LE DG BRUNO GRELA-M’POKO A FAIT LE...

Mardi 08 Août 2017 : 10H37

LE DG BRUNO GRELA-M’POKO A FAIT LE POINT SUR LA SITUATION DE LA SOCATEL

TOUT EN DEFIANT SES DETRACTEURS

Le directeur Général de la Société Centrafricaine des Télécommunications (SOCATEL), Bruno Gréla-M’poko, entouré de ses proches collaborateurs, a animé une conférence de presse à l’hôtel Oubangui, le vendredi 04 août 2017, de 11 heures 30 minutes à 13 heures 22 minutes.

Le but de cette conférence de presse est de présenter « le contexte économique, financier et social dans lequel se trouve cette société d’Etat, la SOCATEL. Car, nul n’ignore que plus de deux (2) décennies, la SOCATEL a eu à traverser une  période de vache maigre (arriérés de salaire, grèves légitimes et parfois sauvages du personnel) », selon le modérateur.

Pour le DG Bruno-Gréla-M’poko, « depuis ma nomination à la tête de la SOCATEL le 15 novembre 2015, la SOCATEL était totalement en faillite. Et le gouvernement d’antan m’avait confié la mission de la relancer et de la sauvegarder. Des réformes ont été enclenchées, un plan de sauvetage de cette société d’Etat, sur mes initiatives. Et celles-ci ont commencé à porter leurs fruits. Ceci  par le renouement des prestations de service (téléphone filaire fixe, carte Diamant prépayée, fax, internet ADSL, vente du nom de domaine et bientôt le lancement du réseau mobile de la SOCATEL) avec sa clientèle. Réalité est que tout le peuple centrafricain save que la SOCATEL était en faillite pour mauvaise gestion. Mais aujourd’hui, elle a retrouvé ses lettres de noblesse comme étant le premier opérateur national historique dans le domaine des télécommunications. Bien qu’étant dépouillée de tous ses équipements et infrastructures dans le passé. D’où aujourd’hui, la SOCATEL fait l’objet de convoitise de la part des incompétents, des incapables et charognards qui manipulent certaines catégories de son personnel. Et ce, pour des intérêts partisans et égoïstes afin d’être nommés à la tête de la SOCATEL. Nous sommes fiers de le dire que malgré le sabotage, nous avions pu régler le cas de nos retraités à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Aussi, sur 36 mois d’arriéré de salaire hérités, nous avions pu régulariser 11 mois, sur nos propres recettes. Nous allons toujours  maintenir le cap, car la renaissance de la SOCATEL est aujourd’hui incontournable. Nous ne tolérons pas ses détracteurs de la SOCATEL et du gouvernement, car nous allons toujours nous battre et personne ne nous fera baisser les bras. Etant donné que nous sommes condamnés à parfaire l’environnement de la SOCATEL ».

Le jeu des questions-réponses avait bouclé la boucle.

(Suite au prochain numéro.)        Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire