L’INTEGRATION DES EX-COMBATTANTS SELEKA

Mardi 06 Février 2018 : 10H14

L’INTEGRATION DES EX-COMBATTANTS SELEKA ET ANTI-BALAKA DANS L’ARMEE, COUPE L’HERBE SOUS LES PIEDS DES FAUCONS

Pdt et faca 2L’armée centrafricaine est partie sur de bonnes bases pour devenir une armée républicaine, multiethnique et respectant l’équilibre régional. Ce que les Nourredine Adam, Ali Darassa, Alkhatim, Sidiki doivent comprendre, c’est que Touadéra est entrain de corriger un cancer chronique depuis plus de trente ans. Le tribalisme ronflant et sans scrupule depuis plusieurs années, est aggravé et poussé à son paroxysme par le régime Bozizé. La politisation des FACA est l’autre facette de la même médaille. A cela s’ajoute l’isolement des régions comme la Vakaga, le Bamingui-Bangoran, la Haute-Kotto et le Haut-Mbomou. Des régions entières sont sous influence culturelle, monétaire et économique des deux Soudans (Nord et Sud).

Les Centrafricains ont été unanimes pour reconnaître la marginalisation de ces régions. Seuls les feus présidents Barthelemy Boganda, David Dacko et l’ex-Empereur Bokassa 1er, ont sillonné ces régions qui font partie intégrante de la RCA. feu président Kolingba a fait des déplacements dans ces préfectures. Les Séléka ont posé au départ, des revendications légitimes. C’est pourquoi, avec la bénédiction du peuple, Djotodia s’est autoproclamé président de la transition. Malheureusement, les ex-combattants Séléka se sont transformés en bouchers humains, reléguant au second rang, la gouvernance du pays qui a sa culture et ses règles. Le porte-parole des ex-Séléka, Eric Massi, avait interpelé en son temps le président Djotodia, au sujet du respect des normes de la gouvernance d’un pays. Eric Massi s’est attiré la foudre des faucons du régime qui voulaient absolument lui griller la cervelle. Il s’est réfugié quelque part jusqu’à la chute du régime Séléka. Le coup de pied des Chefs d’Etat de la CEEAC dans la fourmilière a donné raison à Eric Massi.

Les revendications à l’origine de la rébellion des ex-Séléka sont totalement intégrées au plan de relèvement du pays,  soumises aux partenaires au développement de la RCA à Bruxelles. Plus rien ne justifie les tueries, les massacres dans la manipulation avec les rêves utopiques que les ennemis de la République leur font miroiter. Nourredine Adam, Ali Darassa, Alkhatim et Sidiki se sont engagés dans une voie sans issue. Aujourd’hui, ils sont dos au mur. A l’aile  gauche, la justice, à l’aile droite, la traque militaire, Minusca et FACA, en attaquant de pointe, le gouvernement centrafricain.

Ce jour, lundi 05 février 2018, consacre l’intégration d’une centaine des ex-Séléka  et Anti-Balaka dans les Forces Armées Centrafricaines (FACA). C’est la suite logique du projet pilote-DDRR. Une seconde vague, d’environ 160 ex-combattants entrera bientôt en formation pour servir leur pays sous le drapeau.

Les autres, en particulier les jeunes, regretteront amèrement de s’être laissés tromper par les marchands d’illusions, les prophètes de malheurs, les oiseaux de mauvais augure qui leur faisaient croire à un retour au pouvoir par les armes, comme en 2013. Le Colonel Larry Mahalba Nordine doit être heureux comme un  artisan de cette intégration. Nourredine Adam et Ali Darassa se servent des jeunes comme des chairs à canon pour leurs intérêts égoïstes. La R-J vient de prendre un engagement solennel d’intégrer le processus DDRR. Les autres groupes n’ont d’autres choix que de suivre cet élan de la R-J. Les Centrafricains ont souffert, souffrent et continuent de souffrir, tant dans les zones sous contrôle des groupes armés que sur les sites des déplacés, d’autres en exil. Le pouvoir d’achat des Centrafricains s’est effondré depuis plusieurs années (30 ans), les salaires bloqués, autant de maux qui minent la vie sociale en Centrafrique. Le temps est désormais à la réconciliation, à la reconstruction et au relèvement du pays.

« A partir d’aujourd’hui, vous n’appartenez plus aux groupes, à notre région… », a déclaré en substance, le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra, au Camps Kassaï, lors de la cérémonie d’incorporation des ex-combattants Séléka et Anti-Balaka dans les FACA. L’Armée républicaine, vœu cher au peuple centrafricain, Touadéra est entrain de la bâtir, lentement, mais sûrement. L’acte posé par la Russie restera gravé dans les annales de l’histoire de la RCA et gravé dans la mémoire de chaque centrafricain, de génération en génération. C’est franchement dans le malheur, dans le désespoir, dans la détresse absolue, qu’on reconnait les vrais amis, celui-là qui vous tire in-extrémis de la descente en enfer. La Russie a jailli en véritable sauveur au moment voulu. La Russie arrive dans le pays le plus pauvre de la planète, la lanterne rouge de tous les pays. La grande avance de la Russie au plan technique et technologique, sera un grand stimulant pour le relèvement de la RCA, la formation des cadres de haut niveau. Pourquoi la RCA n’aurait pas, avec le concours de la Russie, des satellites tant pour la télévision que pour la surveillance du territoire national, donc à but militaire pour la sécurité.

La Coopération ne fait que commencer et tous les espoirs sont permis.

Julien BELA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire