L'AXE ZEMIO-MBOKI, VERITABLE « COULOIR DE LA MORT » POUR LES....

Jeudi 19 Jan 2017 : 10H42

Joseph kony

L’AXE ZEMIO – MBOKI, VERITABLE « COULOIR DE LA MORT » POUR LES FORCES ETRANGERES EN RCA : ENCORE 02 OUGANDAIS TUES.

MAIS QUI SONT LES AUTEURS ?

La crise centrafricaine, déclenchée par l’ex-nébuleuse coalition Séléka se métamorphose. Elle a pris une autre tournure dans la préfecture du Haut-Mbomou où sévit l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) du tristement célèbre sanguinaire ougandais, Joseph Kony. Tout se passe comme si l’axe Zémio – Mboki est devenu un véritable « couloir de la mort » pour les forces étrangères déployées en Centrafrique. De jour en jour, on enregistre des cas d’attaques des véhicules des forces étrangères par des hommes lourdement armés assimilés aux combattants de la LRA.

Le 03 janvier dernier, le contingent marocain de la Minusca est tombé dans une embuscade tendue par des groupes armés non identifiés à ce jour. Deux (02) Casques Bleus marocains avaient trouvé la mort dans ces attaques. Les assaillants s’étaient évadés dans la nature comme une traînée de poudre, sans que l’un d’entre eux ne soit arrêté pour répondre de ses actes devant la justice. C’était un acte odieux, un crime de guerre. Une enquête était ouverte à ce sujet par la Minusca. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucune information n’est filtrée sur cette ouverture d’enquête. Nous attendons toujours ses résultats pour connaître les auteurs de cet acte barbare, indigne, inhumain qui n’honore personne, même les assaillants.

Comme cela ne leur suffit pas, le dimanche 15 janvier 2017, un convoi de l’armée ougandaise, déployée en RCA dans le but de traquer Kony et ses éléments, fut attaqué  à son tour par des hommes armés. Le bilan est lourd : deux (02) militaires ougandais ont trouvé la mort et une dizaine de blessés est enregistrée. A en croire une source sécuritaire à Zémio, ces hommes armés qui s’en sont pris aux soldats ougandais, seraient des combattants de la LRA. D’après cette même source, « ils ont décidé unanimement de s’attaquer à toutes les forces nationales, internationales, voire les combattants Séléka qui sillonneraient la région ».

Ces menaces doivent être prises au sérieux tant par le gouvernement centrafricain que par les responsables onusiens et les autorités ougandaises. Nous avons toujours dit et redit qu’un rebelle est un rebelle. Quoiqu’on dise, quoiqu’on fasse, il est et demeure toujours rebelle. Il n’a qu’un seul objectif : tuer, tuer, tuer. Même si on lui donne des tonnes de billets de banque, il optera toujours pour la violence, rien que la violence. Pour les combattants de la LRA, on ne peut pas s’étonner, pour la simple raison qu’ils ne vivent que dans la brousse. Nous pouvons affirmer, sans nous tromper qu’on peut les comparer aujourd’hui aux animaux sauvages ou d’autres êtres qui n’ont de pitié pour personne.

Il est temps que les forces étrangères qui sont aujourd’hui en Centrafrique cessent de caresser, dans le sens du poils, ces damnés de terre qui n’hésitent un seul instant à tirer sur leurs semblables. D’ailleurs, ils ont juré sur monts et océans à s’en prendre à toutes les forces étrangères et nationales, même les combattants Séléka. C’est un signal fort lancé au gouvernement et à la Communauté internationale par les rebelles de la LRA. C’est pour autant dire que la crise centrafricaine s’est généralisée, car en aucun cas, la LRA ne s’est pas dressée sur ses ergots pour s’attaquer aux forces, depuis qu’ils ont élu domicile en République Centrafricaine en 2008. « Aux grands maux, de grands remèdes », dit-on. Donc, toutes les forces en RCA doivent prendre des mesures draconiennes face aux menaces de la LRA.

Si nos mémoires sont bonnes, nous osons croire qu’un soldat ougandais n’est jamais tombé sous les balles de la LRA en RCA. C’est désormais chose faite. Ils ont maintenant intérêt à bien faire leur travail, au lieu de voguer au gré du vent. La véritable traque de Joseph Kony et ses hommes doit commencer après la mort des deux (2) soldats ougandais dont leur convoi est tombé dans les embuscades tendues par les combattants de la LRA. Ils n’ont plus droit à l’erreur. Car un de ses quatre (4) matins, ils risquent fort d’être pris en otage par leurs compatriotes ougandais qui se trouvent au sein de la LRA.

Les forces onusiennes, nationales et la force tripartite, doivent prendre toutes les dispositions nécessaires avant de sillonner la région du Haut-Mbomou et du Mbomou. En ce qui concerne exclusivement l’axe Zémio – Mboki, un pont aérien doit être mis en place pour détecter les probables attaques de la LRA contre les forces internationales. Deux (2) Casques Bleus marocains et deux (2) militaires ougandais tués dans ce même mois de janvier par les combattants de la LRA, c’est trop. La LRA n’est pas une rébellion centrafricaine. Les forces déployées en RCA doivent conjuguer leurs efforts pour mettre fin à la rébellion ougandaise.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire