LA FRANCE ET L’ETERNELLE CHAINE DES COUPS D’ETAT A N’EN...

Jeudi 03.05.2018 : 08H22

LA FRANCE ET L’ETERNELLE CHAINE DES COUPS D’ETAT A N’EN POINT FINIR

MacronLa RCA est une démocratie intégrale au même titre que la France, avec toutes les institutions de la République. Mais hélas, la RCA ne profitera du bonus de la démocratie. En retirant ses troupes de l’Opération Sangaris, la France a jeté en pâture aux groupes armés, la démocratie centrafricaine naissante. Du coup, les accords qui lient la RCA à la France sont devenus caducs. La RCA est donc libre de rechercher des partenaires en mesure de l’aider à sortir du gouffre. C’est alors que la Russie a saisi la main désespérée de la RCA. Elle est présente sur le territoire centrafricain pour aider l’armée nationale à retrouver ses lettres de noblesse afin protéger le peuple centrafricain très meurtri, qui baigne dans la misère, la pauvreté, le dénuement total. La RCA ne vit que des actions de bienfaisance des humanitaires. Un pays qui tourne en rond, sans économie et sans développement.

Les objectifs des Etats-Unis en Afrique s’articulent autour de quatre points :

● Lutter contre le terrorisme ;

● Faire avancer la paix et la sécurité ;

● Favoriser la bonne gouvernance ;

● Stimuler les échanges commerciaux et les investissements mutuellement bénéfiques.

Comment les Etats-Unis entendent faire avancer la paix et la sécurité en RCA ? La RCA n’est pas encore touchée par le terrorisme. Selon le Sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires africaines, les Etats-Unis soutiennent financièrement la Minusca. Ils ne peuvent s’engager militairement en RCA. Les Etats-Unis ne peuvent-ils pas renforcer la Minusca en hélicoptère de combat, au moins deux ou trois, pour faire face aux groupes armés ? Jusqu’à quand la RCA va-t-elle moisir dans la misère et la pauvreté absolues ? C’est une négation de la dignité humaine d’un peuple. Que les Etats-Unis fassent un tour dans nos provinces pour toucher du doigt la déshumanisation.

La population rurale meurt à petit feu. Le Sous-secrétaire adjoint, Christopher Lamora, a déclaré aux journalistes centrafricains présents à Kinshasa : « Vous les journalistes qui vous joignez à nous depuis la République centrafricaine, nous apprécions grandement le travail important et parfois dangereux que vous faites quotidiennement ». Les Etats-Unis doivent accroître la pression sur les groupes armés pour que le peuple centrafricain puisse respirer à plein poumon.

Dans sa politique à géométrie extrêmement variable, la France qui a retiré ses troupes en toute souveraineté alors qu’il ne fallait pas, semble vouloir faire la virgule dans le dos de la Russie. Comme l’a affirmé le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra, « les Russes ne sont pas des clandestins en Centrafrique ». La Russie depuis l’Union Soviétique, a une Ambassade en RCA. Ce qui suppose des liens de coopération. Il y avait, du temps de l’Union Soviétique, des coopérants russes dans divers domaines, éducation, santé et tant d’autres. Il y avait aussi un centre culturel russe à Bangui, ce qui explique la présence de nombreux étudiants centrafricains en Russie.

Vincent Bolloré est mis en examen par la justice française pour corruption. Il ne faut pas perdre de vue Total Centrafrique, Mocaf, Sucaf Centrafrique, des sociétés françaises en position de monopole absolu. C’est la clique qui fait la pluie et le beau temps dans les pays francophones d’Afrique. Le syndicaliste camerounais interrogé par Christophe Bouabouvier sur le 1er mai, fête du travail, n’a pas manqué de le souligner : «  les relations de Vincent Bolloré avec les dirigeants africains sont bien connues. Il gagne les marchés à l’avance… Vincent Bolloré prétend qu’il va quitter l’Afrique, mais les Africains ne vont pas en mourir. L’Afrique a des hommes d’affaires capables ».

Bolloré et Socatraf sont venus se greffer sur les patrimoines de l’Etat centrafricain qu’ils exploitent sans vergogne : les bateaux de Bokassa, les immeubles, le port de Bangui qui n’a jamais connu une quelconque modernisation. En Afrique, les Etats francophones ne sont nullement comparables aux Etats anglophones. Le poids de la France asphyxie ses ex-colonies, embourbées comme la RCA dans l’éternelle chaîne des coups d’Etat depuis l’indépendance à ce jour.

La Russie est en RCA suite à l’accord du Conseil de Sécurité, dont la France est l’un des membres permanents. Armer les FACA et aider le peuple centrafricain à retrouver le chemin de la paix, de la sécurité, de la stabilité, afin d’amorcer son développement économique, tels sont les objectifs de la nouvelle coopération russo-centrafricaine. Mais la France jette des peaux de banane, manipule les ex-Séléka, pour ridiculiser la Russie. La France se sent frustrée parce qu’elle ne s’attendait pas à un tel revirement spectaculaire de la RCA.

La France ne croyait pas que Touadéra allait franchir le seuil de six mois, un an et deux ans maintenant. Le peuple centrafricain et son président ont su tirer leur épingle du jeu. La France recourt à son jeu favori, à savoir la préparation du génocide, comme ce fut le cas au Rwanda. La réaction de la population de Kaga-Bandoro est largement suffisante pour traduire l’état d’esprit de la population sur l’ensemble du territoire national. Les ingrédients d’un génocide sont désormais visibles et les valets de la France qui jouent avec le feu, ne seront pas en mesure de maîtriser le Tsunami populaire.

Quand les ex-Séléka étaient à Bangui, ils n’ont épargné personne. Tous les leaders politiques étaient bardés des aides de camp fournis par la Misca. Personne n’a sorti la tête de l’eau. Aucun leader politique n’a condamné la prise du pouvoir de l’ex-coalition Séléka par la force, c’est curieux. Et pourtant, ils sont de ceux qui ont confectionné la Constitution du 30 mars 2016. Selon cette Constitution, nous paraphrasons, « aucun mandat présidentiel ne peut être écourté ». La présence russe devient un argument de taille pour les valets de la France. Où étaient-ils pour ne pas retenir l’opération Sangaris en RCA ? Le peuple centrafricain a fait son choix, avec un mandat de cinq ans. Le peuple centrafricain est le seul juge à qui Touadéra devra rendre compte. Le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis à l’époque des élections disait haut et fort, « personne ne pourra influencer le résultat des élections en Centrafrique. Malgré les pronostics de RFI en faveur des valets de la France, les Centrafricains, en toute souveraineté, ont porté leur choix sur Touadéra ». C’est un signe de maturité politique, de discernement et d’option réfléchis. Les Centrafricains sont fiers de leur président. Les Russes doivent utiliser leur pleine puissance pour imposer la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Les moyens militaires ne font guère défaut devant les criquets de la Séléka qui doivent être traités comme les terroristes en Syrie. « Ne jamais trahir la RCA, notre beau et cher pays ».

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire