DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES: 17/01/2017

Mardi 17 Janvier 2017 : 10H33

DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

 

LE GOUVERNEMENT ET LES AGENCES DES NATIONS-UNIS LANCENT LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN TRIENNAL DE REPONSE HUMANITAIRE

 

La mise en œuvre du plan de réponse humanitaire 2017-2019 a été lancée ce jour par le gouvernement et les agences des Nations-Unies. Ce plan permettra d’apporter de l’aide à plus d’un million de Centrafricains en trois ans.

Ce plan triennal est financé à hauteur de 399,5 millions de dollars soit environs 219 725 000 FCFA. Il permettra d’atteindre 1.6 millions de personnes qui, selon les statistiques des agences du système des Nations-Unies,  sont dans le besoin.

Ce plan triennal, selon  Michel Yao représentant du Coordonnateur Humanitaire en Centrafrique, est basé sur trois piliers, « le premier pilier est de sauver des vies, le second  respecter les droits fondamentaux et le troisième  objectifs préserver la dignité humaine, ce dernier est un  complément du plan de Relèvement du gouvernement Centrafricain » présente –t il avant de permettre la réévaluation semestrielle du plan.

La sécurité alimentaire est le gros lot du plan triennal de réponse humanitaire, « dans ce plan de réponse 2017, la sécurité alimentaire occupe le premier poste des dépenses avec 128.5 millions de dollars compte tenu de l’insécurité récurrente dans les zones agricoles qui ont sans nul doute affecté les récoltes et maintenir un niveau alarmant d’insécurité alimentaire » a expliqué le coordonnateur humanitaire.

Virginie Mbaikoua, ministre des Affaires Sociales et de la Réconciliation Nationale se félicite de ce plan Humanitaire qu’elle pense être proche de la réalité « ce travail d’équipe qui a permis la production d’un  plan humanitaire proche de la réalité, pose un diagnostic objectif sur la situation humanitaire en Centrafrique », déclare-t-elle avant d’engager les deux parties dans la mobilisation des ressources, «  nous devons sans relâche mobiliser les bailleurs afin que le plan de réponse soit financé dans des proportions qui nous permettent de continuer à sauver des vies ».

L’évaluation des besoins humanitaires est basée sur des évaluations menées entre Janvier 2015 et Aout 2016./

***************

L’ONG PNRM FAIT LE BILAN DES FONDS ENGAGES DANS L’ACTION HUMANITAIRE DANS LE CENTRE ET LE NORD DU PAYS

 

Le bilan de  l’action humanitaire réalisé par l’ONG PNRM en 2016 dans certaines villes a été présenté le jeudi 12 janvier 2017. Le point a été fait lors de la revue annuelle de cette organisation tenue à Bangui.

1.176 000 dollar soit 570. 360 000F cfa, c’est le montant de l’argent injecté dans l’action humanitaire dans le nord et centre du pays par l’ONG PNRM. Cet argent qui représente  47% du budget annuel de l’ONG PNRM, a permis d’apporter de l’assistance aux populations de Kouango, Grimari, Nana Gribizi et Kabo, touchées par de graves crises humanitaires, selon cette ONG.

Selon Thierry Ezéchiel Yongo chargé de mission de PNRM, ces fonds ont permis d’apporter diverses aides à plus  de 47 000 personnes dans les zones ciblées, chiffre qui représente 50% de la prévision.

La revue de l’ONG qui prendra fin ce jour permettra de faires les perspectives 2O17 en matière humanitaire./

************

LE COORDONNATEUR DE L’ITIE FAIT LE POINT DE LA MISE EN ŒUVRE ACTUELLE DE L’INITIATIVE

 

Le Ministre, secrétaire technique de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives en Centrafrique (ITIE-Centrafrique), Robert Moïdokana  a présenté ce 13 janvier 2017 la mise en œuvre actuelle de l’initiative. Selon lui, l’insécurité et l’indisponibilité des données dans années 2013 à 2015 ne favorisent pas l’établissement du 4e Rapport et la demande de la levée de la suspension du pays.

La République Centrafricaine, a été suspendue le 10 avril 2013 de l’ITIE pour cause d’instabilité politique et de l’insécurité qui ne favorisent pas la mise en œuvre rigoureuse de l’initiative. C’est après le retour à l’ordre constitutionnel le 30 mars 2016 que les activités ont été relancées.

Selon Robert Moïdokana, dès la mise en place du nouveau Gouvernement, le Premier Ministre a aussitôt convoqué la session ordinaire du Conseil National de l’ITIE-RCA en vue d’examiner les modalités de la mise en œuvre des  recommandations de l’Administrateur Indépendant, « c’est ainsi que fut organisé le 27 juillet 2016, la session ordinaire qui a permis d’adopter le plan de travail 2016-2017 et la restructuration des organes de la mise en œuvre par la mise en place du Comité National de Pilotage de l’ITIE-RCA présidé par le Premier Ministre », a-t-il présenté.

Dans le cadre de la préparation de la relance des activités nationales de l’ITIE, plusieurs textes officiels ont été signés, « le Décret portant réorganisation du dispositif institutionnel et fonctionnel de l’ITIE-RCA et les Décrets entérinant la désignation des membres du Comité National de Pilotage et du Secrétariat Technique pour une période de cinq (05) ans. Le nouveau Comité National de Pilotage a tenu sa première session ordinaire le 23 décembre 2016.Au-delà d’une session de prise de contact, elle a permis de relancer les activités nationales de l’ITIE et d’actualiser le Plan d’Action ITIE-RCA de 2017 », a expliqué Robert Moïdokana.

L’insécurité et l’indisponibilité des données empêchent encore l’élaboration du 4e rapport ITIE-RCA, « nous ne pouvons demander la lavée de la suspension cette année. Nous devons d’abord procéder à l’évaluation du secteur et au renforcement de la capacité du Comité National de Pilotage. Après l’instabilité politique qui dont le problème a été réglé, il y a encore l’insécurité qui ne favorise pas le bon fonctionnement de l’initiative », a soutenu Robert Moïdokana.

Selon les informations du RJDH, le Gouvernement Centrafricain a augmenté en 2017 le budget de la mise en œuvre de l’ITIE-Centrafrique. De 29 millions pendant la transition, ITIE-Centrafrique aura 87 millions pour son fonctionnement.

************

MENACES D’AFFRONTEMENT ENTRE ANTI-BALAKA ET LE MOUVEMENT 3R DANS LE NORD

 

Des regroupements de mouvements Anti-Balaka et 3R sont signalés ces derniers temps dans le Nord de la RCA. De sources concordantes les menaces d’affrontement entre ces deux groupes armés sont plus en plus réelles. 

Le commandant des Anti-Balaka de la région reconnait avoir procédé au regroupement des éléments. Pour lui, cette décision est prise suite aux informations qui font état d’éventuelle attaque de 3R « nous avons des informations qui indiquent que le mouvement 3R se prépare pour attaquer notre position. Nous savons que le mouvement a reçu des renforts. C’est pour cela que nous avons ordonné le regroupement des éléments pour que nous soyons prêt afin de faire face à toute éventualité » confie –il au RJDH.

Le porte-parole du mouvement 3R accuse les Anti-Balaka de préparer une attaque. Selon lui, la ville de Koui où se trouve 3R est entourée par les éléments Anti-Balaka, « nous avons reçu des informations sur le regroupement des Anti-Balaka de la région du Nord. Ils ont encerclé la ville de Koui. Il ya de réelles menaces d’affrontement au moment où je vous parle. Nous, c’est le DDRR que nous attendons mais s’ils nous attaquent, on sera obligé de nous défendre », explique ce dernier.

En visite dans la région, mi-décembre, les députés de la région du Nord avaient exigé le retrait du groupe armé 3R  de la ville de Koui. Un proche du général Sidiki a confié au RJDH qu’il est impossible que leur mouvement quitte la localité comme prévue, « si nous partons de Koui, c’est la catastrophe assurée. Dans ces conditions, le retrait n’est pas envisageable », précise cette source.

Malgré les rencontres que les députés du nord ont eues avec ces deux groupes armés, les menaces d’affrontement sont restées réelles. Le 05 janvier, soit trois semaines après le départ des élus de la nation, des combats ont opposé les deux mouvements à 20 Km de Bocaranga.

********

UN DES BUS DE LA SOCIETE BENAFRIQUE PART EN FUMEE PRET DU CENTRE-VILLE DE BANGUI

 

Un des gros bus de la société BENAFRIQUE a pris feu ce matin devant l’ENERCA à quelques mètres du centre-ville. Les causes réelles de cet incident ne sont pas encore établies.

Seuls le chauffeur et son receveur étaient à bord du véhicule quand il a pris feu. Le bus avait quitté le PK0 pour se rendre au PK12, sortie nord de Bangui. Le chauffeur interrogé par le RJDH dit n’avoir pas une idée précise sur l’origine de l’incendie. Il confie toutefois que le feu est parti du derrière « le receveur et moi étions seuls à bord du bus pour aller au PK 12. Arrivés  devant de l’ENERCA, un autre chauffeur de BENAFRIQUE m’a signalé que le véhicule est en train de prendre feu. C’est ainsi que nous sommes sortis pour essayer d’étreindre le feu, mais en vain. Pour le moment, je ne sais pas ce qui a provoqué l’incendie », fait-il savoir.

La direction de la société contactée n’a pas souhaité réagir à chaud. Elle promet donner sa position dans un communiqué de presse qui, selon un cadre de la direction de BENAFRIQUE, sera publié dans les prochains jours. La direction dit être concentrée sur l’évacuation de l’épave qui se trouve encore sur l’avenue de l’Indépendance où le bus a pris feu.

Une douzaine de bus BENAFRIQUE est mis en circulation depuis le 29 décembre 2016. Cette société est tenue par un sujet béninois.

********

UNE FEMME PRESUMEE SORCIERE ECHAPPE A LA JUSTICE POPULAIRE A BERBERATI

 

Une femme d’une trentaine d’année présumée sorcière a échappé à la justice populaire le 11 janvier dernier au quartier Lomie à Berberati. Elle a été accusée d’être à l’origine de la mort d’un jeune décédé dans un accident de chasse. L’accusée a eu la vie sauve grâce à l’intervention de la Minusca.

Pour établir la culpabilité de cette femme présumée sorcière et passer à la justice populaire, les jeunes se sont fondés sur la conclusion des marabouts consultés. La monté de la justice populaire est préoccupante à l’intérieur du pays en dépit de la session criminelle de la Cour d’Appel.

Selon les informations proches de jeunes contactés par le RJDH, les preuves sont irréfutables  «nous avons cotisé de l’argent au total 60.000 pour consulter les différents marabouts. Après vérification, Yvette Yagbané a été déclarée coupable par les quatre féticheurs d’être à l’origine du décès de notre compagnon qui est père de 4 enfants », a expliqué l’un des jeunes.

Les activistes des droits de l’homme condamnent cette pratique Minusca « nous condamnons cette pratique de justice populaire après plusieurs campagnes et exhortons les gens à opter pour la vraie justice au lieu de se venger eux-mêmes » a indiqué une source proche des ONG de Droits de l’Homme.

La nommée Yvette Yagbané a eu la vie sauve grâce à l’intervention de la Minusca. Ce phénomène devient fréquent dans la ville de Berberati à chaque début de la saison sèche.

*********

LA MINUSCA CONFIRME LA BASTONNADE COLLECTIVE DES FEMMES A KAGA BANDORO

 

Les femmes dont leurs maris et fils font partie des ex-Séléka, sont passées à tabac par le général Alkatim Mahamat, le 9 janvier 2017 à Kaga Bandoro. La Minusca dit avoir reçu des informations des violences perpétrées contre les femmes et des hommes dans cette ville et annonce mener des investigations.

Beaucoup des femmes dont les maris et enfants sont enrôlés dans la Coalition Séléka à Kaga Bandoro sont inquiètes et exigent de Alkatim du MPC des informations sur leurs proches envoyés au combat. Ces cris de détresse des femmes interviennent quelque mois après les violentes attaques de Ndometé et de Kaga Bandoro en 2016 des Séléka contre la population civile.

Des sources proches des victimes, le bastonnade est intervenu après l’audience qu’a accordée le général Alkhatim à ces femmes « le général Alkathim a accepté la demande d’audience des femmes, mais il n’a pas supporté le ton avec lequel ces femmes ont exprimé leur désarroi. C’est ainsi qu’il a ordonné à ses éléments de passer ces femmes aux fouets » a indiqué ces sources.

Le MPC du général Alkathim est cité dans plusieurs cas de violations des droits humains. Le RJDH a tenté sans succès de joindre ce dernier pour sa version des faits.

 

***** RJDH *****

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×