LE CHOMAGE BAT SON PLEIN AU SEIN DE LA JEUNESSE

Mercredi 15.03.2017 : 10H37

LE CHOMAGE BAT SON PLEIN AU SEIN DE LA JEUNESSE CENTRAFRICAINE : IL FAUT REVOIR LE SYSTEME EDUCATIF DU PAYS

Selon une source officielle émanant de la Minusca, et précisément de son  Porte-parole, Vladimir Monteiro, il est relevé que « 12.800 dossiers ont été enregistrés pour le recrutement de 500 policiers et gendarmes, lancé par le gouvernement de la RCA, avec le concours de la Minusca, en février 2017 ». C’est pour autant dire que le chômage endémique et chronique bat son plein au sein de la jeunesse centrafricaine, toute catégorie confondue des deux sexes. Et l’un des exemples patents, c’est ce recrutement en cours de 500 policiers et gendarmes sur toute l’étendue du territoire national. Imaginez-vous pour 500 places mises en jeu, il y a eu 12.800 dossiers enregistrées. Cela témoigne que la jeunesse de la RCA s’est confrontée à de réels problèmes de travail, d’emploi et d’embauche tant dans le secteur public que privé.

Pourtant, l’on ne cesse de clamer haut et fort que « la jeunesse est l’avenir d’un pays » ou « la jeunesse est le fer de lance d’une nation ». Malheureusement en RCA, tel ne semble pas être le cas avec les différents régimes qui se sont succédés à la magistrature suprême de l’Etat. De ce fait, tous ont péché car n’ayant aucune politique, aucune vision, aucune stratégie, en termes de travail, d’emploi et d’embauche. Et ceci pour l’effectivité de sa réinsertion sociale digne de ce nom. Dans ce cas de piètre figure, comment la délinquance juvénile, la prostitution, l’incivisme et autres actes de vandalisme ne peuvent prendre en otage la jeunesse de la RCA ? C’est la problématique de l’heure qui se pose avec plus d’acuité.

Et face à ce sensible défi à relever par les actuels dirigeants de la RCA, nécessité les oblige de revoir tout le système éducatif du pays, calqué sur celui du pays colonisateur, la France. Car ce système ne cadre plus avec les réalités de la RCA. Pour preuve, il y a « inadéquation entre la formation et l’emploi » au pays du regretté président Boganda. Sous d’autres cieux, le monde a évolué et les mentalités ont changé. Mais pourquoi pas chez nous en RCA ?

Le Petit YEKOA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire