ECOBANK, LA BANQUE PANCAFARDEUSE, AVEC UN DG CHASSEUR DE

Vendredi 23 Déc. 2016 : 11H04

ECOBANK, LA BANQUE PANCAFARDEUSE, AVEC UN DG CHASSEUR DE CRANE AU LIEU DE METTRE AU POINT LE SYSTEME INFORMATIQUE

« Pas de connexion », c’est le refrain à Ecobank depuis plusieurs années. Ces trois (3) dernières semaines, la situation s’est empirée, au point de donner l’insomnie, le cauchemar, le cafard, la pire des frustrations. Les caissières ne sont que des ornements parce que la nature à horreur du vide. Les clients viennent pour les contempler et non faire des opérations. Personne ne parle, encore moins la Cheffe d’agence, aucune communication, le silence est de cimetière. Une drôle de banque dont on ne trouve pas les mots pour la qualifier. « Pas de connexion » est la marque déposée d’Ecobank, la banque pan-médiocrité. Les opérateurs économiques sont paralysés, frustrés, furieux, mais hélas, la triste réalité est là et implacable. Si on pouvait fouetter une banque, ce serait déjà chose faite.

La surprise désagréable de Centrafric Matin est de constater que le nouveau directeur général, Sylvain Pendi, au lieu de s’occuper de la situation dramatique et catastrophique du réseau informatique, s’est affiché en chasseur d’homme au sein du personnel. Ajoutant ainsi, malheur au malheur, alors que la banque amorce une descente vertigineuse en enfer. Les clients risquent de déserter Ecobank. La RCA renferme quatre (4) banques : BPMC, BSIC, CBCA, et Ecobank. Les trois (3) premières banques fonctionnement comme l’aiguille d’une montre, tic-tac. Pour les fêtes de fin d’année, beaucoup de gens qui travaillent au sein des institutions internationales, ont raté leur voyage, soit reporté autant de fois, sans pour autant avoir l’argent pour aller faire une fête en famille, les jouets des enfants et les grands rassemblements familiaux pour franchir le nouvel an.

La question fondamentale est de savoir s’il y a un ministère qui coiffe les banques. Est-ce que ce ministre exerce son droit de regard pour la qualité du service public à Ecobank ? La RCA n’a pas beaucoup de banques certes, mais Ecobank mérite d’être fermée, soit temporairement pour que son système informatique soit réajusté, soit fermée définitivement. Une fois la paix retrouvée sur l’ensemble du territoire, des banques viendront s’implanter en RCA. C’est une certitude absolue. Les canards boiteux comme Ecobank peuvent aller ailleurs. Ecobank ne peut éternellement plonger sa clientèle dans la masturbation financière. Sylvain Pendi ne semble pas à la hauteur d’une telle mission, de redresser le conglomérat informatique qui donne le stress au personnel tous les jours. Sur quarante (40) clients qui se présentent pour des opérations, peut-être deux ou trois sont servis chaque jour depuis trois semaines et le rite reprend son cycle, « la connexion est partie ». D’où sort une telle banque à l’ère moderne où le temps c’est de l’argent ? Les opérations bancaires ne sont qu’une question de fractions de seconde.

Tous les travailleurs du secteur public, privé que des professions libérales, doivent  passer toute la journée et ils ne peuvent repartir à leur lieu de travail. Un seul client prend plus d’une heure pour se faire servir. Si BSIC, BPMC ou CBCA font mille clients en quelques heures, Ecobank n’en fait que deux ou trois pour six (6) heures. Le constat est consternant, mais cette situation dure et perdure parce que les autorités passent par le haut et se font servir. Ils ne savent pas le calvaire que vit la clientèle d’Ecobank. Avec les fêtes de fin d’année, il y a une affluence de clientèle qui vient moisir toute la journée et repartir totalement abattue. Des factures à régler deviennent impossibles. Des créances à solder, deviennent impossibles. Un client a osé dire, « Je ne prendrais plus les chèques Ecobank … ». Sylvain Pendi préfère le grand big-bang au sein des ressources humaines, alors que le navire Ecobank prend l’eau sous ses pieds. Où est-ce que Sylvain Pendi a appris une telle alchimie de management ? Le ciel à Ecobank est très sombre et n’augure pas de lendemain meilleur en 2017. La clientèle n’entend plus supporter les carcasses informatiques à Ecobank. Nos vœux les meilleurs au DG Sylvain Pendi et à Ecobank, pourvu que ça change.

Julien BELA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : Ven 23 déc 2016

×