ECOBANK : LE TRIBUNAL, LE DG SABONE ET LE CONSEIL ....

Vendredi 11 Novembre 2016 : 08h43

 

ECOBANK : LE TRIBUNAL, LE DG SABONE ET LE CONSEIL D’ADMINISTRATION, SUR FOND D’INCOMPETENCE DU DIRECTEUR JURIDIQUE

Ecobank 3Une affaire banale de management, entre un directeur général et son collaborateur, remonte jusqu’au Chef de l’Etat, redescend au ministère de la Justice et commence à gravir les étapes, le mardi prochain pour une autre audience. Tout simplement parce que le directeur juridique d’Ecobank, est incapable d’interpréter les textes à son DG, soit que le DG est orgueilleux, refuse de se plier devant les institutions de la République. La décision de justice a été notifiée depuis le 05 septembre 2016. Elle est immédiatement exécutoire dans les minutes qui suivent. Ecobank, en plus d’une direction juridique, a un ou des avocats. Désormais, pour une caissière, un balayeur, un planton, l’affaire doit se régler à la Présidence ou à la chancellerie du ministre de la Justice ou au parquet ? L’image d’Ecobank, la banque panafricaine a pris un sérieux coup. Le directeur général, Sylvain Pendi, n’est pas à la hauteur, il est incompétent, car on n’utilise pas les politiques pour une petite cuisine interne à une banque. C’est une affaire purement banale de management qui ne peut dépasser un DG responsable, compétent et surtout humble. Sylvain Pendi doit se résoudre à respecter la justice centrafricaine. La justice reste la justice, le droit c’est le droit. Sabone n’est pas content d’être rétrogradé. Il a saisi le Tribunal du Travail qui l’a rétabli dans son statut de directeur, c’est la fin  du monde, c’est l’apocalypse pour le fameux DG Sylvain Pendi. Tout citoyen qui se sent lésé, s’adresse à la justice pour avoir gain de cause. La justice est le dernier rempart des faibles face à l’oligarchie financière dont se prévaut Sylvain Pendi.

Le véhicule est toujours recherché par la gendarmerie du matin au soir. Alors que le Tribunal de Grande Instance de Bangui a débouté Ecobank avant la vente et après la vente. La vente a été validée par une seconde décision de justice. Malheureusement, l’Huissier de justice, Brice Martial Baïdou est toujours retenu à la SRI. Le navire Ecobank prend de l’eau, mais silence de cimetière au sein du Conseil d’Administration. Les administrateurs ont-ils peur d’essuyer la foudre du DG ? Une affaire banale de gestion interne des ressources humaines, laisse indifférente le Conseil d’Administration et la maison bouillonne. C’est d’autant plus ridicule qu’une telle affaire puisse mobiliser tant de personnes, devenir une affaire d’Etat. Le directeur juridique, les avocats, le Conseil d’Administration, tout ce beau monde est stérile, improductif. Pourquoi être là ? Maître Brice-Martial Baïdou a fait son travail dans les normes. Les magistrats, les avocats et tous les Huissiers l’ont reconnu. A sa libération, il va se plaindre encore auprès de la justice. Il est retenu sans un chef`d’accusation. De l’autre, si jamais le véhicule était retrouvé et récupéré, l’acquéreur réclamera non seulement le remboursement, mais en plus des dommages et intérêts faramineux. A l’allure où vont les choses, le feuilleton Ecobank est loin de voir le bout du tunnel. C’est un dossier qui s’apparente à du sable mouvant où tout ce qui bouge, s’enfonce de plus en plus.

L’inertie du Conseil d’Administration inquiète les observateurs. Et comme on le dit, « l’argent n’aime pas les bruits », c’est au Conseil d’Administration de rassurer la clientèle sur cette guerre des cloches. Tout se résume à la personne du directeur général qui n’a pas la carrure d’un bon manager. Ecobank tend vers son implosion sociale. En quoi un tel DG est-il plus extraordinaire que tous les autres DG qui sont passés à la tête d’Ecobank ? La RCA est en crise, mais les Centrafricains ne sont pas pour autant des pourris, des moins que rien, pour que n’importe qui viennent les humilier, les réduire à néant dans leur propre pays. la justice triomphe et triomphera toujours des forces du mal.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×