DRAPEAU FRANÇAIS BRULE : « JE NE L’OUBLIERAI JAMAIS....

Mardi 29.08.2017 : 09H34

DRAPEAU FRANÇAIS BRULE : « JE NE L’OUBLIERAI JAMAIS. JE NE LE PARDONNERAI JAMAIS », DIXIT SERGE MUCETTI AMBASSADEUR DE FRANCE EN RCA

Le KNK de Bozizé a commis un péché mortel. Mais bon nombre de ses gros bonnets ont fui pour se réfugier en France, y compris Bozizé. Qu’à cela ne tienne, le KNK se barde d’une branche armée sanguinaire, cruelle, horrible, dont Bozizé, encore lui en est le chef  de guerre. Bozizé n’a pu se construire une armée digne de ce nom pour compter sur l’armée des autres pays, notamment la France. Les propos de l’Ambassadeur de France au moment de ces évènements, sont assez clairs. Selon Serge Mucetti, « … De ces longs mois, surgit le 26 décembre 2012, ce jour honteux où les arrières petits fils des combattants de Bir-Hakeim, alors que les échos de la célébration du 70ème anniversaire de la bataille ne s’étaient pas encore dissipés, les descendants des héros du 2ème bataillon de marche de l’Oubangui-Chari ont attaqué l’Ambassade de France et brûlé le drapeau français. Je ne l’oublierai jamais. Je ne le pardonnerai jamais… ».

Le fanatisme aveugle des partisans de Bozizé qui se poursuit encore, n’est que la suite logique d’une absurdité. Si Mokom et ses combattants avaient réussi à mettre en déroute les tombeurs de Bozizé, autrement dit les Séléka, les propos incendiaires qu’il déverse, auraient un sens. Malheureusement, ceux qui les ont chassés du pouvoir sont là en face. Mais les partisans de Bozizé préfèrent leur tourner le dos, leur faire les yeux doux, les caresser dans le sens du poil. C’est la population civile innocente qui est massacrée, ce sont les éleveurs peulhs qui perdent leurs troupeaux parce que volés. C’est du banditisme pur, de la délinquance avérée, des crimes gratuits. Que vient faire le drapeau français dans une affaire centrafricano-centrafricaine ? Bozizé, général et président, avec toute son armée, s’écroulent comme un château de cartes, c’est du jamais vu dans le monde.

Jamais les Séléka n’ont tenu des propos semblables à ceux de Mokom. Le DDRR a démarré et pour y entrer, il faut restituer les armes de guerre que les combattants détiennent. De ce point de vue, la Minusca ne peut transiger. Les armes de chasse de fabrication locale, des fusils inutiles et rouillés, ne peuvent tromper. Garder les armes au-delà du DDRR, pourquoi faire ? Et pourtant d’autres groupes armés sont très bien avancés dans leur projet. C’est le cas du MLCJ à Birao qui est entrain de réhabiliter un parc. Les combattants seront formés comme guide de chasse pour veiller et conserver un patrimoine faunique de la plus haute importance. N’est-ce pas là une très bonne initiative, une occupation pérenne ? La page Bozizé est définitivement tournée, y compris son parti le KNK qui n’a pas d’avenir. Les Centrafricains n’aspirent et n’attendent que la paix. Les FACA reprennent du poil de la bête. Les éléments sont bien habillés et la discipline militaire s’installe peu à peu. C’est une véritable armée républicaine en reconstruction. Ce sont des civils au pouvoir qui rêvent d’une armée de garnison à l’image des grandes puissances, les Etats-Unis, la France, la Chine, le Japon et surtout Israël. Et cela, après un général président et son fils colonel et ministre de la Défense qui ont lamentablement échoué et ont été chassés du pouvoir par des malfrats. C’est une honte dont il est difficile de se remettre, de se relever.

Si réellement Djotodia est revenu chez lui à Ndélé où il garde ses troupeaux, c’est une bonne chose. Il est chez lui. La CPS n’est pas opérationnelle, alors, qui a décidé de l’arrestation de Djotodia ? L’ex-empereur Bokassa, a eu le courage de revenir dans son pays. On est mieux que chez soi. Il a accepté d’être jugé par la justice de son pays. Dans le cas Djotodia, son retour faciliterait le retour de la paix à travers le dialogue avec les différentes parties. Si Djotodia revient pour faire l’élevage, c’est qu’il aspire à la paix et c’est dans la paix qu’on peut travailler, entreprendre des projets. La paix n’a pas d’égale. L’ambassadeur de France, Serge Muccetti, a évoqué la construction de la RCA : « Je dis bien construction. En effet, je crois qu’il ne faut pas « reconstruire » la RCA sur les bases du passé qui ne feront que ressurgir ses vieux démons. Il faut voir loin. Il faut « bâtir » la nouvelle RCA du XXIème siècle. Une RCA tournée vers le futur, la mise en valeur des richesses agricoles et minières, les industries d’avenir, les nouvelles technologies, et sa jeunesse. Pour cela, il faut faire un effort massif dans l’enseignement, l’école est une priorité nationale absolue. Comme doit l’être la lutte contre la corruption ».

Bozizé reconnaît que lui et aucun de ses enfants, ne sont passés par l’Université, à qui la faute ? Néanmoins et aussi paradoxalement que cela puisse paraître, Bozizé a malgré lui, construit un amphithéâtre à l’Université de Bangui. Même si un dirigeant n’a pas d’enfants à l’école, il ne gouverne pas le vide, mais un peuple qui a des enfants qui ont le droit absolu d’aller à l’école. L’école est la racine de tout développement. L’école, les hôpitaux, sont dans un état de déconfiture inqualifiable depuis trente ans. L’école a perdu tous ses repères d’excellence du bon vieux temps. Si le KNK et les partisans de Bozizé pouvaient comprendre où se trouve le pays. Dix (10) ans au pouvoir pour braquer les collecteurs de diamant sur l’ensemble du territoire national, provoquant ainsi la famine, la sous-alimentation, la malnutrition aiguë et sévère à Carnot, Berbérati, Nola, Bria, Nzako, Kembé, partout ailleurs. Un gouvernement braqueur au vu et au su de la communauté nationale et internationale, incroyable, mais pourtant vrai. Pourquoi prendre en otage la population civile, à quel dessein ? Pour revenir braquer les collecteurs. Le clan Bozizé (KNK et branche armée), reprenez vos esprits et déposez purement et simplement les armes.

Julien BELA 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×