LA VOLTE-FACE DU FPRC NE FAVORISE GUERE LE...

Mercredi 07 Février 2018 : 10 H 36

LA VOLTE-FACE DU FPRC NE FAVORISE GUERE LE RETOUR A LA PAIX :

KAGA-BANDORO ET NDELE DOIVENT ETRE LIBEREES PAR LA MINUSCA

Nourredine et hissenLa volte-face de Nourredine Adam et Abdoulaye Hissen ne favorise guère le retour à la paix et la stabilité en République centrafricaine. Les Centrafricains sont habitués aux paroles flatteuses des leaders du Front Patriotique pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) qui n’ont fait qu’enfoncer le clou à la population en exil et celle qui souffre atrocement dans sa chair  sur les sites de fortunes. La Minusca doit désormais passer à l’offensive pour libérer les villes de Kaga-Bandoro et Ndélé, derniers fiefs des mouvements rebelles FPRC et MPC, afin de restaurer l’autorité de l’Etat et rétablir définitivement la paix et la sécurité au sein de la population.

Il y a de cela quelques mois, Nourredine Adam s’est farouchement opposé à l’installation du préfet de la Nana-Gribizi. Le reste se passe de commentaires car, la Minusca était témoin de tout ce qui s’est passé l’autre jour lors de l’installation officielle du nouveau préfet nommé par les autorités légitimes du pays. Voilà qu’aujourd’hui, ce même Nourredine vient de faire un salto-arrière en acceptant que le nouveau préfet de Kaga-Bandoro puisse prendre sa fonction avec un effectif limité  de deux (2) éléments des Forces Armées Centrafricaines.

A quel jeu joue Nourredine Adam ? Une grande ville comme Kaga-Bandoro, avec un effectif de deux (2) éléments des FACA pour sécuriser  les autorités déconcentrées de l’Etat et la population, cela dépasse tout entendement humain. Les FACA sont des instruments de souveraineté de l’Etat. Elles (FACA) ont pour principale mission la défense du peuple et de la patrie. La constitution du 30 mars 2016 reconnaît la prérogative du président de la république comme chef suprême des armées. Seul Touadéra a le pouvoir de prendre une décision qui engage la vie de l’armée nationale. En qualité de qui un chef de guerre peut-il imposer sa propre volonté aux autorités légitimes du pays ?

Depuis que les mouvements FPRC et MPC sont basés à Kaga-Bandoro, que font Nourredine, Alkhatim et Abdoulaye Hissen pour protéger la population civile ? N’est-ce pas leurs éléments qui tuent, massacrent, pillent, violent et incendient dans  les régions du Nord, Nord-est  et Ouest ? Et faut-il dans ce cas d’espèce abandonner la population civile entre les griffes de ces sanguinaires sans âme ni conscience ? Selon la population de Kaga-Bandoro, « la ville est devenue une jungle où la loi des plus forts prime sur les plus faibles. Kaga-Bandoro est le véritable couloir de trafic d’armes qui permet aux groupes armés de faire leur propre loi, en pillant les ressources naturelles du pays… ». Est-ce la raison qui pousse les leaders des groupes armés à continuer avec la violence ?

Abdoulaye Hissen vient de faire un revirement spectaculaire en déclarant, « les hostilités doivent cesser sur l’ensemble du territoire ». Or, Hissen a fait cette même déclaration, il y a de cela quelques mois. Bria, Ippy, Alindao, Mobaye, Bangassou, Pombolo, Zangba, Zémio, pour ne citer que ces quelques villes, où en sommes-nous avec la cessation des hostilités sur l’ensemble du territoire ? Qu’en est-il également du respect des multiples accords de paix et de cessez-le-feu signés entre les hommes de Hissen et  Nourredine avec les éléments de Daras ?

N’ayant pas respecté leurs différents engagements, l’étau de la Minusca se resserre petit à petit autour des groupes armés qui pensent détenir la clef de la  guerre. Un ultimatum a été lancé par la Minusca à Abdoulaye Hissen et ses éléments de libérer la ville de Bria et ses environs. C’est le même son de cloche à Paoua, après l’opération de grande envergure menée par la Minusca pour libérer cette ville sous les bottes des rebelles du MNLC, 3R et R-J de feu Raymond Bélanga. Les deux dernières villes restent Kaga-Bandoro et Ndélé, fiefs des éléments de Nourredine, Alkhatim et Abdoulaye Hissen. Dorénavant, la Minusca n’a pas de choix. Après les multiples accords de paix et de cessez-le-feu sans succès, seul l’usage de la force peut amener les groupes armés récalcitrants à déposer les armes pour une paix définitive. Feu Joseph Zoundéko, paix à son âme, a osé défier la Minusca dans la Ouaka. Mais  il a récolté automatiquement la mort. C’est une leçon que les Nourredine, Alkhatim, Abdoulaye Hissen et bien d’autres sanguinaires doivent tirer.

 

Amedé NGUETE

**************

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×