JOSEPH ZOUNDEKO A TROUVE LA MORT...

Mardi 11.07.2017 : 09H56

JOSEPH ZOUNDEKO A TROUVE LA MORT APRES AVOIR CRACHE LE

MORCEAU : LES MANIPULATEURS ET LES SOUS-MARINS TORPILLEURS

Joseph zoundeko 1« Tôt ou tard, le jour apparaîtra ». C’est ce qui est entrain de se réaliser en République Centrafricaine. Le voile se lève peu à peu sur l’origine de la persistance de la crise qui ne cesse de faire de nombreuses victimes et des milliers de déplacés. Il y a de cela quelques mois, feu Joseph Zoundéko, au cours d’une interview accordée au Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH), a affirmé, « Ali Daras bénéficie du soutien de Abdoul Karim Mékassoua, président  de l’Assemblée Nationale et de la Minusca… ». La déclaration fracassante de feu Joseph Zoundéko n’a fait ni chaud ni froid aux députés de la nation. Aucune enquête parlementaire n’a été menée jusqu’à la date d’aujourd’hui pour connaître les réalités des faits. Pourtant, il a dit clairement qu’il détenait les preuves. Joseph Zoundéko a trouvé la mort, parce qu’il a simplement dit la vérité sur l’origine de la persistance de la crise centrafricaine. Il est désormais classé parmi les martyrs en RCA pour son courage à dénoncer les sous-marins, les fauteurs de trouble, bref, les ennemis du peuple qui manipulent les groupes armés afin de s’enrichir avec l’argent du sang.

Pour une seconde fois, Abdoul Karim Méckassoua président de l’Assemblée Nationale et Oumar BA, ancien chef de bureau de la Minusca ont été formellement mis en cause par le général Azor Khalid, sous chef d’état-major du Conseil National de Défense et de Sécurité (CNDS).  Dans une déclaration rendue publique par le FPRC de Nourredine Adam, il les accuse d’avoir financé les mercenaires afin de déstabiliser le pouvoir de Bangui à leur profit et servir le pays de base arrière aux rebelles tchadiens pour déstabiliser le pouvoir de Ndjamena. Dorénavant, il n’y a pas de rumeur à Bangui. Les dires des Centrafricains dans les rues et quartiers de la ville de Bangui finissent dans la plupart de temps de devenir réalité. C’est depuis fort longtemps que des informations circulent parmi la population Banguissoise, mettant en cause le président de l’Assemblée Nationale de préparer un coup d’Etat pour renverser le régime en place. Ces informations viennent d’être confirmées par le RPRC et le FPRC de Azor Khalid. Il y a autant de personnalités politiques indépendantes et leaders des partis politiques en RCA. Pourquoi c’est le nom de Abdoul Karim Mékassoua qui revient à chaque fois ? Il y a certainement anguille sous roche.

Nous osons croire que les élus de la nation doivent cette fois-ci prendre leur responsabilité pour diligenter une enquête parlementaire à ce sujet. Le rôle des députés n’est pas seulement de voter des lois, mais de veiller aussi sur la population. Comment comprendre que Abdoul Karim Méckassoua, un grand leader politique et de surcroît président de l’Assemblée Nationale peut-il agir de la sorte ? Si cette révélation s’avère vraie, financer une rébellion, constitue la violation grave de la Constitution du 30 mars 2016. Après la présidence, vient automatiquement l’Assemblée Nationale, deuxième pouvoir qui devrait en principe veiller sur la bonne marche des institutions républicaines, mais également sur la vie de la population. Comment les députés peuvent-ils eux-mêmes expliquer de tels actes qui n’ont fait qu’enfoncer le clou à la population centrafricaine déjà victime de nombreuses exactions ?

Il n’est pas surprenant de voir les groupes armés occupés la moitié du territoire, en pillant, tuant, incendiant sous la barbe des Casques Bleus de la Minusca avec toute une armada impressionnante de guerre. Cette même Minusca qui finance les groupes armés peut-elle réellement les empêcher de commettre les exactions sur la population civile ? Au contraire, c’est lorsqu’il y a l’insécurité qu’elle (Minusca) peut exploiter et piller frauduleusement les ressources naturelles du pays. C’est ce qu’elle a fait et continue même de faire. N’est-ce pas ce que disent les populations de l’arrière-pays, en accusant la Minusca d’être de connivence avec certains groupes armés ? Nous comprenons pourquoi Nourredine Adam a dit qu’il ne sera pas le seul à aller devant la Cour Pénale Spéciale. Il y a certains leaders politiques, députés de la nation, voire certains responsables des Nations-Unies qui vont sans doute passer devant la CPS pour complicité de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et crimes de génocide. C’est ce que nous attendons de voir dans les jours à venir.

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire