LA PLUS MEURTRIERE DES ATTAQUES VISANT LES CASQUES

Ven. 12.05.2017 : 11H44

LA PLUS MEURTRIERE DES ATTAQUES VISANT LES CASQUES BLEUS EN CENTRAFRICQUE : LE MODE OPERATOIRE EST PROPRE AUX ANTI-BALAKA

 

Les ennemis de la paix ont frappé deux contingents de la Minusca, l’un marocain escortant un autre contingent cambodgien du génie militaire, le lundi 08 mai 2017, sur l’axe Rafaï-Bangassou. Le bilan de cette embuscade tendue par les Anti-Balaka fait état de cinq morts parmi les Casques Bleus et huit parmi les Anti-Balaka, et neuf blessés. C’est l’attaque la plus meurtrière touchant les Casques Bleus depuis 2013. La réaction des Nations Unies ne s’est pas faite attendre. Son Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, a exprimé  à Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc, sa solidarité personnelle et sa sympathie, suite à l’agression lâche du contingent marocain : « Le SG de l’ONU a exprimé la solidarité de l’ensemble de l’ONU avec le Maroc et a salué la bravoure des Casques Bleus marocains qui paient un lourd tribut pour le maintien de la paix et de la sécurité en Afrique ».Il a fermement condamné cette attaque et a exigé qu’une enquête soit ouverte.

Par solidarité, le Royaume du Maroc est au chevet de la RCA, bien avant que le contingent marocain des Casques bleus n’intègre la Minusca. Ce pays ami et frère a énormément soutenu la RCA dans les moments les plus sombres et difficiles, mettant un pont aérien pour évacuer les blessés les plus graves et les soins intensifs qui ont suivi jusqu’à leur guérison et leur retour au pays. Tout cela aux frais du Royaume du Maroc, sans oublier la réhabilitation du « Centre National Hospitalier Universitaire de Bangui (CNHUB). En plus de la coopération bilatérale très fructueuse entre le Royaume du Maroc et la RCA, à travers notamment l’octroi de bourses et de stages, ce pays frère a aussi contribué en hommes aux troupes de la Minusca. Le contingent marocain de la Minusca ne mérite pas tant de cruauté et d’horreur.

La Minusca est une force de paix qui vient aider les Centrafricains embourbés dans une crise, la plus meurtrière de son histoire. Une force de paix ne peut être prise pour cible par qui que ce soit. C’est juste de la barbarie.  Les forces de la Minusca sont-elles responsables de notre crise pour subir un tel traitement cruel et dégradant ? Et pourtant, en Afrique, on vénère les morts. Qui pouvait croire qu’une ethnie centrafricaine détenait la pire marque d’horreur au monde ? Cela dépasse l’entendement humain. Quel message veulent-ils envoyer aux autorités du pays, aux Nations Unies et à la Communauté internationale ? La Constitution de la RCA reconnait la personne humaine comme « sacrée ».

Le représentant du Secrétaire Général des Nations unies en Centrafrique, Parfait Onanga-Anyanga, a condamné, de la manière la plus ferme, un tel degré de barbarie contre une force de maintien de la paix. Il en est de même du Porte-parole et de l’ensemble du personnel de la Minusca qui compatissent à la douleur des blessés et pour ceux qui sont morts. Les autorités centrafricaines, par la voix du Premier ministre chef du gouvernement, expriment leur solidarité à la Minusca et décident l’ouverture d’une enquête. Les auteurs d’unetelle folie aussi meurtrière que gratuite contre les forces de la paix, doivent être punis avec la dernière rigueur.

 

Jullien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire