« L’EXFILTRATION DE ALI DARASS DE L’UPC DE LA VILLE

Vendredi 30.06.2017 : 10H48

« L’EXFILTRATION DE ALI DARASS DE L’UPC DE LA VILLE DE BAMBARI PAR LA MINUSCA VERS LA REGION 06 EST SOURCE DE VIOLENCE A BANGASSOU, ALINDAO, MOBAYE ET ZANGBA »

Ali daras 10Cette déclaration avait été faite par les responsables du bureau de la Coordination des Ressortissants de la Région n°06, lors d’une conférence de presse qu’ils avaient animée dans la salle de conférence du Centre Jean XXIII à Bangui, le 16 juin 2017. Et ceci pour expliquer aux journalistes la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans ladite région (Basse-Kotto, Mbomou et Haut-Mbomou).

Pour eux, « l’exfiltration de Ali Darass de l’UPC de la ville de Bambari dans la Ouaka par la Minusca vers la Région n°06 est source de violences à Bangassou, Alindao, Mobaye et Zangba. Etant donné que Ali Darass circule d’une ville à une autre, d’un village à un village et est libre de ses mouvements dans cette région. D’où les incessantes et fréquentes violences intercommunautaires et autres exactions de tout genre dont sont victimes les populations des villes précitées. De ce fait, la Minusca est le responsable numéro un de toutes les violences et exactions commises par Ali Darass et ses éléments (peulhs) armés, tout en exigeant l’arrestation immédiate de tous les chefs criminels des groupes armés en RCA ».

Fort de tout ce qui précède, et au regard de la situation d’insécurité grandissante dans certaines régions du pays, le pouvoir en place et ses partenaires au développement, ont intérêt à conjuguer leur efforts afin de procéder à la dernière lettre « R » du processus DDRR des groupes armés, à savoir le Rapatriement des chefs et combattants étrangers dans leurs pays d’origines. Il s’agit entre autres, de Ali Darass de l’UPC, de Nourredine Adam du FPRC, de Sidiki des 3R et consorts. Car, « il faut battre le fer quand il est encore chaud », dit un jargon des forgerons. Et après, le vrai Désarmement, Démobilisation, et Réinsertion (DDR) va suivre son processus normal ». « La paix n’a pas de prix » et il va falloir agir vite pour sécuriser et pacifier l’ensemble du territoire national. Surtout que sans la sécurité et la paix, il n’y a pas d’investissement dans les différents domaines de la vie active nationale, pour un réel décollage socio-économique et humain durable en RCA. « L’argent n’aime pas les bruits de bottes », dit-on.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×