L’IMPLICATION DU TCHAD, DU CAMEROUN, DES 02 SOUDAN

Mardi 31.10.2017 : 10H37

L’IMPLICATION DU TCHAD, DU CAMEROUN, DES 02 SOUDAN ET 02 CONGO DANS LA RESOLUTION DE LA CRISE EN RCA EST INDISPENSABLE

Même si la résolution de la crise centrafricaine incombe en premier chef au peuple centrafricain lui-même, il ne faut pas aussi perdre de vue que l’implication du Tchad, du Cameroun, des deux (02) Soudan et des deux (02) Congo y est indispensable. Dans la mesure où ces six (06) pays précités ont des frontières terrestres ou fluviales communes avec la RCA. Donc, étant ses voisins immédiats, l’ombre de certains d’entre eux tels que le Tchad et les deux (02) Soudan plane encore sur la crise centrafricaine.

A titre d’exemples, bon nombre de chefs des factions Séléka qui écument la RCA sont des Tchadiens et des Soudanais. Et que dire également de Ali Darras de l’UPC, le nigérien et de Sidiki des 3R, le camerounais ? D’ailleurs, un récent rapport d’enquêtes du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la situation sécuritaire et humanitaire en RCA a mis en exergue le ravitaillement des différents groupes armés (fractions Séléka et Autodéfenses) en armes et en minutions à partir du Tchad, des deux (02) Soudan et de la République Démocratique du Congo (RDC) par voie fluviale (Oubangui et Mbomou). Allez-y comprendre le reste.

C’est autant dire que la crise en RCA a des dimensions politiques et géopolitiques très profondes. D’où l’implication effective de tous les pays voisins dans la résolution de cette crise centrafricaine est aujourd’hui indispensable. Aussi, n’oublions pas que la RCA est un pays très vaste avec 623.000 Km² de superficie, mais avec des frontières très poreuses avec ses voisins. Et la non réhabilitation et le non redéploiement de nos Forces Armées Centrafricaines ( FACA) ne font qu’empirer davantage la crise militaro-politique en RCA, déclenchée par la nébuleuse ex-coalition Séléka en décembre 2012, jusqu’au jour d’aujourd’hui. Et tout cela, malgré le retour à l’ordre constitutionnel du pays, depuis le 30 mars 2016.

Nous disons que, au nom de la solidarité sous-régionale, régionale et africaine, tous les pays voisins de la RCA ont le devoir de s’impliquer positivement dans la résolution définitive de cette crise, au lieu d’y jouer un rôle négatif d’auteurs intellectuels, de commanditaires ou de pêcheurs en eau trouble. Car, de par sa position géographique, la RCA se situe au cœur (centre) du continent africain. De ce fait, l’embrasement du pays aura des répercutions fâcheuses et incalculables dans les autres pays africains, surtout ses propres voisins. Donc, « il vaut mieux prévenir que guérir ».

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire