JEAN-BEDEL BOKASSA NGBOUNDOULOU …,

Jeudi 22 février 2018: 09H40

JEAN-BEDEL BOKASSA NGBOUNDOULOU …, VOICI SA PENSEE PROFONDE POUR LA RCA

04 2Un homme d’Etat disait : « Un ministre,  ça ferme sa gueule ou sa démissionne ». Les Russes ne sont pas en Centrafrique pour les intérêts de Touadéra. C’est plutôt pour soulager un peuple très meurtri, sous les bottes des groupes armés. Comme le stigmatisait un compatriote centrafricain, «  même s’il faut pactiser avec le diable pour sauver la vie des Centrafricains, il faut le faire ». Le peuple centrafricain du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest a réclamé, depuis les Consultations Populaires à la Base (CPB), le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines, afin de briser la rage meurtrière des groupes armés. La Communauté internationale, malgré la cruauté des groupes armés, a imposé au gouvernement  une remise à niveau des soldats centrafricains. Ce que l’EUTM le fait  merveilleusement. Les FACA se remettent peu à peu sur leurs jambes.

Acte 2, il faut doter les FACA d’un armement digne d’une armée qui puisse être efficace. Les autorités ont sollicité la Russie qui a répondu favorablement, en envoyant des experts militaires pour le maniement des armes qu’elle expédie en RCA. La démarche a été réglementaire, jusqu’au Conseil de Sécurité de l’ONU où siège les cinq (5) membres permanents et tous les autres membres. Aucune objection n’a été relevée. A l’unanimité, le Conseil de Sécurité a donné son aval, son feu vert à la Russie. L’un des plus puissants pays au monde, la Russie a les mains libres pour servir la RCA copieusement en armes de tout genre. L’embargo n’est qu’une stratégie pour suivre la trace des armes depuis la Russie jusqu’en Centrafrique où il y a les destinataires, les FACA. Les soldats centrafricains sont immédiatement initiés par les experts militaires russes au maniement de leurs armes. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Les héritiers de l’ex-Empereur Bokassa, en particulier Jean-Serge Bokassa, veulent-ils de l’argent ou la location de l’espace ? Que représente la famille Bokassa parmi les cinq millions d’âmes en danger de mort ?

Les populations de toute la bande Nord-est occupée par les groupes armés très meurtriers, n’ont-elles pas droit à la vie ? Si la Lobaye vivait les affres de la guerre comme la population de Bocaranga, Paoua, Ippy, Kaga-Bandoro, Jean-Serge Bokassa tiendrait-il le même langage ? Ministre de la Sécurité Publique et de l’Administration du Territoire, n’avait-il pas envoyé des policiers et gendarmes à Kaga-Bandoro à l’époque ? Et pourquoi ? Heureusement que la Minusca a stoppé cette mission, l’obligeant à rebrousser chemin. En ce temps-là, les policiers et gendarmes étaient envoyés à l’abattoir, car ils n’avaient pas des armes qu’il fallait. C’est la mission régalienne de l’armée nationale qui est en pleine formation et ensuite l’adaptation aux armes russes. L’aéroport de Béréngo n’était-il pas sous l’empereur Bokassa, au service de la nation centrafricaine ? Le champ de tirs n’est-il pas à la disposition de l’armée centrafricaine ? Jean-Serge Bokassa était-il obligé de soutenir Touadéra ou a-t-il simplement choisi la bonne part pour s’y accrocher mordicus ? Il a opté pour le meilleur profil. Pourquoi le site de Béréngo peut-il devenir une affaire d’Etat ? Les Russes sont-ils des extra-terrestres ?

Jean-Serge Bokassa s’adresse aux Centrafricains et non à Touadéra. Il revient au peuple centrafricain d’apprécier l’opposition farouche des héritiers Bokassa à leur survie. Les groupes armés occupent tout le territoire centrafricain. Il n’y a que l’armée nationale pour faire pencher la balance du côté de la paix et de la réconciliation nationale. Les Séléka qui y avaient séjourné, avaient-ils réellement conscience du mausolée d’une figure emblématique et historique du pays ? Même au Palais de la Renaissance, nous avons vu les Séléka se laver tous nus, sans le moindre égard à la pudeur. Ils se lavaient comme dans un ruisseau en pleine brousse, au hangar des banquets. Incroyable mais pourtant aussi vrai que la terre existe. Ils étaient visibles en tout lieu du Palais.

Le concours de l’armée est très attendu pour le bon fonctionnement de la Cour Pénale Spéciale (CPS) et les cours criminelles de la République à Bangui, Bouar et Bambari. Les comportements des hommes de Tidiani du groupe de Abdoulaye Hissène, devant la barre de la Cour Criminelle, démontrent à suffisance l’extrême importance du renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Jean-Serge Bokassa doit avoir le courage de démissionner de lui-même, car, il a lui-même pulvérisé la solidarité gouvernementale. Aura-t-il le courage de voir Touadéra dans les yeux en Conseil des Ministres ?

Touadéra est un serviteur de Dieu, il ne se reconnait pas dans les réactions épidermiques. Les salaires et les avantages accordés aux ministres proviennent de la sueur du peuple centrafricain. Dans une famille, il y a toujours un héritier légitime. C’est le représentant de la famille, c’est ce que nous observons au greffe civil. Les membres de la famille sont représentés par l’héritier légitime désigné par le défunt père de son vivant. Quel intérêt pour Touadéra de diviser la famille Bokassa ? Touadéra y gagne-t-il quelque chose, ou c’est le peuple centrafricain qui voit son armée ?

Les photos parlent

Touadéra peut faire déménager les Russes en tout autre endroit. Seulement, l’héritier légitime, Jean-Bedel Bokassa Ngboundoulou... n’a pas la même pensée que Jean-Serge Bokassa. Les photos que vous voyez parlent et sont pleines de sentiments patriotiques, preuves d’un ancrage très fort à la terre des ancêtres.

Jean-Bedel Ngboundoulou  etc., exprime ici son attachement à la mère patrie, la terre qui l’a vu naître. Il serait plus sage de s’orienter vers une réhabilitation avec le concours des Russes, qu’un bras de fer inutile et stérile. L’héritier légitime est plus visionnaire, plus patriote, plus nationaliste que le candidat malheureux à la présidentielle de 2016. L’histoire ne retient que les grandes pensées qui remontent des profondeurs de l’être humain, doué de raison et de bon sens. Et Jean-Bedel Bokassa Ngboundoulou est de cette catégorie qui transcende le bien matériel pour les pensées nobles et humanistes. 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire