LA REALITE DE CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT ENTRE GOULA ...

Vendredi 25 Novembre 2016 : 13H49

LA REALITE DE CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT ENTRE LES GOULA ET LES PEULHS A BRIA

 

Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Kotto, est en proie ces derniers jours, à des affrontements armés, entre deux (2) factions rivales de la nébuleuse ex-coalition Séléka. Il s’agit des combattants Goula, de Akouna et consorts du FPRC de Nourredine Adam, contre les combattants Peulhs de l’UPC de Ali Daras. Aux dernières nouvelles et selon des sources autorisées, dignes de foi, « il y a eu onze (11) morts dont quatre (4) dans les rangs du FPRC et sept (7) du côté de l’UPC. Aussi, un chef du FPRC, le nommé Scoot, a été abattu par les Casques Bleus de la Minusca, car lui et ses éléments avaient attaqué la base de ces soldats onusiens. Présentement, il n’y a pas de victimes parmi la population civile, car étant bien protégée par ces Casques Bleus de la Minusca. Mais le bilan de ces affrontements pourra s’alourdir dans les prochains jours ».

Pour un ressortissant de Bria et candidat malheureux aux récentes législatives dans cette circonscription, qui a requis l’anonymat, « tout est parti du refus catégorique de Ali Daras, patron de l’UPC, de faire partie de la coordination unifiée de toutes les factions de l’ex-Séléka, tel que décidé lors de leur récente Assemblée Générale (AG), tenue à Bria. En plus de cela, par rapport à la crise que traverse le pays, les activités minière, diamantifère et aurifère tournent au ralenti et ne vont pas bon train. Or, ce sont les principales activités des Goula, qui leur génèrent des revenus. Si bien que ceux-ci sont obligés de s’attaquer et de prendre par force les bœufs, appartenant à des éleveurs Peulhs. Et comme ces derniers sont aussi lourdement armés, ils n’entendent se laisser faire, et être dépossédés de leurs bœufs. D’où ces affrontements armés entre les Goula et les Peulhs à Bria. Face à cette situation sécuritaire explosive à Bria dans la Haute-Kotto, je demande au gouvernement, de prendre des mesures urgentes. Et ce, pour éviter que ces affrontements entre les Goula et les Peulhs ne soient transposés à Bambari dans la Ouaka, fief de Ali Daras et ses éléments Peulhs. Je ne suis ni contre les Goula, ni contre les Peulhs. Par contre, je précise que c’est la France qui a amené Ali Daras en RCA, et au moment opportun et voulu, cette même France va le faire partir de la RCA », a-t-il conclu.

Voilà exactement ce qui se passe actuellement entre les Goula et les Peulhs à Bria.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire