LA PROBLEMATIQUE DE LA PENURIE DES MAGISTRATS ET AVOCATS ...

Jeudi 24 Novembre 2016 : 10H54

LA PROBLEMATIQUE DE LA PENURIE DES MAGISTRATS ET AVOCATS EN RCA : CAS DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BOUAR

Palais de justice 1La région de Bouar semble être la deuxième ville après Bangui où l’autorité de l’Etat est effective. Du bâtiment de la préfecture, en passant par la Cour d’Appel (CA) de Bouar, puis la mairie, la gendarmerie, le commissariat de police …toutes les institutions sont en place et fonctionnent normalement. Certains bâtiments administratifs détruits lors des conflits ont été réhabilités grâce au soutien de la Minusca. Mais ce que les autorités de la ville de Bouar ont déploré, c’est le manque des cadres et agents de l’Etat dans les différents services. Tel est le cas de la CA, où il y a la pénurie des magistrats et avocats pouvant exercer dans les différents services judiciaires. Acte déploré par le magistrat Marcel Koui, président de la chambre civile et commerciale et en même temps président par intérim de la cour d’Appel de Bouar. Selon ce dernier, « la Cour d’Appel de Bouar est en sous effectif. Un secrétaire en chef fait en même temps le travail des secrétaires et des greffiers. Il prépare les audiences, dactylographie les correspondances et les réquisitoires. Cela constitue un réel problème. Il faut trouver des secrétaires et greffiers ainsi que des magistrats, pour que le travail de la Cour d’Appel soit bien mené afin de donner une belle prestation aux justiciables ». Et comme nous l’avions constaté lors de notre visite au niveau du Tribunal de Bouar, il y a le manque de magistrats, greffiers et secrétaires dans les différents services judiciaires. La preuve en est qu’un magistrat peut à la fois exercer à lui seul, deux (2) ou trois (3) fonctions.

Il en est de même d’un secrétaire qui fait à la fois le travail des secrétaires et des greffiers, ce qui rend la tâche difficile. Malgré les difficultés que le pays a traversées depuis 2013, le magistrat Marcel Koui reste convaincu que la Justice fonctionne toujours bien à Bouar, « Je suis là à Bouar depuis 2013. Je travaille à la Cour d’Appel. La Justice a toujours bien fonctionné malgré les difficultés qu’a connues le pays. La deuxième ville après Bangui où la Justice fonctionne bien est Bouar. Nous travaillons en collaboration avec la Minusca qui aujourd’hui, grâce à elle, certains bâtiments de la Cour d’Appel et du Tribunal de Grande Instance ont été réhabilités, pour permettre à la justice de bien travailler ».

Il faut souligner que ce n’est pas seulement à Bouar qu’on assiste à ce problème de pénurie des magistrats, greffiers et secrétaires de justice. C’est presque dans toutes les préfectures de la RCA que ce problème se pose. Tous les deux (2) ans, le gouvernement recrute vingt (20) à trente (30) élèves magistrats ainsi que des greffiers pour les former afin de combler ce vide. Malgré tout, on assiste toujours à un faible effectif de ces cadres de justice en RCA.

Bénistant MBALLAi

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire