ENQUETE : LA POLICE MUNICIPALE TRES EN C...

L.18.02.2019 / 12H36

ENQUETE : LA POLICE MUNICIPALE TRES EN COLERE POUR RADIATION SYSTEMATIQUE D’UN STAGIAIRE

Maire de bangui nIl n’est pas donné à tout le monde de piloter une institution comme la Mairie de Bangui. Un bon maire a l’œil au quotidien sur toutes les Chaînes des services. Le personnel subalterne comme les policiers municipaux ne sont pas des esclaves. Leur relation avec leur chaîne de commandement, doit être humaine, cordiale et surtout tolérante. La rigidité du commandement de la Police municipale est telle que, les policiers ne savent comment faire entendre leur cause au Président de la Délégation Spéciale (PDS) de la ville de Bangui. En passant tout proche d’un groupe de policiers municipaux, ce vendredi matin 15 février 2019, il y avait de l’électricité et de la colère dans leurs propos. Ce qui a mis les puces aux oreilles de Centrafric Matin qui a plongé son nez dans le décor municipal.

Un stagiaire de la police municipale aurait été déshabillé séance tenante, ce qui est synonyme de radiation par son chef hiérarchique. « C’est un de nos doigts de la main qui a été coupé », a martelé l’un des policiers municipaux. Un autre renchérit, « pour le radier, il faut une procédure, avertissement, blâme, enfin radiation. Cette manière de radier un stagiaire a blessé nos cœurs. Nous, la police municipale, voulons cesser le travail ce vendredi pour une manifestation de protestation. Nous avons dû sursoir à notre mouvement pour suivre la procédure légale en matière de législation du travail ». Pour d’autres, « il faut une rencontre de travail entre la police municipale sur le terrain et le maire en personne. Il faut que le maire descendre de temps en temps au bas de l’échelle pour entendre les misérables policiers municipaux que la hiérarchie méprise ».

Selon nos investigations, la Police Municipale travaille de 07 heures 30 mn à 20 heures le soir. Les femmes qui y travaillent sont des mères de famille. Comment pourront-elles gérer leur foyer, si elles partent très tôt au travail et rentrent très tard à la maison. La Fonction Publique travaille, selon les horaires officielles, de 7 heures 30 minutes à 15 heures 30 minutes. Il est vrai que Centrafric Matin n’est pas spécialiste de la législation du travail en RCA. Mais à ce qu’il sache, au-delà des heures normales de travail, il semble qu’il est question d’heures supplémentaires. Les heures supplémentaires sont payées en sus du salaire, à ceux qui les accomplissent. Est-ce le cas à la Mairie de Bangui ?

Emile Gros Raymond Nakombo semble faire du pilotage à vue. Il ignore tout de ce qui se passe dans sa propre maison. Il serait désagréablement surpris ce vendredi 15 février 2019, de voir les policiers municipaux en grève, refusant de travailler. Même les travailleurs les plus minables d’une institution, un bon chef doit de temps en temps prendre la peine d’échanger avec eux, de les écouter. Ils contribuent eux aussi à leur niveau, au bon fonctionnement de l’institution. A plus forte raison, une importante force comme la police municipale qui souffre sous la fumée de sa hiérarchie et le Maire n’est pas au courant. Il y a un déficit avéré de gouvernance, une absence totale de tableau de bord concernant le fonctionnement des différents services. C’est ce sentiment de frustration, d’abandon de mépris, d’étouffement, qui crée la révolte, les rebellions. La bonne gouvernance impose un coup d’œil au quotidien sur tous les services, surtout les plus petits que les sous chefs veulent écraser dans leur zèle de commandement. Il faut avoir les oreilles partout, même dans les murs et dans la rue, afin d’étouffer dans l’œuf la colère des travailleurs du réez-de chaussé.

A compter de ce jour, nous estimons que le Maire Emile Gros Raymond Nakombo est un homme averti. Qui veut aller loin, ménage sa monture.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire