LA MONTEE EN PUISSANCE DES FACA :

Jeudi 20/09/2018 : 09H42

LA MONTEE EN PUISSANCE DES FACA : IL FAUT MASSACRER LES REBELLES ET LIBERER LES VILLES OCCUPEES

Faca 12La montée en puissance des Forces Armées Centrafricaines (FACA) n’est plus un mythe mais plutôt une réalité. Nos soldats reprennent petit à petit du poil de la bête. Après leur formation par l’EUTM, ils sont entraînés par les instructeurs russes au maniement de leurs armes. Ce lundi 17 septembre 2018, plus de deux cents (200) éléments des FACA (officiers, sous-officiers et hommes de rang) appartenant au BIT 1 et 2 ont reçu leur attestation de fin de formation à la base russe à Béréngo, sur la route de Mbaïki. La cérémonie s’est déroulée sous la très haute impulsion du président de la République, chef de l’Etat, Professeur Faustin Archange Touadéra. Lors de la démonstration, ces FACA ont prouvé ce dont elles sont capables. Le public venu pour la circonstance était émerveillé. Nos militaires ont bombé leur torse et leur poitrine. Ce qui prouve à suffisance qu’ils sont prêts à protéger leurs concitoyens et à défendre l’intégrité du territoire national. La formation est une bonne chose, redéployer les FACA formées sur le terrain en est une autre. Car, les Centrafricains veulent voir leurs militaires au pied du mur. Donc la montée en puissance des FACA doit s’accompagner de la reconquête des villes sous le contrôle des groupes armés les unes après les autres et la mise hors d’état de nuire de ces bandits de grand chemin, ces criminels patentés qui écument le peuple centrafricain à longueur de journée.

Après plus de cinq (5) ans d’occupation d’une partie du territoire centrafricain par les mercenaires tchadiens et autres, l’heure est venue de reconquérir les villes encore sous leur influence. Les villes de Bambari, Bria, Kaga-Bandoro, Alindao, Ndélé, pour ne citer que celles-ci, où les groupes armés se croient tout permis et au-dessus de la loi, doivent être libérées le plus tôt possible. C’est le vœu de tous les Centrafricains du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Et cette reconquête doit passer par la montée en puissance des FACA. Il ne s’agit pas de dire toujours, « montée en puissance ». Ce slogan doit se concrétiser sur le terrain. Les Centrafricains aspirent à la paix, rien que la paix. Dans les zones sous l’hégémonie de ces hors-la-loi, la souffrance de nos compatriotes a débordé le vase.

Les Casques bleus de la Minusca qui sont censés les protéger ne font pas leur travail comme il se doit. Sous leur barbe, les civils sont tués, massacrés, leurs maisons incendiées. Les uns sont torturés, les autres pris en otage. Dans les villes citées ci-haut, c’est le comble du désespoir. Bambari et Kaga-Bandoro qui étaient déclarées « villes sans armes, sans groupes armés » par la Minusca ne sont que l’ombre d’elles-mêmes. Les groupes armés ont pris contrôle d’une partie de ces localités et règnent en maîtres absolus des lieux, malgré la présence des soldats onusiens. Est-ce normal ? Les populations ne sont pas protégées, encore moins les édifices publics et privés, les locaux des ONG nationales et internationales. Où est le sérieux ?

C’est dans ce contexte sécuritaire alarmant que nous appelons les autorités du pays à redéployer les FACA dans ces villes. Elles doivent prendre leurs responsabilités, c’est-à-dire reconquérir toutes les villes. La RCA ne se limite pas seulement à la ville de Bangui et certaines localités aux alentours de la capitale. La RCA couvre une superficie de 622.000 Km2. De Bambouti à Batangafo et de Mobaye à Ndélé en passant par les autres villes, nos FACA doivent les reconquérir. C’est pour la survie de la nation et de son peuple.

En outre, ces mêmes éléments des FACA déjà formés ont intérêt à clouer au sol le bec de ces seigneurs de guerre, ces pilleurs des richesses du sol et du sous-sol de notre pays. Leurs leaders, Nourredine Adam, Abdoulaye Hissène, Mahamat Alkhatim, Ali Daras, Sidiki, Bahr et tant d’autres qui pensent détenir le titre foncier de la RCA, doivent être boutés hors du territoire national. Les Centrafricains en ont marre d’eux. Tant qu’ils résideront sur le territoire national, la paix et la sécurité, tant recherchées par le peuple centrafricain, ne verront pas le bout du tunnel. Il faut les mettre hors d’état de nuire. Nous pensons pour notre part que nos FACA sont bien formées pour mener cette opération. Le gouvernement doit les équiper le plus rapidement possible, car l’heure est grave et la patrie est en danger. Avec peu de choses, on peut réaliser de grandes œuvres. Et nos soldats, tels que nous les voyons, sont courageux, déterminés et ont la volonté de faire ce que les Centrafricains réclament de longue date.

Les revendications sur revendications des groupes armés ne sont que leur manière de faire perdurer la crise pour s’enrichir illicitement sur le dos des Centrafricains. Ailleurs, sous d’autres cieux, de pareilles choses ne se produisent pas. Les rebelles sont traqués jusque dans leur dernier retranchement. Parfois, on utilise des drones pour les pulvériser. A quoi servent les drones des Russes ? Sont-ils de purs décors militaires ? Vraiment, nous ne comprenons pas ce qui se passe en RCA. Chaque jour, on ne fait que caresser les rebelles dans le sens du poil. Profitant de cette situation, ils ne faiblissent pas dans leurs revendications et exactions sur les populations civiles. La RCA est-elle une jungle ?

Les dirigeants du pays doivent savoir qu’on ne discute pas avec les rebelles, surtout les mercenaires étrangers qui pullulent en République centrafricaine. Les rebelles doivent être traités comme des rebelles. Vous êtes sans ignorer qu’ils n’ont pitié de personne. Alors, pourquoi continuer toujours à dialoguer avec eux, alors qu’ils sont entrain de réduire à néant le peuple centrafricain ?

La montée en puissance des FACA ne doit pas être une coquille vide. Le gouvernement a l’obligation de la traduire en acte concret, c’est-à- dire libérer les villes sous les bottes de ces seigneurs de guerre et les chasser de la RCA pour permettre aux Centrafricains de respirer un nouvel air. A bon entendeur, salut !

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire