KHARTOUM : 1er ECHEC DES GROUPES ARMES,..

Lundi 28.01.2019 : 10:18

KHARTOUM : PREMIER ECHEC DES GROUPES ARMES (UPC-FPRC), « BAMBARI, VILLE SANS ARMES » N’EST PAS NEGOCIABLE POUR LA MINUSCA

D’entrée de jeu, le FPRC et l’UPC ont posé comme préalable, l’« arrêt du ratissage des bandits armés à Bambari ». La Minusca a répondu sans ambages : « Bambari, ville sans armes » doit être une réalité vécue. Ce n’est pas négociable. Le ratissage doit se poursuivre. Le FPRC et l’UPC ont déjà mordu la poussière au premier round. La Résolution 2448 fait obligation à la Minusca de réagir pour protéger la population civile innocente et sans armes. Analphabètes endurcis qu’ils sont, ils prennent leurs rêves pour la réalité, alors que les résolutions évoluent de manière exponentielle.

La ville de Bambari sera quotidiennement ratissée par les forces spéciales portugaises et népalaises. Le temps de grâce des groupes armés arrive à expiration. L’accord de défense entre la Russie et la RCA, entrera bientôt en vigueur dans quelques jours. Les groupes armés sauront de quel bois se chauffe le gouvernement centrafricain. Ils seront traqués militairement sur le terrain, pendant que la machine judiciaire met en marche le rouleau compresseur. Le gouvernement attend de collecter les gros poissons. Bozizé sort de son côté de sa réserve et émet le vœu de participer au dialogue de Khartoum. Bozizé, confirme-t-il qu’il est chef de guerre des groupes armés, autrement dit des Anti-Balaka ? Une chose est sûre, il n’y aura plus d’autres dialogues. C’est le commencement de la fin d’une crise qui a trop duré. La RCA est dans la désolation, le peuple centrafricain est très meurtri, misérable et très pauvre. Il est temps de passer et de penser à autre chose, à savoir, colmater les fissures sociales, réconcilier les Centrafricains avec eux-mêmes et enclencher le processus de développement du pays.

La RCA a tous les atouts pour son développement. Le pouvoir de l’Etat est démocratique, la liberté d’expression est totale, la liberté de la presse est réelle. Les partis politiques et les organisations de la société civile sont libres, notamment le mouvement syndical. Il n’y a aucun prisonnier politique, ni d’opinion. Les Institutions de la République fonctionnent à merveille, sur la base de la séparation des pouvoirs, Exécutif, Législatif et Judiciaire. Le ciel du climat des affaires va s’éclaircir bientôt avec le processus du dialogue enclenché à Khartoum au Soudan du Nord. Et ce n’est pas étonnant de voir certains compatriotes se mettre à rêver et à projeter la RCA de demain. C’est le cas du « plan BIDA » un véritable plan Marshall pour la RCA, son pays. C’est la première fois qu’un Centrafricain se donne tant de peines pour son pays. Les Centrafricains ont souvent peur des chiffres en centaines de millions, pire encore, en plusieurs milliards de dollars. Centrafric Matin félicite notre compatriote Bida Koyagbélé pour son audace, son patriotisme et sa vision du développement exponentiel de la RCA. Pour Centrafric Matin, il fallait tripler les 48 milliards de dollars.

A notre avis, le plan BIDA doit intégrer ou compléter le plan de relèvement de la RCA, le RCPCA. La RCA a les potentialités économiques nécessaires. D’autre part, elle entretient de très bons rapports avec les grandes puissances économiques du monde, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, le Canada, l’Union Européenne, l’Angola, l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Royaume du Maroc, pour ne citer que ces quelques pays. Il est certes vrai que la RCA aura besoin au départ d’expertises extérieures afin de lui permettre de consolider et de perfectionner les compétences locales. La justice se remet peu à peu sur les rails afin de garantir un climat des affaires sain, profitable à tous et gagnant-gagnant. Il n’y a plus de monopole en Centrafrique. Une loi votée à l’Assemblée Nationale, supprime le monopole et instaure la concurrence pour le bonheur et le bien être des consommateurs centrafricains. La RCA est au Cœur du continent africain et offre une position géopolitique, géostratégique et géoéconomique aux gros investissements, aux grosses firmes, à l’industrie lourde. La RCA doit s’ouvrir comme une étoile.

Le désenclavement est dans la tête des Centrafricains. Mais en réalité, la RCA a toutes les opportunités pour desservir le monde entier, par air, par fleuve, par la route, par la voie ferrée, par TGV, par métro. C’est du cœur que le sang est purifié et renvoyé pour alimenter tout le reste du corps. C’est le rôle essentiel que la RCA doit jouer sur le continent et dans le monde entier. Le cœur de l’Afrique bat en RCA. Le Chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra n’est pas de la dernière pluie. C’est un homme averti qui a une vision pour son pays, un caractère pour y parvenir malgré les embûches. L’Union Européenne a un Atlas dans ce sens, donc Centrafric Matin n’invente pas la roue. Le plus important est de transformer les rêves en réalité concrète, visible, palpable par le plus grand nombre de Centrafricains. Le seul goulot d’étranglement demeure la crise avec toutes les manipulations dans l’ombre, les mains noires qui s’agitent derrière les groupes armés.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire