LA FRANCE ET LES NATIONS-UNIES CRUCIFIENT LE....

Vendredi 17.03.2017 : 11H 33

LA FRANCE  ET LES NATIONS-UNIES CRUCIFIENT LE PEUPLE CENTRAFRICAIN A TRAVERS L’EMBARGO : DES ARMES ET MUNITIONS DE GUERRE CONTINUENT DE CIRCULER SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

L’embargo, cette sanction interdisant l’importation d’armes, de munitions et autres effets de guerre devient le goulot d’étranglement du peuple centrafricain. Pendant que les Forces Armées Centrafricaines (FACA) moisissent, les rebelles sont libres comme du vent et écument les populations civiles centrafricaines. Depuis les villes de Birao, Ndélé, Kaga-Bandoro, Bouca, Batangafo, Kabo, Bocaranga, Koui, Bria, Ippy, Bakala, Ndassima … les armes de tout calibre circulent librement sur l’ensemble du territoire de la République Centrafricaine.

La France et les Nations-Unies sont désormais complices des malheurs qui s’abattent sur le peuple centrafricain. Les experts des Nations-Unies ont foulé le sol centrafricain pour palper du doigt les réalités de la souffrance des populations civiles. Ce n’est pas Marie Thérèse Keita Bocoum qui nous démentira. En tant qu’experte des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme, elle a  effectué plusieurs visites à Bangui et à l’intérieur du pays. Après  avoir présenté son rapport au Conseil de Sécurité, rien n’a bougé d’un iota. Les violations des Droits de l’Homme se poursuivent allégrement sur une bonne partie du territoire et ce, en présence de tout le monde, y compris la France et les Nations-Unies. Incroyable, mais pourtant vrai.

Toutes les résolutions prises par le conseil de sécurité des Nations-Unies sont taillées sur mesure par la France. Ce sont les autorités françaises qui bloquent la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines. Ce qui est très curieux, le président François Hollande a décidé de retirer son troupe de la RCA dans un climat de sécurité encore précaire. Mais cela n’a pas empêché le mouvement du soleil.

La seconde guerre mondiale déclenchée par Hitler n’a pas exterminé la race humaine de la planète. Autant dire que la RCA ne sera jamais enrayée de la carte du monde, ni son peuple exterminé même si la crise perdure jusqu’en 2030. Quand les ex-combattants vont fatiguer de tuer leurs compatriotes, la paix va revenir sur le territoire. Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, la France ne va jamais changer de stratégie en RCA. Malinas était à Bangui quand les groupes armés massacraient et calcinaient des personnes. Il n’a jamais haussé le ton pour  demander l’arrestation de certains leaders criminels et sanguinaires. Tout ce que Malinas savait faire, c’est de manipuler les Centrafricains à s’entretuer comme des animaux sauvages. L’ex-Chargé d’Affaires de l’ambassade des Etats-Unis à Bangui, David Brown, voyant la gravité des crimes commis par les groupes armés, avait demandé l’arrestation de Ali Daras. Qu’en était-il de l’ambassadeur Charles Malinas ?

Dans quel pays au monde les institutions démocratiquement élues ne disposent-elles pas de ses moyens de souveraineté et notamment de ses Forces de Défense et de Sécurité ? Nous comprenons dorénavant qu’à travers l’embargo, la France et les Nations-Unies roulent les autorités centrafricaines et la population dans la farine. En dehors de la capitale, l’autorité de l’Etat n’est qu’un paradoxe. Malgré les efforts déployés par les autorités du pays et certains élus de la nation qui ont effectué des visites dans leurs circonscriptions afin de discuter avec les leaders des groupes armés, rien n’a bougé d’un iota. « Nous faisons de Bambari une « ville sans armes » et « sans groupes armés », dixit la Minusca. Mais les réalités sont encore loin de compte. Les éléments du FPRC campent toujours à quelques kilomètres de Bambari dans le but de marcher sur cette ville. Selon certaines informations recueillies, Ali Daras se trouve dans un village proche de la ville de Bambari et contrôle la situation. Est-ce de cette manière qu’on peut parler de « ville sans armes » et « sans groupes armés » ? Qu’on nous le dise.

Quand un pays veut déployer son contingent, il doit au moins prévenir les autorités  centrafricaines, en l’occurrence le ministre des affaires étrangères. Et les troupes seront embarquées avec tous leurs matériels de guerre. Est-ce le cas ? Nous venons d’apprendre que des munitions qui prenaient la direction de la ville de Douala ont été découvertes à Garoua-Boulai. A quoi a servi l’embargo du moment où toutes choses sont permises ? Seul  le conseil de sécurité des Nations-Unies peut éclairer la lanterne des centrafricains à ce sujet. A l’allure ou vont les choses, il faut attendre dix (10) ans pour la réhabilitation effective et le redéploiement de toutes les forces de défense et de sécurité intérieure.

Les FACA, en pleine phase de restructuration vont-elles se servir de quoi pour être opérationnelles si  le conseil de sécurité ne fait que proroger l’embargo ? C’est la seule problématique qui se pose avec tant d’acuité. La RCA a encore du chemin à parcourir pour rétablir la sécurité et la paix sur toute l’étendue du territoire national. C’est la France et les Nations-Unies qui prolongent la souffrance des centrafricains. Et c’est bien dommage !

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×