L’UPC CHASSEE DE NDASSIMA, LA VILLE DE BAMBARI MENACEE PAR LA

Vendredi 10/02/2017 : 10H16

L’UPC CHASSEE DE NDASSIMA, LA VILLE DE BAMBARI MENACEE PAR LA COALITION FPRC – MPC. QUE FERA LA MINUSCA ?

Deplaces 1

La préfecture de la Ouaka est depuis plusieurs mois sous haute tension. Les affrontements intercommunautaires ne baissent pas d’intensité. La coalition FPRC – MPC dirigée par Nourredine Adam et Mahamat Alkhatim contre les positions de l’UPC d’Ali Daras ne faiblit pas. Nourredine Adam et Mahamat Alkhatim veulent coûte que coûte mettre fin à l’UPC. Leur objectif d’après le porte parole de l’UPC, Souleymane Daouda, est de mettre à exécution leur projet machiavélique de partition du pays, une fois qu’ils s’empareront de la ville de Bambari.

Pour parvenir à leurs fins, la coalition FPRC – MPC a pris le contrôle du village Ndassima, une zone diamantifère et aurifère, située à cinquante-deux (52) kilomètres  de la ville de Bambari, chef-lieu de la préfecture de la Ouaka. D’après les habitants de ce village, des combats d’une rare intensité ont opposé les combattants du FPRC à ceux de l’UPC qui se regardent depuis un certain temps en chien de faïence. Ces affrontements ont fait des victimes dans les deux (2) camps. L’accès à cette localité étant, impossible à l’heure actuelle, il est difficile pour le moment d’établir un bilan exact. Mais on parle déjà de vingt (20) combattants tués. Pris de peur, les habitants dudit village ont dû fuir dans la brousse pour se mettre à l’abri du danger. D’autres convergent vers la ville de Bambari ou d’autres localités les plus proches. Leurs conditions de vie sont critiques, alarmantes. Ils appellent le gouvernement et la Minusca à voler à leur secours.

Quant aux combattants de l’UPC, ils ont été chassés du village Ndassima et se sont retranchés à quarante (40) kilomètres de Bambari, juste sur la ligne rouge tracée et tenue par les Casques Bleus de la Minusca. C’est dans ce contexte que nous avons dit que la ville de Bambari risque de sombrer dans une situation d’insécurité qui ne dira pas son nom, dans la mesure où rien n’est fait pour arrêter la progression du FPRC – MPC. Car nous savons que ces criminels, ces hors-la-loi, ces seigneurs de guerre peuvent contourner la « ligne rouge » et s’en prendre aux positions de l’UPC dans la ville de Bambari et aux populations civiles. C’est une hypothèse que nous avons émise et qui peut se concrétiser sur le terrain. Celle-ci n’est pas gratuite mais se justifie. Car vous êtes sans ignorer que la coalition Séléka qui à pris le pouvoir le 24 mars 2013, a utilisé cette stratégie pour renverser le régime de François Bozizé Yangouvonda. Donc, les combattants du FPRC, du MPC, les deux (2) branches dissidentes de la Séléka et réfractaires au processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), ont les atouts nécessaires pour agir de la sorte. D’ailleurs, ils connaissent le terrain mieux que les Casques Bleus de la Minusca. Ensuite, ils peuvent parcourir des kilomètres à pied dans la brousse afin de s’attaquer aux positions de l’UPC, qu’ils connaissent bien. Enfin, ils bénéficient certainement de l’appui et des renseignements qui leur sont fournis par les ennemis de l’UPC. N’oublions pas que l’UPC a fait plus de mal que de bien aux populations de la Ouaka. Dans ce cas d’espèce, ces détracteurs sont capables de tout.

Alors, à l’approche de la coalition FPRC – MPC de la localité de Bambari, que fera la Minusca dans les jours à venir ? Les Casques Bleus seront-ils piégés par ces va-t-en-guerre ? Vont-ils franchir la « ligne rouge » ? Quelles stratégies adopteront-ils à l’avancée des combattants FPRC – MPC ? Autant d’interrogations qui nous laissent perplexes. Il s’avère indispensable que les Casques Bleus de la Minusca ne se laissent pas faire. Les propos tenus par les responsables de cette institution onusienne doivent se concrétiser maintenant pour que les Centrafricains aient un coeur net. « Villes sans armes » par-ci, « mise en garde » par-là, et « ligne rouge » de l’autre côté, le peuple centrafricain ne se reconnaît pas dans ces formules idiomatiques. La Minusca doit passer à l’acte.

Il est inadmissible et impensable que ces criminels continuent de mettre à rudes épreuves la vie de leurs compatriotes alors que le président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin Archange Touadéra est ouvert au dialogue. De l’autre côté, la porte du processus DDRR reste ouverte aux groupes armés réfractaires. Faille-t-il qu’ils persistent dans les violences inouïes, bestiales, inhumaines ?

Les Casques Bleus de la Minusca doivent prouver aux yeux du monde et des Centrafricains qu’ils ont un mandat robuste. Même s’il s’agit d’opter pour la frappe aérienne, qu’ils n’hésitent pas à le faire. Les Centrafricains ont trop souffert. Ils sont fatigués. Le sang a trop coulé. L’heure est venue de mettre fin à cette hémorragie. Et ceux qui sont bien indiqués pour ramener la paix en Centrafrique, en l’absence de nos Forces de Défense et de Sécurité (FDS), sont les soldats onusiens déployés sur l’ensemble du territoire national.

La Minusca doit redoubler de vigilance sur la « ligne rouge » tracée à 40 kilomètres de Bambari sur l’axe Bambari – Ippy pour qu’elle ne soit plus franchie comme celle de Damara à l’époque. Car la probable prorogation du mandat de la Minusca dépend de cette ligne rouge. Une fois qu’elle sera contournée par la coalition FPRC – MPC, la Minusca n’aura plus sa raison d’être. Ne jamais laisser aucune chance à ces malfrats de s’en prendre à la ville de Bambari, sinon...

Aux dernières nouvelles, on nous apprend que l’UPC a encore repris le contrôle du village Ndassima. Tellement que la situation qui prévaut dans ce village est très confuse, il nous est très difficile de savoir exactement ce qui s’y passe. En attendant, nous suivons de près l’évolution de la situation sécuritaire à Ndassima en particulier, et dans la Ouaka en général, pour vous informer à temps. Tantôt on dit que c’est la coalition FPRC – MPC qui a pris le dessus, tantôt, c’est l’UPC. C’est absolument dangereux et grave.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire