LA SODECA, VICTIME DES ACTES DE MAUVAISE G...

Jeudi 27/09/2018 : 10H09

LA SODECA, VICTIME DES ACTES DE MAUVAISE GESTION ET DE SABOTAGE

Justine sow ouakara 1Sodeca 1La situation fonctionnelle, financière et sociale dans laquelle se trouve la Société de Distribution d’Eau en Centrafrique (SODECA) ne peut rester indifférente et nous donne matière à réflexion. Car, selon des informations à prendre au sérieux émanant des cadres et agents de cette société d’Etat qui est spécialisée en matière de fourniture d’eau potable à la population, il est rapporté que, « la SODECA est victime des actes de mauvaise gestion et de sabotage à mettre au passif de la Directrice Générale, de la Directrice des Ressources Humaines et du Président du Conseil d’Administration (PCA).

En quittant Bangui pour se rendre à Dakar, au Sénégal pour prendre part à un séminaire, la Directrice Générale (DG) avait pioché dans la caisse de la SODECA, une somme d’un montant de sept millions (7.000.000) de FCFA. Et pourtant, c’est la partie sénégalaise qui a pris en charge tous les frais du déplacement de la DG lors dudit séminaire. Ses prédécesseurs n’ont jamais agi de la sorte envers la SODECA.

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a fait don de trois cents (300) sacs de sulfate à la SODECA pour le traitement d’eau à fournir à la population. Malheureusement, ces sacs de sulfate sont stockés à dessein au magasin, au lieu d’ utiliser ce produit pour la purification d’eau.

Quant à la Directrice des Ressources Humaines (DRH), elle n’a pas le diplôme requis et avait été mise à la porte par la SOCACIG pour incompétence notoire. Or, à la SODECA, il y a des cadres qui ont des diplôme requis et des compétences qu’il faut les responsabiliser. Malheureusement, tel ne semble pas  être le cas. Et depuis décembre 2017, la DRH avait pris unilatéralement une note de service suspendant la perception du 15ème à tout le personnel de la SODECA, autrement dit la caisse de secours (assistance financière), remboursable par le personnel sur son salaire par mois. Le but de cette caisse de secours était de nous permettre de faire face à certaines situations d’extrême urgence (cas de décès, de maladies graves) survenant dans nos familles. La DRH est-elle au-dessus de la DG et du PCA de la SODECA ?

Y a-t-il de l’eau de la SODECA chez le PCA ? Qu’il nous le dise. D’ailleurs, la vanne de la SODECA, sise derrière l’Assemblée Nationale ne fonctionne que de 5 heures à 17 heures. Du coup, bon nombre d’habitants de Boy-Rabè et ceux des environs sont privés d’eau potable, car ne pouvant pas s’en approvisionner comme il se doit.

Concernant les recrutements à la SODECA, n’en parlons pas. Ils se font de manière anarchique et subjective. C’est donc un partage de gâteau. Pour preuves palpables, un chimiste en eau, ressortissant de l’Université de Bangui (UB),  est nommé chef de service de la clientèle, alors qu’un chimiste en parfum est, quant à lui, nommé chef de service de la production. Est-ce normal ?

Nous précisons que la DG va partir à la retraite d’ici le 6 octobre 2018 et que le mandat du PCA expirera dans peu de temps.

Pire encore, sur les cinq (05) pompes dont dispose la SODECA au bord du fleuve Oubangui en face de l’Ambassade de France, trois (03) seulement fonctionnent. Donc, il y a un risque probable que l’un de ces quatre matins, la ville de Bangui n’aura pas d’eau potable.

Motif pour lequel nous disons que la SODECA est victime des actes de mauvaise gestion et de sabotage ».

« Aux grands maux, de grands remèdes », dit-on. Et la situation catastrophique que traverse aujourd’hui la SODECA doit interpeller la conscience de nos autorités à agir vite. Sinon, « L’eau, c’est la vie », deviendra « un produit rare », n’est-ce pas ?

Dossier à suivre.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire