DES MASSACRES OPERES PAR LES TERRORISTES

Mardi 31 Oct. 2017 : 10H37

DES MASSACRES OPERES PAR LES TERRORISTES AU NIGERIA, SONT TRANSPOSES EN IMAGES SUR INTERNET A POMBOLO : UNE MANIPULATION CRIMINELLE

La misère absolue est une négation des droits de l’Homme. L’extrême pauvreté fait perdre à l’être humain toute dignité. Le minimum vital, c’est manger, se vêtir, se loger, se soigner. Doué de bon sens et de raison, les pays avancés octroient à ceux des leurs qui ne travaillent pas, qui ne valent rien, qui ne sont rien, une allocation de survie. Il faut sauver la dignité humaine. Un être humain ne peut aller chercher sa nourriture sur les dépôts d’ordures, sur la poubelle. C’est dégradant.

La RCA est aujourd’hui le dernier pays de toute la planète dont l’extrême pauvreté n’a pas de qualificatif. Les apparences au niveau de la ville de Bangui sont trompeuses. Les populations rurales, les populations déplacées, ne sont pas trop loin de la vie bestiale. La manipulation des groupes armés pour pérenniser la spirale de la violence, est pire qu’un crime contre l’humanité. Depuis plus de trente ans, la RCA a amorcé une chute vertigineuse, une descente aux enfers à n’en point finir. Depuis 2013, la guerre a anéanti l’économie nationale, dévasté le pays et réduit à néant toutes les valeurs humaines. Le centrafricain est ravalé au rang des bêtes sauvages, fuyant dans la brousse et vivant au clair de lune, exposé aux intempéries, aux moustiques, à toutes sortes de maladies, aux conséquences dramatiques sur les enfants, les femmes, les femmes enceintes et les personnes du troisième âge. Et pour la première fois, nous avons un Chef  d’Etat totalement engagé pour la cause de son peuple, de jour comme de nuit, au Palais comme à sa résidence, il travaille au-delà de ses forces. Il est au four et au moulin pour offrir ce cadeau précieux qu’est la paix à son peuple qui en a très soif. Mais les forces du mal ne l’entendent pas de cette oreille, et tirent le pays vers le bas. Entendre de la bouche du SG de l’ONU, « la manipulation politique des groupes armés », est une honte pour nous centrafricains. C’est une absurdité inconcevable, une haine inqualifiable.

Guterres l’a dit ouvertement à qui veut l’entendre, à ceux qui ont des oreilles, à ceux qui ont une tête, une capacité de réflexion et d’analyses. C’est une douche très froide pour la classe politique centrafricaine mise à nu devant le monde entier. Regardez-les, avec leur société civile et leur syndicat, de vrais tortionnaires du peuple centrafricain, les ennemis de la paix, les bourreaux de la jeunesse centrafricaine. La manipulation des groupes armés creuse la tombe du peuple centrafricain, enfonce davantage le clou de la misère absolue et donne une dimension océanique à l’extrême pauvreté. Tout porte à croire que ces fameux leaders politiques assoiffés de pouvoir ont une baquette magique, alors qu’ils ont les mains trempées dans le sang des innocents, en tant que cerveaux politiques des massacres. Certains ont un passé lourd, sale.

Les leaders politiques manipulateurs sont pires que les groupes armés, monstrueux, horribles, exécrables. Ils sèment la mort et la désolation, mais se permettent le luxe d’accuser la Minusca. La Minusca est composée d’êtres humains en chair, en os comme nous. Si les leaders politiques ne veulent pas la paix dans leur pays, ils n’ont qu’à le détruire. Les humanitaires se saignent pour sauver la population en détresse dans son propre pays et ce sont les leaders politiques qui mettent de l’essence sur la braise ardente. Les trois quarts de la population centrafricaine ont besoin d’aide alimentaire. Est-ce normal dans un pays qui a tout pour assurer son autosuffisance alimentaire ? Si la communauté internationale tourne le dos à la RCA parce que la classe politique ne veut pas de paix, torpille les efforts de la Minusca, jette de l’huile sur le feu, qui va souffrir davantage ? Ce sont les femmes, les enfants, les vieillards, les personnes les plus vulnérables qui vont mourir comme des mouches. Déjà, la malnutrition sévère et aigue gagne du terrain de manière inquiétante, la sous-alimentation au point que des gens meurent de faim dans un pays où la pluie est abondante, la terre fertile à perte de vue.

Touadéra au moins, bien que chef d’Etat et enseignant, est un cultivateur. Il donne du travail à quelques centrafricains. Et les leaders politiques ? Où sont passés les billets de banque qui coulaient à flot pendant les élections ? Ont-ils un petit jardin derrière la maison ? Le riz est entrain d’être récolté dans le champs de Touadéra , ce qui va contribuer à l’alimentation du peuple centrafricain. Et les autres ? La richesse, c’est dans la terre et Touadéra a donné l’exemple. Les groupes armés patriotes, le MLCJ et les Anti-Balaka qui ne sont pas de l’ethnie de Bozizé, ont cessé les hostilités depuis l’investiture de Touadéra, parce que c’est avant tout leur pays et il n’y a plus d’objectif politique à atteindre. Le FPRC, le MPC, les 3R, les Anti-Balaka de l’ethnie de Bozizé et l’UPC, les Centrafricains, les Nations Unies, toute la communauté internationale, savent qui manipule qui. Ce n’est plus un secret. Il ne reste que la justice pour jouer sa partition et nous saurons qui est qui et qui a fait quoi. La Cour Pénale Spéciale (CPS) est là, observe, écoute. La CPS a entendu Antonio Guterres en long et en large. L’heure de la justice sonnera un de ces quatre matins et les manipulateurs seront sur la place publique, face au peuple pour récolter ce qu’ils ont semé en cachette, dans les ténèbres. Les juges de la CPS sont à majorité des centrafricains qui vivent aussi la triste réalité, qui observent ceux qui rament à contre-courant de la paix, les vrais ennemis de la République et du peuple centrafricain.

L’ingéniosité satanique et criminelle des manipulateurs ne s’arrête pas aux groupes armés. Elle se transpose sur l’internet où des massacres des populations civiles par les terroristes au Nigéria, sont transposés à Pombolo pour faire croire à une extermination des musulmans dans cette toute petite localité. Le Km5 était dans l’émoi pour rien. Ce sont les mêmes cerveaux manipulateurs qui montent les coups pour massacrer et ce sont les mêmes cerveaux qui accusent Touadéra et la Minusca. Or, depuis son investiture, on observe une cohérence dans les faits et les actes posés. Cette politique politicienne, cette manipulation grotesque à tous les étages, n’honorent pas un leader politique. C’est le comble du ridicule, la bassesse, l’enfantillage, l’hypocrisie, la fourberie et l’antipatriotisme. Il faut aimer son pays avec sincérité, pour aimer ses compatriotes. Les centrafricains doivent être sur leur garde, car tout ce qui brille, n’est pas de l’or.

 

Julien BELA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire