LA LRA DE JOSEPH KONY A ENCORE FRAPPE A OBO

Lundi 21 Novembre 2016 : 11h02

LA LRA DE JOSEPH KONY A ENCORE FRAPPE A OBO. A QUAND LA FIN DE LEURS ACTES BARBARES ?

Joseph kony et ses hommes

Où en sommes-nous aujourd’hui avec les cinq millions (5.000.000) de dollars américains pour la traque de Joseph Kony et de ses hommes ? Quand prendront-ils fin leurs actes barbares, indignes, inhumains, bestiaux sur les populations au Sud-est de la RCA ? Que fait concrètement l’armée ougandaise à Obo ? Autant d’interrogations que les Centrafricains se posent aujourd’hui. Mais celles-ci sont loin de trouver un écho favorable.

L’armée de Résistance du Seigneur (LRA), du tristement célèbre sanguinaire Joseph Kony, ne faiblit pas dans ses exactions sur la population civile dans les préfectures du Haut-Mbomou, Mbomou, Haute-Kotto, pour ne citer que celles-ci. En effet, dans la journée dominicale du 13 novembre dernier, les hommes de la LRA ont attaqué des chasseurs dans la forêt à Obo. Ils ont grièvement blessé l’un des chasseurs, âgé de vingt-quatre (24) ans seulement. Ces compatriotes ont fait des efforts surhumains pour le ramener dans la ville. En ce moment, il suit des soins intensifs à la base militaire ougandaise présente à Obo. D’après un habitant d’Obo qui a requis l’anonymat, « la vie de ce jeune homme n’est pas en danger ». Et la rédaction de « Centrafric Matin » souhaite une bonne guérison à ce jeune chasseur qui ne cherchait que son pain quotidien.

Mais à la lumière de l’attaque par la LRA de cette colonie de chasse, nous pouvons affirmer sans nous tromper que cette rébellion ougandaise qui a élu domicile en RCA depuis 2008, sous le régime du président déchu François Bozizé Yangouvonda, est loin d’être vaincue. Et ce n’est un secret pour personne. Car comment comprendre que depuis 2008 jusqu’à la date d’aujourd’hui, les militaires ougandais qui bénéficient du soutien des conseillers militaires américains, ne parviennent pas à mettre la main sur Kony ou à mettre hors d’état de nuire ces rebelles sanguinaires qui tuent, font des blessés, déportent des hommes, femmes et enfants, incendient des villages et maisons entiers ? C’est quand même curieux et impensable. Et cette situation doit interpeller la conscience de tout un chacun de nous.

La RCA est-elle l’Ouganda, le pays de Yoweri Museveni où les rebelles ougandais peuvent venir sédentariser aussi longtemps que possible sans être inquiétés ? Nous ne le pensons pas. Ces sanguinaires qui n’ont ni âme, ni conscience, n’ont pas leur place ici. Les militaires ougandais qui voguent au gré du vent à Obo, après la prolongation de leur mission en RCA, ont l’obligation de traquer activement et d’arrêter Joseph Kony et ses hommes, pour que les habitants des préfectures citées ci-haut vivent en paix sur la terre de leurs ancêtres. Si depuis huit (8) ans, les soldats ougandais ne sont pas parvenus, ne fut-ce qu’à mettre la main sur l’un des éléments de la LRA, c’est qu’il y a anguille sous roche. Peut-être que Bozizé François, depuis son exil doré en Ouganda, a une main mise sur ces militaires. Car nous ne comprenons pas exactement ce qui se passe sur le terrain à Obo. Une force étrangère soutenue par l’Union Africaine, ne peut aller de défaite en défaite. Est-ce une force d’occupation ou une force pour traquer LRA ? Qu’on nous le dise.

De plus, quand les combattants de l’ex-coalition Séléka observent une accalmie dans leurs actes barbares contre les populations civiles, Joseph Kony et ses hommes en font autant. On n’entend plus parler d’eux. Mais lorsque certains groupes politico-militaires de la Séléka, tels le FPRC, le MPC et l’UPC, commencent à tuer, à massacrer des populations et à pratiquer la politique de la terre brûlée, Kony et ses hommes refont surface. C’est vraiment absurde. Le FPRC, le MPC et l’UPC s’entendent-ils avec la LRA pour mâter les Centrafricains ? Dieu seul le sait, puisque nous n’avons les yeux d’un sorcier ou d’un marabout pour savoir ce qui se passe en coulisse. Mais tôt ou tard, tous les bourreaux du peuple centrafricain répondront de leurs actes devant la justice centrafricaine ou internationale. Ils payeront le mal qu’ils ont fait aux Centrafricains, d’une manière ou d’une autre. Car un adage populaire dit, « tout se paie ici bas ».

Où sont passés tous ceux qui se disaient plus forts ? Nous voulons parler ici de Mobutu Sésé Séko, du guide de la Jamahiriya libyenne, Mouammar Kadhafi, de Sadam Hussein, Samuel Doe et tant d’autres. C’est pour autant dire que les chefs des rebellions, tels que Joseph Kony, Nourredine Adam, Mahamat Alkhatime et Ali Daras, finiront par être arrêtés. Ils subiront ce qu’ils ont fait subir aux pauvres citoyens civils centrafricains. Car Dieu n’a jamais autorisé à un individu de verser le sang d’autrui.

La LRA de Joseph Kony finira tôt ou tard par être vaincu par les Centrafricains avec des mains nues, si l’armée ougandaise ne fait rien.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×