GRACE AUX ETATS-UNIS, LA CHINE, L’UE, ...

Mardi, le 24 juillet 2018 : 10 H 57

GRACE AUX ETATS-UNIS, LA CHINE, L’UE, LA RUSSIE, LA RCA RENAIT PEU A PEU DE SES CENDRES

 

Image une 2762Les Etats-Unis, la Chine, L’Union Européenne et la Russie, ont redonné au peuple centrafricain, un espoir en la vie, des raisons d’exister et la dignité humaine. Les Etats-Unis se sont investis véritablement à fond dans la Chaine Pénale, pilier fondamental de l’Etat de droit et de la démocratie intégrale. Les Centrafricains ont droit à l’autodétermination. Ils doivent décider  eux-mêmes de leur destin, de leur coopération, en fonction de leurs intérêts. Depuis les élections de 2015, les Etats Unis sont omniprésents au chevet de la RCA, même dans les moments les plus critiques. Les Etats Unis sont présents dans la protection des écosystèmes forestiers, de la faune, notamment le parc du Chinko, rebaptisé « Grand Chinko ». Ils sont impliqués dans le recyclage des journalistes centrafricains, notamment en temps de crise, à propos des discours de haine. Le ‘’Programme YALI’’ laboure le mental de la jeunesse centrafricaine pour y mettre la semence de l’effort, de l’initiative privée, de l’entreprenariat, pour une nouvelle race d’opérateurs économiques et des hommes d’affaires capables de porter l’économie nationale. La jeunesse centrafricaine doit changer de mentalité, compter sur elle-même, entreprendre d’abord avant de solliciter l’aide extérieure. Le gouvernement aurait dû réserver une tranche d’antenne à la radio et à la télévision nationales, afin de permettre aux anciens qui ont profité du ‘’Programme YALI’’ de partager leurs expériences avec les autres, notamment le Conseil National de la Jeunesse (CNJ). Les Etats-Unis commencent à la racine pour remonter en surface.

La Chine est un partenaire traditionnel au même titre que les Etats-Unis. C’est une coopération pragmatique, concrète, qui rassure la population. Peut-on parler d’électricité sans la coopération chinoise ? Malgré le comportement destructeur, incivique des Centrafricains, la Chine revient à la charge pour mettre les turbines de Boali 3 afin de donner de la lumière aux Centrafricains. Boali 3 serait opérationnelle depuis longtemps, si les Centrafricains n’avaient pas vandalisé les pilonnes, pillé certains matériels stockés sur le site. Et pourtant, ce sont les mêmes Centrafricains qui manifestent leur mécontentement pour le déficit d’électricité. Peut-on détruire et revendiquer en même temps ce qui se construit à Boali, un patrimoine national ? L’unique stade 20.000 places à Bangui, qui fait la fierté des Centrafricains, a vu le jour grâce à la coopération chinoise. Comme nous le constatons, les Centrafricains n’ont pas la culture d’entretenir les joyaux. Le stage se dégrade au vu et au su du fameux comité de gestion. La broussaille envahit certains angles ; les préservatifs trainent un peu partout comme si le stade est devenu une auberge espagnole. C’est aussi le cas du building administratif où les gens sont fiers de travailler dans un immeuble luxueux, mais pour combien de temps ? Plusieurs ministères y sont logés, mais il manque une tondeuse pour entretenir les espaces verts. Faut-il encore se demander s’il y a des manœuvres d’entretien. La salle de conférence des Affaires Etrangères est remplie de toile d’araignées, la lumière crie au secours, mais personne n’ose répondre. Les jets d’eau sont bouchés depuis le temps de Moïse jusqu’à ce jour. Et pourtant, il y a un grand ministère et un ministre, voire deux. Les Centrafricains n’aiment vraiment pas leur pays. Ils n’ont pas d’orgueil pour leur pays. Peut-on comparer les salles de conférence de la CEMAC et des Affaires Etrangères ? Que dire des jets d’eau à l’Assemblée Nationale et à la Primature ? ô temps ! Ô mœurs ! Les drapeaux déchirés qui y flottent tout de même. Si la Chine pouvait construire comme au Sénégal, une autoroute Bangui-Birao, voire Boromata. Le « Centre agropastoral pilote chinois » du Pk 26 route de Boali reprendra-t-il ses activités ? Il faut faire davantage.

La population de Bimbo a jubilé, heureuse comme un furoncle, de réceptionner l’immeuble flambant neuf de la municipalité et un nouveau marché, œuvre concrète de l’Union Européenne, visible à l’œil nu. La ville de Bimbo se transforme. La liste des projets de mariage est longue. Bien des gens veulent célébrer leur mariage dans cet immeuble neuf. La municipalité de Bangui peut être désengorgée.  Il reste Bégoua et son marché. Le Fonds Bêkou remet le moteur des activités économiques en marche sur toute l’étendue du territoire national et fait bouger la RCA. C’est la preuve que les autorités du pays ont un ardent désir d’améliorer les conditions de vie des populations. Malgré la guerre, les violences aveugles, la RCA avance, progresse, lentement mais sûrement.

La délégation de l’Union Européenne n’a plus son rayonnement d’antan. C’était la maison des journalistes. C’est elle qui éclairait la lanterne des hommes des médias sur les grands dossiers de l’heure. Les échanges étaient fructueux et enrichissants. Mais hélas, depuis quelques années, c’est un mur de silence incompréhensible et c’est bien dommage.

La Russie est présente en RCA depuis longtemps à travers une Ambassade. La Coopération russe a connu une forte régression. Beaucoup de professeurs russes ont enseigné les disciplines scientifiques, en RCA : mathématiques, physique-chimie, biologié, etc. La langue russe était au programme dans les lycées et collèges. Le feu vert du Conseil de Sécurité a permis à la Russie d’être au chevet des FACA au moment voulu, pour sauver le pays du grand Big-Bang. La RCA revenait de très loin, sans armée, sans gendarmerie, sans la police, le véritable néant. Pire encore, les FACA n’ont pas leurs outils de travail que sont les armes de tous calibres. Par la grâce de Dieu, la Russie tombe du ciel comme un sauveur. Les FACA renouent avec l’excellence, avec la qualité, avec la détermination et le courage. Le peuple centrafricain retrouve un peu de sourire au coin des lèvres. L’équilibre des forces entre le gouvernement et les groupes armés, est totalement inversé. La Chine, encore elle et toujours elle, compète l’armement en faveur des FACA. Les Etats-Unis ne sont pas du reste et donnent 57 véhicules de transport des troupes pour la mobilité des FACA. Entre temps, ils ont octroyé des véhicules 4x4 aux FACA.

La RCA renait peu à peu de ses cendres et les Centrafricains peuvent espérer un avenir radieux et prospère, grâce à nos partenaires pragmatiques.

 

Julien BELA

*****************

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×