LA PROSTITUTION PREND DE L’AMPLEUR

Lundi 06.02.2017 : 09H07

LA PROSTITUTION PREND DE L’AMPLEUR DANS LES  ARRONDISSEMENTS DE LA VILLE DE BANGUI

 

 

La prostitution est un phénomène évident, une maladie chronique qui ronge surtout certaines filles de Bangui. Une attitude qu’on observe aussi chez certains garçons et adultes. Mais qu’est-ce que la prostitution ? Selon le dictionnaire français, " Le Petit Robert ", la prostitution est définie comme « fait de laisser son corps aux plaisirs sexuels d’autrui pour de l’argent ».

En effet, pratiquer la prostitution est-elle dangereuse ? A-t-elle un avantage ? N’y a-t-elle pas des conséquences ? On ne comprend vraiment ce que veulent exactement certaines filles et garçons, même les adultes de Bangui. Ces filles déshonorent les Centrafricains par leur mauvais comportement. Une attitude inqualifiable aux yeux de la nation, tout simplement pour procurer de l’argent afin de subvenir à leur besoin. D’autres ne veulent pas exercer des petites activités génératrices de revenus pour se prendre en charge elles-mêmes.

La prostitution est un acte antisocial qui froisse la conscience commune des Centrafricains. Celui ou celle qui opte pour cette pratique doit en principe être conduit en justice. La majorité de filles centrafricaines ne veulent pas travailler pour avoir leur pain quotidien à la sueur de leur front. Un adage n’a-t-il pas dit « le travail libère » ? Donc l’homme est respecté dans son milieu par la force de travail qu’il accomplit, une contribution de sa part qu’il apporte à la communauté. La personne qui ne travaille pas, n’a pas droit à la nourriture. Les parasites n’ont pas  de place au sein d’une société. La valeur sociale d’une personne, encore moins d’une fille, est mesurée à travers sa capacité contributive, de ce qu’elle apporte dans la société, pour lui, pour sa famille et pour le pays. Les filles, garçons et adultes qui vivent grâce à leurs propres efforts sont-ils des extraterrestre ? Ce genre d’individus doivent cesser leur pratique honteuse qui ne correspond pas aux mœurs des Centrafricains.

Partout, dans chaque arrondissement de Bangui, le phénomène de la prostitution gagne du terrain. Le soir, chaque avenue de Bangui est saturée par ces prostituées. Elles ne s’habillent pas comme il se doit : elles portent des mini-jupes, de mini-culottes, des dos nus…, tout juste pour exposer leur corps à un partenaire afin de trouver de l’argent. Elles sont nombreuses dans les Bars dancing, les Caves. Elles dérangent les clients qui viennent se désaltérer. C’est malheureux, le corps humain est sacré, il n’a pas de prix, donc il ne doit pas être livré à qui ce soit.

Les conséquences de la prostitution sont nombreuses. Une fille peut être exposée à toute sorte de danger lorsqu’elle pratique la prostitution. Si aujourd’hui, les cas de grossesse non désirée sont fréquents dans notre pays la RCA, c’est parce que les filles centrafricaines ont soif de l’argent facile. Et souvent quand la fille tombe enceinte, son partenaire décline sa responsabilité car ce dernier n’est pas seul. Face à cette situation, elle est obligée de pratiquer l’avortement qui souvent la conduit au cimetière. Parfois, elles sont exposées à toutes sortes de maladies contagieuses : VIH/SIDA, Gonococcie, Syphilis … En outre, hommes et garçons prostitués courent le même danger qui peut résulter de la pratique de la prostitution. En effet,  pratiquer la prostitution, c’est creuser sa propre tombe. Toute personne qui emprunte cette voie doit l’abandonner. Il est dit dans la Bible que, « tu gagneras ton pain à la sueur de ton franc ». Alors le travail, rien que le travail peut apporter la solution à tout problème.

Nous demandons au gouvernement de prévoir des sanctions exemplaires à l’égard de toute personne qui pratique la prostitution, pour donner de la valeur au deuxième mot d’ordre de notre devise qui est la Dignité.

DelsyaSipaïna NZAPAGAZA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire