récemment, d’après les informations, il aurait atterri à l’aéroport Bangui-Mpoko à bord d’un avion de la compagnie Air-Kenya. Malheureusement pour lui, il aurait été sommé de ne pas descendre de l’appareil. C’est ainsi que l’avion a décollé de l’aéroport Bangui Mpoko en direction de Douala, au Cameroun.

Au lieu d’en rester là, Bozizé a encore signé un mémorandum au nom du KNK, demandant la tenue d’un DPI. Que cherche-t-il réellement ? Que veut-il ? Nous pensons que Bozizé a présidé à la destinée de la RCA de 2003 à 2013, donc dix (10) ans de règne sans partage. Quand la coalition Séléka a déclenché la crise centrafricaine le 10 décembre 2012 dans la ville de Ndélé, située au Nord de la RCA et son avancée spectaculaire vers la ville de Bangui, François Bozizé était bien au courant de la situation. Il avait des tonnes et des tonnes d’armes et de munitions à Benzambé, Bossémbélé, à la Présidence de la République et dans les différentes poudrières. S’il avait doté les éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) de ces armes et munitions, nous pensons que nous ne serons pas là aujourd’hui. Mais hélas, Bozizé a préféré armer son clan au détriment des FACA, car il voyait les coups d’état un peu partout. Malheureusement pour lui ce putsch est venu non seulement des FACA mais plutôt de la coalition Séléka mené par Michel Djotodia Am Non Droko et ses acolytes. Les combattants Séléka se sont emparés du pouvoir le 24 mars 2013, et Bozizé et les siens ont pris leurs jambes au coup, abandonnant les pauvres citoyens centrafricains dans la gueule du lion. Les armes  que l’argent des Centrafricains a achetés et que Bozizé en a disséminées par-ci, par-là, ont  été ramassées par la Séléka et se sont retournées contre le peuple centrafricain.

Après la démission du chef charismatique de la Séléka, Michel Djotodia, le 10 janvier 2014, à Ndjamena, au Tchad, sous la pression des chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), François Bozizé et Michel Djotodia se sont retrouvés à Nairobi, au Kenya en 2015. Ils ont discuté de long en large sur la crise centrafricaine. N’est-ce pas là une forme du Dialogue Politique Inclusif, car plusieurs centrafricains y ont pris part ? A l’issue de cette rencontre Bozizé-Djotodia, la paix est-elle revenue en Centrafrique ? Est-ce par le DPI réclamé à cor et à cri par Bozizé et qui doit se tenir à Bangui que, par un bâton magique, la paix et la réconciliation seront sincères ?

François Bozizé, ne doit en aucun cas chercher des boucs émissaires pour rentrer en RCA. Bozizé ou pas Bozizé, Djotodia ou pas Djototia, même sans le DPI, la paix reviendra en RCA. Car nous savons pour notre part que, ni Bozizé, ni Djotodia et consorts ne pourront ramener la paix en Centrafrique. C’est Dieu seul qui est habilité aujourd’hui à nous donner cette pierre précieuse que les Centrafricains courent derrière depuis plusieurs mois. Et cette paix est déjà à notre porte. Les violences commises sur les populations civiles s’estomperont d’elles-mêmes. Bozizé et le KNK ne doivent pas penser que les affrontements quasi-quotidiens entre l’UPC et le FPRC vont nous amener encore sur un autre terrain. Quand ils auront épuisé toutes leurs forces, ils abandonneront le chemin de la guerre et s’orienteront plus tard vers la paix, par la voie du dialogue.

Mais ce que nous ne comprenons pas, c’est Bozizé qui réclame le DPI et non Djotodia. Convient-il de lui signaler que, la RCA n’est pas son patrimoine personnel. Feus présidents Barthélémy Boganda, David Dacko, Jean-Bedel Bokassa, André Kolingba, Ange Félix Patassé, sans oublier ceux qui sont encore en vie, nous citons Michel Djotodia et Catherine Samba-Panza, ont dirigé la RCA à une  époque donnée. Pourquoi leurs fils n’ont-ils pas soif du pouvoir comme Bozizé et son clan ? Trop, c’est absolument trop. Que Bozizé nous laisse tranquille. Sous son règne, il avait organisé un DPI en 2009. Avait-il mis en pratique les différentes recommandations de ce DPI ? En outre, le Grand Débat National, les Etats généraux de la Défense, de l’Education …, ont eu lieu. Où en sommes-nous aujourd’hui avec ces différentes assises ? L’argent qui devait servir à faire autre chose, n’a-t-il pas été jeté à la fenêtre par l’Etat ? Trop de DPI tuent les DPI. Nous devons aujourd’hui penser à explorer d’autres pistes pour un retour définitif de la paix en Centrafrique, au lieu de s’en tenir à un énième DPI qui accouchera certainement d’une souris. Si Bozizé veut se rendre à la CPI pour être jugé sur les crimes commis en RCA depuis 2003 jusqu’en 2013, il sera accueilli à bras ouverts par le procureur de ladite Cour.

Chercher des voies et moyens pour revenir en RCA, nous pensons que l’époque est revenue. Car depuis Kampala, en Ouganda, Bozizé peut donner des ordres à ses éléments et la paix sera de retour en RCA. Ce n’est pas seulement au cours d’un DPI que Bozizé et Djotodia opéreront un miracle comme Moïse.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDAendre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire