IDRIS DEBY ITNO A-T-IL PEUR AUSSI DES REBELLES ?

Jeudi 31.08.2017 : 10H14

IDRIS DEBY ITNO A-T-IL PEUR AUSSI DES REBELLES ? POURQUOI LES SOUTIENT-IL EN RCA ?

Deby et rebelle du tchad« Le ridicule ne tue pas », dit-on. C’est ce que nous voyons aujourd’hui avec le Tchad d’Idriss Deby Itno. Depuis le 23 août dernier, Ndjamena a annoncé officiellement la fermeture de l’Ambassade du Qatar au Tchad et celle du Tchad à Doha. En toile de fond, « l’implication continue de l’Etat du Qatar dans les tentatives de déstabilisation du Tchad depuis la Libye », peut-on lire dans le communiqué du ministère tchadien des Affaires Etrangères. Mais la réelle motivation de Ndjamena à fermer son ambassade à Doha et celle de Doha à Ndjamena, concerne le chef rebelle Timan Erdimi, chef de l’Union des Forces de la Résistance (UFR) qui est installé à Doha depuis fin 2009. Ndjamena avait demandé formellement à Doha d’expulser le chef rebelle Timan Erdimi, une demande qui est restée sans suite. Le ministre tchadien des Affaires Etrangères, Hissein Brahim Taha, dans une interview accordée à RFI, a clairement indiqué que c’est le cas du chef de l’UFR qui est au centre de la brouille diplomatique entre le Tchad et le Qatar. « Doha protège M. Timan Erdimi qui est encore là-bas. Et M. Erdimi, bien sûr, continue de réunir ses hommes pour relancer la guerre au Tchad. Nous pensons que le Qatar héberge une personne hostile à nous et qu’il le laisse bouger, faire des actes qui peuvent remettre en cause la stabilité au Tchad », déclare le ministre tchadien des Affaires Etrangères.

Ces accusations ont été niées par le représentant de l’UFR résidant en France, Youssouf Hamid. Il assure pour sa part que le groupe dirigé par Timan Erdimi n’est pas à l’origine de l’attaque de la semaine dernière à la frontière avec la Libye, attaque sur laquelle le Tchad s’est appuyé pour fermer les deux ambassades. « Je déments catégoriquement les accusations du gouvernement tchadien. Nous n’avons rien reçu du Qatar, pas un seul centime, pas un petit matériel. Rien. Rien du tout. Le Qatar héberge notre président, M. Timan Erdimi. Mais à part ça, il n’y a rien. M. Timan Erdimi n’a pas de relation avec les autorités Qatariennes », a indiqué Youssouf Hamid.

Et par rapport à la fermeture des ambassades, liée disons-le entre guillemets, au chef rebelle Tamin Erdimi de l’UFR, le Centrafricain lambda s’interroge en ces termes: Idriss Deby Itno a-t-il aussi peur des rebelles ? Si tel en est le cas, pourquoi le régime de Ndjamena continue de soutenir les groupes rebelles, tels le FPRC et le MPC en République Centrafricaine ? Un dicton dit, « ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas que l’on vous fasse ». Depuis plus de deux décennies, le Tchad a participé activement à la déstabilisation des régimes en RCA. Feu Ange Félix Patassé avait été détrôné par le général François Bozizé Yangouvonda grâce à la complicité du Tchad. Dix (10) ans plus tard, ce même Tchad s’est retourné contre Yangouvonda en soutenant l’ex-coalition Séléka de Michel Djotodia Am non Droko qui a renversé ce dernier le 24 mars 2013. Et c’est toujours à Ndjamena, sous les auspices de la CEEAC que Djotodia a été contraint à la démission le 10 janvier 2014. Au lieu d’en rester là, le Tchad de Déby poursuit ses manœuvres machiavéliques en RCA en fournissant des armes et munitions aux combattants du FPRC de Nourredine Adam et du MPC de Mahamat Alkhatim. Ces soutiens occultes, à quoi servent-ils ? N’est-ce pas pour déstabiliser la RCA de feu Barthélemy Boganda ?

En principe, le Tchad n’aurait pas dû fermer son ambassade à Doha et celle de Doha à Ndjamena, puisque lui aussi, soutient des rebelles. Tant que Deby ne cessera de téléguider les groupes rebelles en RCA, il ne sera pas aussi en paix. Les mécontents qu’il a lui-même engendrés, se dresseront sur leurs ergots contre lui. Car un adage dit, « qui sème le vent, récolte la tempête ». Deby a semé le vent en RCA, il récoltera la tempête tropicale venue du Qatar et partout ailleurs. Car, « tout se paie ici bas », déclare la bible. Ce que les mercenaires et soldats tchadiens avaient fait et continuent de faire en RCA, ne restera pas impuni. Dieu des armées vengera le peuple centrafricain. Le problème du Tchad viendra de partout, du Darfour, de la Libye, du Nigéria, du Qatar et tant d’autres pays. D’ailleurs, Boko Haram sévit aujourd’hui au Tchad. D’autres groupes islamistes leur emboîteront certainement le pas. Et le jour où ces extrémistes se mettront en ébullition, le Tchad ressemblera aux villes de Sodome et Gomorrhe, au temps d’Abraham.

A cause du Tchad, la RCA est devenue un désert où il n’y a plus de maisons dans nos villes de province. La RCA ressemble aussi à la jungle où la loi du plus fort prime sur le faible. Les rebelles et les peulhs tchadiens déversés en RCA dictent leur loi à qui veut les entendre. Demain, ce sera le tour du Tchad. D’autres rebelles ou islamistes dicteront aussi leur loi aux Tchadiens. Si c’est réellement l’UFR qui a porté un coup dur à l’armée tchadienne à sa frontière avec la Libye, nous pensons que c’est le début du commencement.

Deby ne doit pas avoir peur des rebelles, puisqu’il les fabrique, les soutient en RCA. D’autres pays peuvent aussi fabriquer des rebelles et les envoyer sur le sol tchadien pour déstabiliser son régime. Les larmes des Centrafricains qui coulent sans cesse à cause du Tchad ne demeureront pas vaines. Si le Tchad ferme ses frontières les unes après les autres et si Deby a peur de perdre son fauteuil à cause des rebelles, sa fin s’approche.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire