LA FRANCE, LES USA, L’ANGLETERRE ET AUTRES ASSISTENT SANS ...

Vendredi 25 Août 2017 : 09H42

LA FRANCE, LES USA, L’ANGLETERRE ET AUTRES ASSISTENT SANS REAGIR AUX MASSACRES EN RCA

Incendie des maisonQu’est-ce que la population centrafricaine a fait pour mériter un tel sort ? Chaque jour qui passe, les Centrafricains sont tués, massacrés, canardés, carbonisés, leurs biens et maisons incendiés sous la barbe des Casques Bleus de la Minusca qui n’interviennent qu’en sapeurs-pompiers après que l’incendie a tout ravagé. Les grandes puissances de ce monde, nous citons entre autres la France, pays colonisateur de la RCA, les Etats-Unis d’Amérique, l’Angleterre, le Japon, l’Allemagne, la Russie, l’Italie…, ainsi que certains pays du continent africain avec qui la RCA a signé des accords de coopérations militaires, assistent sans réagir au génocide qui se met progressivement en place et à l’installation des terroristes sur le sol centrafricain.

Après le retrait de l’Opération militaire française dénommée Sangaris à la fin octobre 2016, on a l’impression que la France ne tousse plus sur la crise centrafricaine. Les nouvelles autorités françaises issues des récentes élections font fi de tout ce qui se passe en RCA. On tue, on incendie, mais aucune voix ne s’élève. L’arrivée massive des terroristes au sein des groupes armés en RCA ne fait ni chaud, ni froid dans le dos des autorités françaises. Et pourtant, la France a ses intérêts en RCA. Elle sait aussi bien que les terroristes n’épargnent personne. D’ailleurs, des attaques ont été perpétrées par ces hommes sans foi, ni loi contre les citoyens français. Et en Centrafrique, les ressortissants français sont aussi nombreux que nous le pensons. Au cas où ces terroristes s’implanteront solidement en RCA, tout peut arriver. D’où nécessité pour la France d’aider les autorités centrafricaines à barrer la route à ces hors-la-loi, pour ne pas dire à les bouter hors du territoire. La crise centrafricaine a trop duré. Le sang a trop coulé sous le pont. La France a intérêt à voler de nouveau au secours du peuple centrafricain en détresse.

Les Etats-Unis d’Amérique doit faire aussi quelque chose pour sortir la RCA du fond de gouffre. Nous savons pertinemment que le pays de l’oncle Sam a énormément investi dans la Minusca car 28 % du budget de cette force onusienne sont pris en charge par lui. De nombreux véhicules de la Minusca sont octroyés par ce pays. En outre, les Etats-Unis d’Amérique ont trop investi dans la chaîne pénale. Ce sont des efforts considérables et louables. Mais les Centrafricains souhaitent que ce grand pays ami aille plus loin en apportant des appuis multiformes dans le domaine de la sécurité et en soutenant fortement les éléments des Forces Armées Centrafricaines, surtout ceux qui ont été déjà formés par l’EUTM.

En Irak, grâce aux appuis de la force militaire américaine aux soldats irakiens, la ville de Mossoul a pu être libérée sous les griffes des terroristes de l’Etat Islamique en quelques jours. Qu’attend le pays de Donald Trump pour faire la même chose en RCA ? Si l’ex-chargé d’Affaires à l’Ambassade des USA à Bangui était encore à son poste, nous pensons que la crise centrafricaine ne pouvait s’éterniser indéfiniment. Elle devait déjà voir le bout du tunnel. Hélas, des personnalités de ce genre ne mettent pas long feu en RCA. Les Centrafricains le regrettent aujourd’hui. L’ambassade des USA à Bangui avait remis des véhicules aux FACA, si nos mémoires sont bonnes. C’est insuffisant. Il faut que ce pays les dote des armes et munitions et que les soldats américains les appuie fortement comme c’est le cas aujourd’hui en Irak et ailleurs dans d’autres pays. L’Angleterre, le Japon, l’Allemagne, la Russie, l’Italie et tant d’autres pays doivent aussi aider la RCA dans le domaine sécuritaire.

Les pays africains tels l’Afrique du Sud, l’Angola, le Rwanda, le Maroc, le Nigéria… doivent eux aussi porter mains fortes aux autorités centrafricaines, toujours dans le domaine sécuritaire. Les pays limitrophes de la RCA ne doivent pas croiser les bras et regarder ce pays mourir à petit feu. Ce qui nous arrive aujourd’hui, peut leur arriver un jour. Et la crise qui perdure en RCA peut tout de même atteindre les pays de la sous-région CEMAC. Il convient de souligner qu’aucun pays n’est aujourd’hui épargné par les terroristes. Ils s’en prennent aux grands, petits, forts et faibles.

Que les grandes puissances ne disent pas qu’elles n’ont pas leurs intérêts en RCA pour pouvoir intervenir. C’est un raisonnement dénué de tout fondement. Car partout dans le monde, des terroristes montent en puissance. Et certains groupes armés qui pullulent en RCA ne sont autres que des terroristes. Quand l’ex-coalition Séléka a pris le pouvoir le 24 mars 2013, nous avons tous été témoins oculaires de ce qui s’est passé. Qui avait été épargné ? Personne à ce que nous sachons.

C’est pourquoi, nous exhortons les grandes puissances telles les Etats-Unis d’Amérique, la France, la Russie, l’Angleterre, la liste n’est pas exhaustive, à prêter mains fortes aux autorités centrafricaines en matière de la sécurité. L’arrivée massive en RCA des mercenaires soudanais en provenance de la ville de Nyala décriée par le député de Zémio est un signe précurseur du génocide. Quand ces bandits de grand chemin mettront pied à Zémio, on assistera certainement à l’hécatombe et les pays de la CEMAC s’embraseront à leur tour.

De grâce, les grandes puissances de ce monde, aidez la RCA et son peuple à sortir de cette crise au lieu d’assister sans réagir aux massacres de la population et à l’incendie de leurs biens. Les Centrafricains vivent aujourd’hui dans la brousse comme des animaux. Pitié ! Pitié ! pour le peuple centrafricain.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire