EN PLUS DU GENERAL D’OPERETTE BALLA-KEITA,

Vendredi 28.12.2018 : 12H35

EN PLUS DU GENERAL D’OPERETTE BALLA-KEITA, ENCORE UN SENEGALAIS APRES LAMINE CISSE, BABAKAR GAYE, MANKEUR NDIAYE, LA COLONIE DES VALETS

Enfin, 2018 s’en va.

2018 prête à prendre son vol pour la nuit des temps, avec son cortège de malheurs, d’horreurs : Batangafo, Bambari, Alindao et Ippy. Les sites des déplacés sont devenus une cible privilégiée des combattants de l’UPC. C’est une concentration de population sur des sites de l’église catholique. Notre Dame de Fatima, à deux reprises, a vécu ce cauchemar avec les barbares du Km 5. Saint-Joseph de Bambari, mais également toute la ville de Bambari, a subi autant de fois les assauts de l’UPC. Ali Darassa et l’UPC se sont illustrés dans une cruauté et une atrocité qui dépassent les limites de l’humain. Même les Nazis n’ont pu atteindre le seuil de cruauté de l’UPC, car des êtres humains sont brûlés vifs. Ali Darassa est le plus sanguinaire de tous les leaders des groupes armés. Hitler a été vaincu, à plus forte raison un farfelu comme Ali Darassa dont les jours sont désormais comptés.

Ali Darassa a marqué l’année 2018 par sa cruauté. La population civile innocente, de surcroît sur des sites religieux de l’église catholique, est arrosée de balles, brûlée vive pour quelques uns. La où Ali Darassa met les pieds, c’est pour un bain de sang. Ali Darassa ne laisse derrière lui que l’horreur, la désolation, les cadavres et les ruines de maisons incendiées. C’est l’homme qui a un cœur en acier et insensible à la vie humaine. Dans son sillage, il y a aussi le contingent mauritanien qui symbolise le cauchemar du peuple centrafricain. Pourquoi sont-ils en Centrafrique? C’est la question que nous nous posons. La Minusca, mystérieusement, est à la limite, la chasse gardée des Sénégalais. Lamine Cissé, Babacar Gaye et enfin, Mankeur Ndiaye qui vient encore se moquer du peuple centrafricain: les vrais valets de la France. L’Union Africaine compte plus de 54 pays. Pourquoi tourne-t-on en rond au sein de l’Afrique francophone ? Avec trois (3) Sénégalais qui se sont relayés à la tête de la Minusca, la RCA n’a jamais progressé. Le général Balla-Kéita éternel Com-force, incompétent et incapable de manager les forces de la Minusca, n’est qu’un pion de la France. Les Angolais, les Sud-Africains, les Kenyans, les Ethiopiens, les Namibiens ne sont-ils pas des Africains ? Ne parlent-ils jamais le Français ?  Alors que nous avons déjà sur les bras, le Com-force Balla Kéita, un général d’opérette que l’on croyait dynamique, mais en réalité, c’est un vide qui est comblé, car la nature a horreur du vide. Les généraux en Afrique sont fabriqués par décrets présidentiels, de quoi être un maillon de l’insécurité et du pire comme à Alindao. Est-ce à dire que les Sénégalais sont le peuple le plus malléable, corvéable, manipulable à souhait ? Un vrai général par mérite, des galons acquis sur le terrain, ne tolérerait pas que la boucherie humaine d’Alindao puisse se greffer à son grade.

Un bon général ferait muter le contingent mauritanien à Ecolog ou à la cuisine de la Minusca. Les missions de maintien de la paix des Nations Unies ne doivent plus comporter ce contingent de lombrics, pur complément d’effectif et propre à surveiller et à nettoyer les douches communes. Leurs armes serviront à tuer les cafards dans les toilettes, ou à écraser les asticots. Et pourtant, un général, Balla Kéita, a osé les déployer sans scrupule, ces touristes militaires dans les zones chaudes. Ces bons à rien sont royalement entretenus par les Nations Unies. Bref, les années ne se ressemblent pas. Nous espérons, avec la montée en puissance des FACA, que 2019 fera reculer les lignes de l’insécurité plus sensiblement qu’en 2018. Que Dieu bénisse la RCA davantage en 2019.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×