DE ROME A LIBREVILLE, LA CRISE CENTRA...

Mercredi 19.07.2017 : 09H32

DE ROME A LIBREVILLE,LA CRISE CENTRAFRICAINE, UN VRAI PIGEON VOYAGEUR

Deby djotodia bozizeL’encre de Sant’ Egidio n’est pas encore asséchée que Libreville prend le relais, avec une nouvelle feuille de route. La crise centrafricaine aura connu autant de médiations. Elle est devenue un vrai pigeon voyageur. Libreville est encore un retour à la case départ. C’était à Libreville que la transition avait commencé avec François Bozizé au pouvoir et Maître Nicolas Tiangaye à la primature. Nous espérons que Libreville va clôturer définitivement cette série noire qui n’a que trop duré. La question fondamentale est de savoir si l’Accord politique avec Cessez-le-feu immédiat de Rome avec Sant’ Egidio est une fausse couche. Si l’Union Africaine repend  la main avec une nouvelle feuille de route, il est à craindre l’influence du Tchad, la main noire derrière les groupes armés.

Le président Idriss Deby Itno n’est pas loin derrière l’Union Africaine. Le Tchad veut absolument imposer l’amnistie aux centrafricains par tous les moyens. Car avec l’Union Africaine, il faut s’attendre à tout, au pire comme au meilleur. C’est  une lutte d’influence ou le plus fort impose son point de vue. Les victimes seront sacrifiées sur l’autel de l’amnistie. La justice sera reléguée au troisième plan, puisque la question du droit irrite bon nombre de dirigeants africains. Il y a très peu de démocrates au sein de l’Union Africaine. Ce sont les dirigeants peu recommandables qui ont la haute main sur cette institution africaine qui a toujours du plomb dans l’aile. Les nombreux foyers de tension en Afrique trainent en longueur dans le temps comme dans l’espace. L’UA  a du chemin à parcourir pour répondre aux aspirations du continent.

En RDC, l’UA a soutenu l’insoutenable quant à une enquête indépendante sur les multiples charniers qui sont découverts chaque jour. Le président Kabila peut donc jongler avec la vie de ses compatriotes comme bon lui semble. Alors que les Droits de l’Homme sont universels et aucun pays n’a le droit de se soustraire à cette logique. Plus de 40 charniers et la RDC réussit à entrainer l’UA dans son sillage pour faire obstruction à la manifestation de la vérité. Jusqu’à quand les dirigeants africains pratiqueront-ils la politique de l’autruche ? Libreville, Ndjamena, Brazzaville, Ndjamena, Luanda et Libreville, après Sant’ Egidio à Rome, la crise centrafricaine tourne en rond sans évoluer d’un iota, cependant, les massacres se poursuivent sur le terrain. La RCA n’ayant pas d’armée, est trainée dans la boue, au gré des caprices des groupes armés.

L’Union Africaine réaffirme l’intégrité du territoire centrafricain, ainsi que les institutions de la République. Et pourtant, c’est le Tchad qui milite pour la partition du pays et la déstabilisation des institutions de la République. La présence du Tchad à Libreville donne une sueur froide aux Centrafricains. Le Tchad a fermé ses frontières avec la RCA, mais les leaders des groupes armés vont dans leurs campements. C’est une fermeture de frontière qui est discriminatoire et ne concerne que les centrafricains qui sont abattus comme des chiens dès qu’ils franchissent la frontière. Un Sous-préfet a été arrêté et mis en prison pendant plusieurs mois avant d’être libéré. Le Tchad a montré aux Centrafricains la couleur du voisinage. La leçon a été bien retenue par les centrafricains pour la suite de l’histoire.

Même le Colonel Kadhafi n’a jamais eu les velléités hégémoniques du Tchad qui veut être dans toutes les sauces. Il n’est qu’un géant aux pieds d’argile dont les jours sont comptés. Les arrestations arbitraires des membres de la société civile, des leaders de l’opposition politique, n’arrangent pas les affaires de Deby. Il n’a plus de choix, car il a commis beaucoup de dérapages. Deby sera jugé au même titre que Hissène Habré. Cela ne fait plus l’ombre d’un doute, car des leaders politiques ont disparu sans laisser de trace. C’est un despote absolu avec un régime hyper policier. L’Afrique n’en a plus besoin, ces dictateurs véreux qui se croient l’Alpha et l’Oméga de la planète.

Négociations sur négociations,  la RCA se prépare encore à une énième négociation sous l’égide de l’Union Africaine à Libreville au Gabon. Le marathon des négociations est loin d’être terminé car on ne sait pas ce que va accoucher les tontons à Libreville, si ce n’est que faire la volonté du Tchad. Que les vrais leaders des groupes armés puissent faire le déplacement de Libreville pour des négociations directes, claires et nettes. Nous attendons de voir à quelle sauce l’Union Africaine va cuire les Centrafricains. Les Centrafricains  sont véritablement fatigués d’une crise qui n’en finit pas, à cause des ingérences extérieures, des manipulations des groupes armés. Les Centrafricains veulent la paix, aspirent à la paix, rien que la paix. Le Tchad doit comprendre que le peuple centrafricain a droit à la vie, à la prospérité. Il doit disposer de lui-même, de ses biens, de ses richesses. La RCA est pillée au profit du Tchad depuis quinze (15) ans. C’est déjà trop !

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×