LE CONTINGENT CONGOLAIS S’EN VA,

Vendredi 14.07.2017 : 10H50

LE CONTINGENT CONGOLAIS S’EN VA, LES CASQUES BLEUS CAMEROUNAIS SE

REDEPLOIENT : QUE CHERCHE LA MINUSCA  EN REDUISANT SES EFFECTIFS ?

Antonio guterres 1Nous ne comprendrons jamais ce qui se passe au sommet de la Minusca. Depuis que cette mission onusienne est déployée en Centrafrique le 15 septembre 2014, les Centrafricains ne se retrouvent pas. Ils ne savent pas ce que font exactement ces Casques Bleus, dits soldats de la paix. Les vœux du peuple centrafricain sont toujours foulés au pied par ces soldats onusiens et leurs responsables en commençant par Antonio Guterres, puis Parfait Onanga-Anyanga pour chuter à d’autres. L’adage populaire qui dit, « Vox populi, vox Dei », en d’autres termes, « La voix du peuple, c’est la voix de Dieu », n’est plus d’actualité. Elle est remise en question par les nouveaux patrons de la RCA (Casques Bleus de la Minusca). C’est vraiment grave pour la survie du pays.

Les casques bleus congolais de la Minusca vont plier leurs bagages dans les jours à venir. Ils seront remplacés par les Casques Bleus camerounais qui sont déjà entrain de prendre position dans la préfecture de la Mambéré-Kadeï où était basé le contingent du Cameroun, à en croire la porte-parole intérimaire de la Minusca. Malgré l’opposition du bureau de l’Assemblée Nationale au retrait des Casques Bleus congolais de la Minusca, Antonio Guterres et Parfait Onanga-Anyanga ont fait sourd-oreille. Même les habitants de Berbérati avaient marché pacifiquement pour dire non à ce retrait. Cette marche pacifique et l’opposition du Bureau de l’Assemblée Nationale sont demeurées lettre morte. Les responsables onusiens les ont balayées du revers de la main. Dans les jours suivants, les congolais de la Minusca vont quitter la RCA pour regagner la terre de leurs ancêtres. Et le sort de la population de la Mambéré-Kadei ? Dieu seul le sait.

A vrai dire, la Minusca marche et marchera toujours sur les orteils des Centrafricains. Sans nous voiler la face, tout porte à croire que c’est la Minusca qui décide de tout et de rien en RCA. Une mission onusienne, déployée en Centrafrique pour protéger les populations civiles et accompagner le gouvernement dans ses efforts pour ramener la paix et la sécurité en RCA prend des décisions qui dépassent l’entendement humain, c’est très dangereux.

Aujourd’hui, le camerounais Sidiki avec ses combattants des 3R, sont installés dans la préfecture de l’Ouham-Péndé, non loin de la Mambéré-Kadeï. N’est-ce pas un boulevard ouvert à Sidiki pour étendre son hégémonie, sa prédominance, sa suprématie sur le Nord-ouest de la RCA ? Cela ne fait aucun doute. Les Centrafricains doivent se réveiller de leur sommeil profond pour scruter à la loupe ce que font les responsables onusiens au pays de feu président fondateur Barthélémy Boganda. Comment expliquer l’attitude des responsables de l’ONU ? Des Casques Bleus qui font bien leur travail sur le terrain sont devenus persona non grata en RCA. Est-ce possible ? Après les Casques Bleus de la RD-Congo, c’est désormais le tour des Congolais de Brazzaville. Demain, ce seront les Rwandais, les Burundais, et ainsi de suite. Il n’y aura que les mollusques, les bras cassés, les invalides qui vont rester pour assister sans réagir aux massacres, tueries, incendies de maisons et des édifices publics et privés.

C’est dans cette situation floue qui entoure le départ des Casques Bleus congolais que les Centrafricains s’interrogent en ces termes : « la Minusca ne cherche-t-elle pas à déstabiliser la RCA ou à mettre à feu et à sang la région du Nord-ouest qui retrouve peu à peu sa quiétude d’antan  »? A vous de deviner. Mais à notre humble connaissance, le Nord-ouest du pays risque de sombrer dans un chaos indescriptible comme c’est le cas du Sud-est de la RCA en ce moment, ce que nous ne souhaitons pas. Et vous êtes sans ignorer que les Casques Bleus camerounais avaient été accusés dans un passé récent par la population de la Nana-Mambéré d’aider leurs compatriotes à grignoter une partie du territoire national. Mythe ou réalité ? Les députés de cette région en savent quelque chose. Attendons de voir un peu plus clair pour en dire plus.

La Minusca doit prendre tous les dispositifs sécuritaires nécessaires pour que rien ne se passe dans cette partie du pays. Car nous avons l’impression aujourd’hui que les responsables onusiens agissent en RCA comme bon leur semble et s’en foutent des souhaits, des attentes, des vœux des Centrafricains. Que la RCA ne retombe plus dans les cycles des violences avec l’annonce de la Minusca concernant le départ de la RCA du contingent de la République du Congo.

En ce qui concerne la paix en RCA, il est à noter que, quel que soit le  contingent de la Minusca qui sera déployé dans telle ou telle ville du pays, il n’y aura pas la paix par rapport aux comportements, aux attitudes, à l’immobilisme et à l’attentisme des Casques bleus de la Minusca face à l’avancée des rebelles. Pour l’instant, le peuple centrafricain ne réclame que l’opérationnalisation et le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) sur toute l’étendue du territoire national pour le protéger. Car, les soldats onusiens ont échoué dans leur mission en RCA.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×