LE BUREAU DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ET LA POPULATION

Jeudi 06.07.2017 : 09H47

LE BUREAU DE L’ASSEMBLEE NATIONALE ET LA POPULATION DE BERBERATI

S’INSURGENT CONTRE LE RETRAIT DU CONTINGENT CONGOLAIS

Il y a de cela deux (2) semaines, le Conseil de Sécurité de l’ONU avait pris une résolution relative au rapatriement du contingent Congolais de la Minusca. Cela fait suite à un rapport d’enquêtes de la Minusca mettant en cause les six cent vingt deux (622) soldats onusiens, originaires de Congo-Brazzaville, d’être à l’origine de viols des jeunes filles et des femmes à Berbérati, chef-lieu de la préfecture de la Mambéré-Kadéi. Et surtout pour ne pas avoir respecté les ordres émanant de la chaîne de commandement de la Minusca, dans le cadre d’exécution de son mandat.

Cette décision du Conseil de Sécurité de l’ONU n’est pas du goût du bureau de l’Assemblée Nationale et de la population de Berbérati.

Dans une déclaration rendue publique le mardi 04 juillet 2017, le porte-parole de l’Assemblée  Nationale a précisé, « c’est une décision discriminatoire prise à l’encontre de ce contingent Congolais. Car, ce n’est pas tous les six cent vingt deux (622) soldats qui sont à l’origine de viols et autres bavures. Aussi, les enquêtes menées devaient être approfondies et élargies aux autres contingents de la Minusca opérant à Bangui, Alindao, Mobaye, Bria… que de cibler les contingents des deux (2) Congo, qui font bien leur travail sur le terrain en RCA ».

même son de cloche du côté de la population de Berberati. A en croire le préfet de la Mambéré-Kadéi, « informée officiellement du retrait des soldats onusiens, originaires de Congo-Brazzaville, la population de Berberati a marché ce même mardi 04 juin pour manifester son désagrément et ras-le-bol, affirmant haut et fort que ce contingent congolais a énormément contribué pour le retour de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble à Berberati en particulier, et dans la Mambéré-Kadéi en général ».

Finalement à quel jeu se livrent la hiérarchie de la Minusca et le Conseil de Sécurité de l’ONU en matière de sanctions contre les différents contingents des Casques Bleus déployés en RCA en septembre 2014 ? Est-ce « La politique de deux poids deux mesures » ? Certainement, car on y voyait la marque cachée de Parfait Onanga-Anyanga à travers le conseil de Sécurité de l’ONU. Et c’est bien dommage pour la protection des civils par la Minusca en RCA.

Le Petit YEKOA

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire