JOUSSO-GATE : 500 MILLIONS F DE POT DE VIN A REMB....

Mercredi 12.09.2018

JOUSSO-GATE : 500 MILLIONS F DE POT DE VIN A REMBOURSER A UNE SOCIETE CHINOISE, UNE HONTE NATIONALE

Theodore jousso 1Combien de ministres se comportent comme Théodore Jousso, au mépris de la rupture prônée par le chef de l’Etat ? Fait-on un minimum d’enquêtes de moralité pour nommer X à une haute fonction de responsabilité ? Le cas de Théodore Jousso est clinique, car la poche du ministre et les caisses de l’Etat sont confondues. Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Comment un ministre peut-il développer une rapacité financière aussi féroce au détriment des caisses de l’Etat ? Cela dépasse l’entendement humain. Feu président Dacko qualifiait ce genre de personnage de « ngohongo (épervier) » ; le président Bozizé, à propos de la CEI de Binguimalé de, « glouton ». Quel qualificatif utilisera Touadéra pour qualifier un tel ministre ? Une cupidité aussi vorace que les cieux et la terre, pour s’enrichir alors que le pays traverse une tension de trésorerie.

La Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance doit également s’intéresser à ce dossier. La moralisation de la vie publique, au regard du dossier Jousso-Gate, revêt une importance capitale pour le pays. L’impunité zéro ne concerne-t-il que les groupes armés, les braqueurs, les bandits de grand chemin ? La rupture prônée par le chef de l’Etat rime avec la bonne gouvernance, l’intégrité, l’honnêteté, la transparence, la conscience professionnelle. Les directeurs généraux ou autres titres assimilés qui sont des patriotes, qui défendent les intérêts de l’Etat ou l’intérêt général, sont des fusibles. Les ministres trouvent l’occasion de les faire sauter, parce qu’ils sont des obstacles à leurs intérêts personnels et égoïstes. Les ministres nomment à la place des directeurs généraux récalcitrants, puisqu’ils appliquent les textes règlementaires et l’orthodoxie financière, les « fidèles serviteurs ou doungourous », ceux-là qui profitent des brèches grandes ouvertes par le ministre pour se servir. La RCA fonctionne sur ce mode de gestion depuis la nuit des temps.

Une confrontation en Chine entre Jousso et la société chinoise fait ressortir 500 millions de pot de vin qu’il doit rembourser. Le chef de l’Etat qui a organisé la confrontation l’exige, car le marché a été attribué par la Banque Mondiale à SATOM. Décidément, le ministre Théodore Jousso doit démissionner de lui-même et se mettre à la disposition du procureur de la République pour conduite à tenir. Le personnel de AHS-RCA entend faire le grand déballage sur la place publique. Quelle gloutonnerie ! Quelle rapacité ! Quelle cupidité ! Quelle avidité ! Tout est tordu avec le ministre Théodore Jousso, gabegie, pot de vin, corruption à l’exponentiel. Ô ! Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance, au secours ! Le gouvernement compte en son sein un grand voleur, un mafieux colombien, un pirate de terre, du jamais vu de tous les gouvernements qui se sont succédés en RCA.

Théodore Jousso est une pathologie financière, car tout est occasion de se remplir les poches, de s’enrichir de manière illicite. Pour un pot de vin, le ministre Jousso demande un (1) milliard de FCFA à une société chinoise. Cinq cent millions de FCFA lui ont été versés comptant. Mais la société chinoise n’a pas eu le marché de construction de la route Baoro-Bouar. C’est une honte nationale pour un corrompu jusqu’aux os. Qu’attend-il pour démissionner car il fait honte au Chef de l’Etat, au premier ministre, aux députés de la nation et à tout le peuple centrafricain.

Pour le budget de lancement des travaux de titres sécurisés, il faut 44.276.500 FCFA en une seule journée. Sommes-nous dans un pays pétrodollar comme le Qatar, le Koweït ou l’Arabie-Saoudite ? Une entreprise ivoirienne avait postulé. Le contentieux judiciaire est-il résolu ? Les plus hautes autorités ne seront-elles pas éclaboussées après le lancement officiel ? Le jour « J » à lui seul fait 44.276.500 FCFA. Nous sommes en Centrafrique, il faut faire avec.

(Feuilleton à suivre).

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire