LA CEDEAO, UNE DEMONSTRATION DE FORCE ET DE SOLIDARITE POUR

Lundi 13/02/2017

LA CEDEAO, UNE DEMONSTRATION DE FORCE ET DE SOLIDARITE POUR LA DEMOCRATIE SOURCE D’INSPIRATION POUR LA CEEAC : LUANDA-VATICAN AXE DE LA DERNIERE CHANCE

 

La CEDEAO a mobilisé ses troupes pour résoudre la crise gambienne en un quart de tour. Ce qui témoigne la force de la solidarité de cette communauté économique. La démocratie à un sens dans les pays qui la composent. Le suffrage du peuple doit être respecté. Yayha Jammet l’a appris à ses dépens. C’est un vent de liberté qui souffle sur le peuple gambien, débarrassé d’un dictateur sans scrupule. Le paradoxe est ahurissant au sein de la CEEAC qui a toutes les ressources militaires pour sortir la RCA de cette crise larvée. Un embargo sur les armes pour les forces de défense et de sécurité intérieures qui se prolonge indéfiniment. Cependant, les rebelles du FPRC sont hyper équipés, Gilets pare-balle, armement sophistiqué, alors ils tuent, pillent, détruisent en toute liberté. Les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre, les viols en masse, ne se comptent plus. Nourredine Adam à sa base arrière au Tchad. Il va et revient comme bon lui semble, avec la bénédiction du pouvoir de Ndjamena. Le Tchad est sur le front Boko Haram au Nigéria et sur le front Daesh au Mali, mais attise le feu en RCA, le ventre mou de la zone Afrique centrale.

Depuis les régimes de Patassé, Bozizé et l’éruption des Séléka, le Tchad est l’alpha et l’oméga de toutes les crises centrafricaines. C’est le pion de la France, l’axe des sales besognes. La frontière tchado-centrafricaine est une jungle depuis plus de vingt (20) ans à ce jour. Le malheur de la RCA est-il d’avoir bon gré malgré réussi sa transition démocratique ? Soit la France se sert de Idriss Déby-Itno pour faire aboutir la partition du pays ? La démocratie en Centrafrique accouche l’enfer ? Le déplacement du leader du FPRC à Luanda, Nourredine Adam, a provoqué la réaction des Nations Unies, prétextant qu’il est sous sanction. Quand il est au Tchad, c’est un silence absolu des Nation-Unies. Nourredine Adam doit se contenter de tuer, de massacrer et de détruire afin de prolonger le mandat des Nations Unies. La RCA étant devenue un fonds de commerce extrêmement juteux. Et dire que la Minusca est composée aux trois quart (3/4) d’Africains comme les Centrafricains, cela dépasse l’entendement humain.

Obéir à un pays que nos grands parents ont versé leur sang pour le soustraire des griffes des Nazis, c’est impensable. Silence de la France au Gabon , au Tchad, en RD-Congo ou RFI est fermée depuis plusieurs semaines. Ce sont les Centrafricains qu’on pousse à s’entretuer comme des animaux. Le monde est une jungle où les plus forts imposent leur diktat. Le même schéma ivoirien apparaît en Centrafrique, entretenir les rebelles contre le pouvoir en place. La France est une peste pour l’Afrique francophone qui ne sera jamais maîtresse de son destin. L’Angola tente de sauver l’honneur de la CEEAC dans la crise centrafricaine. Vatican se joint à cet effort pour tenter de ramener la paix. Il faut que la CEEAC mobilise ses énergies à l’instar de la CEDEAO, pour éteindre le feu en RCA. Crise sur crise depuis 1996 jusqu’en 2017, c’est trop. Les Centrafricains n’en peuvent plus. Ils aspirent à la paix, rien que la paix et c’est tout. La France a pillé, pille et pillera toujours les richesses de la RCA, d’une manière ou d’une autre, mais de grâce, la paix pour ce peuple très meurtri et mort plus qu’à moitié et qui dit : « pitié, pitié, pitié ! » Le peuple Centrafricain a le même sang que le peuple gambien et tous ont le sang africain. Pourquoi ce que font les européens à nos compatriotes migrants, ne révolte pas les dirigeants africains ? Que la France permette aux centrafricains de vivre en paix chez eux, dans leur pays que d’être traités de migrants bastonnés et violés ou sodomisés, comme c’est le cas.

Si la démocratie, les élections, les libertés, n’ont plus de sens, que la France nous le dise. Dans le cas de la RCA, la démocratie rime avec les armes, les tueries, les destructions sous l’œil des grandes puissances qui sèment à tout vent le concept de démocratie. Les intérêts ont-ils plus de vertu que la démocratie ? Les situations au Gabon, au Congo Brazza, en RD-Congo, au Tchad, font-elles la gloire de la France ? Tout porte à y croire, puisque la France ferme royalement les yeux pour ses intérêts et préfère torpiller la RCA qui a osé se distinguer, devenant un îlot de démocratie au milieu d’un océan de dictateurs sanguinaires. Et pourtant, c’est bien la France, les Etats Unis, l’Union Européenne, la Chine, l’Union Africaine, la CEEAC et la CEMAC qui ont exigé des institutions légitimes issues des élections crédibles, transparentes, justes. Les Centrafricains ont-ils péché en se soumettant au jeu démocratique au péril de leur vie ? La Démocratie est paralysée par les groupes armés, soutenus et entretenus par la France à travers le Tchad, où allons-nous ? Les Centrafricains ne savent plus sur quel pied danser. Que veut réellement la France en Centrafrique, c’est la question que se posent tous les Centrafricains du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Sur environ seize (16) groupes armés sur le territoire centrafricain, seul le FPRC de Nourredine Adam, joue les justiciers. Son déplacement à Luanda fait mal aux Nations Unies, mais les carnages permettent à la Minusca d’avoir les arguments pour s’éterniser, s’enrichir sur le sang et les crânes des Centrafricains. Documenter les atteintes aux Droits de l’Homme, sans une action pour les réduire, relève du crime et les Nations Unies sont complices des bandits armés. Ce qui est valable pour la Gambie, est valable pour la RCA et nous pensons que la CEEAC a véritablement tous les moyens diplomatiques, politiques et militaires pour mettre un terme définitif à cette crise qui n’a que trop duré. De l’esclavage à la colonisation, la France pèse de tout son poids sur la RCA, malgré une coquille vide d’indépendance. Il faut une révolte populaire comme en Algérie pour réduire la forte et étouffante pression qu’exerce la France sur la RCA.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire