LE CLAN BOZIZE PROLIFERE EN INTOXICATION, DESINFORMATION,...

Lundi 12 Décembre 2016 : 11H10

 LE CLAN BOZIZE PROLIFERE EN INTOXICATION, DESINFORMATION, RUMEURS FOLLES, NUISANCE : « FRANCIS BOZIZE REHABILITE » 

Francis boz

Le clan Bozizé est un véritable centre industriel d’intoxication, de désinformation de nuisance à l’exponentiel. Des documents absolument faux circulent sur la toile, faisant état de la réhabilitation de Francis Bozizé. Et pourtant, nul n’ignore que Francis Bozizé est sous contrôle judiciaire. Il a fait l’objet d’un mandat d’arrêt qui a été exécuté en bonne et due forme par la justice centrafricaine. Il est dans l’attente d’un procès tôt ou tard. Certains organes de presse ont servi de relais dans cette campagne d’intoxication et de désinformation, sans remettre en cause un seul instant, la validité et la crédibilité d’un tel document. Et pourtant, la presse a l’opportunité de mener des investigations pour s’assurer de la véracité d’un tel document et les allégations qu’il insinue.

Après le retour de Francis Bozizé à Bangui, ce même cercle toxique faisait circuler dans la ville que c’est Touadéra qui lui a fait appel. Il sera nommé d’un moment à l’autre. C’est totalement le contraire qui s’est produit, à savoir, son arrestation suite au mandat d’arrêt émis par la justice centrafricaine. Qu’à cela ne tienne, Francis Bozizé n’a pas encore fini ses démêlées avec la Justice de son pays, qu’on invente d’autres insanités, sa réhabilitation, soi-disant officier supérieur. Tous les Centrafricains les ont vus fuir, ces fameux officiers supérieurs, abandonnant des tonnes et des tonnes d’armes de tous calibres et munitions à l’ennemi. A sa place, il serait préférable de se dévêtir des tenues militaires et les galons pour la vie civile véritablement cachée. Comme le ridicule ne tue jamais en RCA, le clan nous brandit des individus de ce genre.

La réhabilitation de Francis Bozizé n’est qu’un jeu de l’esprit du clan, nostalgique du passé. Ceux qui ont relayé une telle information ne peuvent en apporter la preuve. Le prétendu décret pour les uns, instruction présidentielle pour les autres, n’existe que dans la pensée centrale industrielle des rumeurs à propager l’information sur le retour de Bozizé. L’ex-empereur Bokassa n’est-il pas revenu dans son pays pour se faire juger ? Bozizé aussi peut revenir dans son pays en tant que Centrafricain, mais il sera accueilli par la Justice de son pays, comme l’ex-empereur Bokassa 1er, pour répondre de la « somalisation » du pays. La Cour Pénale Internationale a aussi enquêté sur la rébellion de Bozizé dans l’Ouham et l’Ouham-Pendé, la disparition de Massi et bien d’autres dossiers connexes.

Les Centrafricains n’ont-ils rien d’autre à faire que de s’occuper et de ne parler que du clan Bozizé ? Après Djotodia, Samba-Panza, peut-on parler de Bozizé ? La page est définitivement tournée. Le clan Bozizé ferait mieux de se tourner vers l’avenir, vers le futur que de ruminer éternellement le passé. Les enfants Bokassa, Dacko, Patassé, Djotodia, Samba-Panza sont là. Après le pouvoir, il faut retrousser les manches et se jeter à l’eau comme tout autre citoyen lambda. La vie continue. Tout le monde n’a pas un cœur noir, dur comme les Bozizé. Tous ceux qui écrivent sur le NET pour intoxiquer la population, sont bien connus et bien identifiés. Faut-il perdre le temps précieux pour rechercher des solutions aux conditions de vie des Centrafricains, à s’occuper des parasites intestinaux ? Si cette intelligence nuisible, nocive, était mise au service du développement, la RCA ne sera pas là aujourd’hui.

Le rassemblement prôné par Touadéra n’est pas un vœu pieux, c’est une vocation. Il n’y a plus ni Grec, ni Juif, ni tête de Turc, il n’y a que des Centrafricains. Et pour cause, tous ses rivaux sont au gouvernement, même si certains font leur propre promotion au détriment de celle du pays. C’est une question de culture et de ferveur patriotiques. Un ministre, qu’il soit de Gauche, du Centre, de Droite, une seule chose prime, le pays d’abord. La disparition de Charles Massi, colonel de son état, est liée au pouvoir de Bozizé. Faut-il faire aux autres, ce que vous ne voulez pas qu’on vous le fasse ? C’est une question de bon sens et de raison. Les Centrafricains aspirent à la paix, à la stabilité, à la sécurité et au vivre ensemble. Le KNK est encore sur pied. La compétition électorale est pour 2021, mieux vaut se préparer que de passer le clair de son temps à injecter du venin mortel, intoxiquer, désinformer, manipuler, faire la virgule dans le dos des autres.

La famille Bozizé a laissé de très sombre souvenir dans l’esprit des Centrafricains. Un fils à Bozizé avait braqué au Km5, il avait été sommé par le ministre Binoua de restituer ces biens et il s’est exécuté. Un autre a voulu enterrer vivant un rival pour une histoire de femme. Dans quel pays a-t-on vu des fils de chef d’Etat agir ainsi ? D’ailleurs la liste est longue, s’il faut citer tous les écarts du régime Bozizé. La page étant tournée, les Centrafricains pensent à leur propre devenir et que les prophètes de malheur n’ont qu’à les laisser tranquilles. Les Centrafricains sont entrain, petit à petit, de relever la tête pour voir autre chose et plus loin. La RCA a été humiliée dans les instances internationale sous Bozizé. La crise est encore là et il faut se battre pour ramener définitivement la paix, rassembler tous les Centrafricains afin de constituer la force productive, la force du développement, la force du progrès dans l’Unité, la Dignité et le Travail.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×