DIALOGUE GOUVERNEMENT-GROUPES ARMES ET LE...

Lundi 10.09.2018 : 10H27

DIALOGUE GOUVERNEMENT-GROUPES ARMES ET LE DANGER DES MANIPULATEURS ET DES MANIPULES : AUCUN ACCORD NE DOIT ETRE SIGNE

Touad sa et rebellesLes Nations Unies (Minusca), l’Union Africaine et les groupes armés sont manipulables à volonté et à souhait par la France. C’est le plus grand danger qui guette le dialogue entre le gouvernement et les groupes armés. Tout accord est un piège pour le pouvoir Touadéra, car la France est aux aguets pour assener le coup de grâce. La vigilance, l’intelligence et le discernement sont les seules portes de sortie de crise. Les accords ne se comptent depuis le déclenchement de la crise le 10 décembre 2012. Aucun n’a été respecté. Un Accord de Paix est un perche tendue aux manipulateurs, la France et le Tchad et une aubaine pour les manipulés que sont la Minusca et l’Union Africaine. Les autorités centrafricaines ne doivent plus tergiverser. Ça passe ou ça casse.

Les drones ne doivent pas s’arrêter à l’observation des groupes armés. Il faut la guerre. Il faut bombarder comme en Syrie, anéantir les groupes armés. Ils n’ont plus d’alternative. Les groupes armés doivent s’engager sans condition à déposer les armes et à s’enregistrer pour le Programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), s’ils veulent la paix, la véritable paix. La versatilité des groupes armés a trop duré. Combien de Centrafricains souffrent de la paralysie des groupes armés ? Environ cinq (5) millions d’individus pris en otage par un groupuscule de criminels, de bandits, de voleurs, de destructeurs. Aucune négociation n’est possible. La RCA est un Etat démocratique. Le président Touadéra a été élu par le peuple centrafricain au suffrage universel. Il doit rendre compte à ce peuple à la fin de son mandat. De quel droit, de quel principe, des criminels, des destructeurs peuvent se permettre le luxe d’un chapelet de revendications, pire encore, exiger des postes au gouvernement ?

Touadéra a, de son chef, octroyé des postes au gouvernement aux groupes armés. Cela été perçu par les groupes armés comme un signe de faiblesse. Ces derniers ont craché dans sa main. Aujourd’hui, Touadéra peut se dresser sur ses ergots et déclencher le feu d’artifice. C’est ce qui se passera si les groupes armés osent insister sur quoi que ce soit. Le temps de parole est épuisé. Malheur aux brebis galeuses, car le filet de la justice sera jeté autour d’elles. Que les groupes armés ne se fassent pas d’illusion, car ils ont épuisé leurs cartes. Touadéra passe pour être Joker. Aucune concession, ni demi-mesure, ne sera tolérée, car les groupes armés ont à choisir entre la vie et la mort. La mise en scène à trop duré et le président Touadéra ne lésinera pas sur les moyens de griller les cervelles des cafards.

L’Etat n’est jamais en faillite comme le pensent les groupes armés. Le temps de grâce des groupes armés est révolu. Ils se croyaient invincibles du fait de l’écroulement de l’armée nationale, ce n’est plus le cas. Les données ont totalement changé. Les FACA sont gonflées à bloc, poitrine bombée, tête haute, fières de défendre leurs compatriotes et l’intégrité de leur pays. Le gouvernement est en position de force et il n’y a aucune place pour les caprices des groupes armés. Ceux qui les manipulent ne seront jamais derrière eux. Ils seront seuls sous le feu des bombardements. C’est une question de quelques heures, ils seront tous réduits en cendre. Les jours des groupes armés sont désormais comptés. Le dialogue a été réclamé par Touadéra, mais les groupes armés se laissent manipuler par les ennemis de la République, les ennemis de la paix, des esclavagistes, des impérialistes, des voleurs, qui nous ont plongé dans la misère, la pauvreté, le bain de sang et la désolation.

La France s’est investie à fond pour le Sahel, dans la lutte contre le terrorisme, quel est le résultat ? Il y a plus de massacres que de succès miliaire au Burkina-Faso, au Mali et au Niger, au Nigéria et au Tchad. Les groupes armés ont-ils déjà vu une rébellion se hisser très haut ? John Garang, Jonas Savimbi, sont de parfaites illustrations de la fin tragique des chefs. Corvéables, malléables, manipulables à souhait, les groupes armés seront jetés à la poubelle de l’histoire. Que les mercenaires ne trompent les fils du pays, les Centrafricains qui se sont embarqués dans cette aventure périlleuse. Les Centrafricains doivent penser à leur pays, à leurs compatriotes qui souffrent atrocement sur les sites des déplacés, les femmes, les enfants, les écoles, les hôpitaux. La Cour Pénale Spéciale (CPS) attend de pied ferme, alors que les Cours Criminelles mènent la barque tambour battant. Personne ne pourra échapper à l’épuration des mauvais citoyens par le droit et le droit exclusifs. Faut-il passer toute sa vie en prison ? Ou la vie est belle et il faut en profiter. La balle est désormais dans le camp des groupes armés.

Les soixante (60) milliards de dollars de la République Populaire de Chine, la RCA doit en profiter dans le cadre d’abord du Plan de Relèvement et de Consolidation de la Paix en RCA ( RCPCA) ; ensuite son programme de développement. La RCA doit d’abord se relever de ses cendres, avant de se mettre en ordre de marche vers son développement. Des contrats sont signés entre l’Office National de Matériel (ONM) et une grande entreprise chinoise pour la construction des infrastructures en RCA. Les routes centrafricaines sont en piteux état. Sans les infrastructures, il ne peut y avoir de développement réel et durable. La RCA est bien partie avec la Chine, les Etats-Unis et la Russie, pour atteindre les Objectifs du Développement Durable d’ici 2030.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire