DARASSA, SIDIKI ET CONSORTS NE SERONT-ILS ...

Vendredi 14.12.2018 : 11H05

DARASSA, SIDIKI ET CONSORTS NE SERONT-ILS JAMAIS ARRETES ET TRANSFERES A LA CPI COMME RAMBO ET NGAISSONA ?

Ali darassa et ses hommesYekatom Alfred alias Rambo, un chef  des milices Anti-Balaka, a été arrêté, il y a de cela quelques semaines et transféré à la Haye où siège la Cour Pénale Internationale (CPI). Il en est de même pour Patrice Edouard Ngaïssona, également  un leader des Anti-Balaka, arrêté en France ce mercredi 12 décembre 2018. Certainement, il sera transféré à son tour à la CPI pour être jugé. Cependant, Ali Darassa, Sidiki, Abdoulaye Hissène, Nourredine Adam et  Mahamat Alkhatim sont libres comme du vent dans la nature et massacrent les populations civiles en toute impunité. Et ce, au vu et au su de la communauté internationale. Incroyable, mais pourtant bien réel.

Comment expliquer cette politique de deux poids, deux mesures ? L’UPC d’Ali Darassa vient de commettre des pires atrocités criminelles sur les paisibles populations civiles de la ville d’Alindao et d’Ippy. Il s’agit bel et bien des crimes contre l’humanité, crimes de génocide et crimes de guerre que les éléments de l’UPC ont commis. Qu’est-ce qui empêche réellement l’arrestation d’Ali Darassa ? Et pourtant, le contingent mauritanien de la Minusca était présent lorsque les hommes de l’UPC massacraient et brûlaient tout sur leur passage. C’est cette même Minusca qui a transféré Ali Darassa et ses généraux avec toute leur armada de guerre dans la ville d’Alindao. Un grand marabout des Nations Unies nous a cassé les tympans, en déclarant au cours d’une conférence de presse que des dispositifs ont été pris, afin que Darassa et ses éléments ne puissent pas commettre des exactions sur les civils. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Ali Darassa est suivi en termes de cruauté par Abdoulaye Hissène, Nourredine Adam et Mahamat Alkhatim. Le FPRC et le MPC  gouvernent les villes de Kaga-Bandoro, Mbrès, Ndélé, Bria, Batangafo, Bouca, Kabo etc. Ils s’opposent farouchement à la restauration de l’autorité de l’Etat dans les villes sous leur contrôle. Nourredine Adam, Abdoulaye Hissène et Mahamat Alkhatim ont semé et continuent de semer la mort et la désolation au sein des populations civiles. Le carnage que le FPRC et le MPC ont commis en 2016 sur la population civile de Kaga-Bandoro reste encore gravé dans la tête du peuple centrafricain en général. Tous ces crimes qui se commettent par ces factions rebelles de la Séléka sur des civils se passent sous la barbe des casques bleus de la Minusca. Et les responsables des Nations Unies se contentent simplement de faire des condamnations qui, en fin de compte, ne sont qu’une coquille vide.

Sidiki des 3R et ses hommes sont très actifs ces derniers temps. Ils se dotent en char, picks-up et munitions de guerre. C’est encore là un grand danger qui guette la population de la ville de Bocaranga et ses environs. La Minusca est parfaitement au courant de tout ce qui se passe dans cette partie  du pays, mais n’a jamais pris des mesures nécessaires qui s’imposent pour barrer la route à l’avancée de ces bandits de grand chemin. A vrai dire, la Minusca  est complice de tous les crimes que commettent les groupes armés, notamment les factions rebelles de la Séléka sur les paisibles populations civiles de l’arrière-pays.

Et ne nous voilons pas la face. Ces leaders de la Séléka (UPC, FPRC, MPC et 3R), sont tous des mercenaires étrangers. Et le dernier «R » du DDRR concerne les combattants étrangers qui n’ont pas commis de crimes en RCA. Dans ce cas de figure, qu’est-ce qui empêche réellement leurs arrestations ? Depuis la date du 10 décembre 2012 à ce jour, combien de personnes ont-elles été tuées ? Combien de femmes ont été violées ? Combien de maisons, de champs et greniers sont-ils  partis en fumée ? Combien d’enfants mineurs ont été enrôlés dans leurs mouvements ? Faut-il les laisser continuer à rendre le pays ingouvernable ? Autant d’interrogations qui dépassent tout entendement humain.

Et quand bien même qu’ils continuent de tuer, piller, violer et incendier, on doit aller au dialogue. Pour discuter encore de quoi ? D’ailleurs, le dialogue de l’Union Africaine est déjà taillé sur-mesure par la France. Ce n’est pas Jean Yves Le Drian qui nous démentira. Selon lui, «si les autorités centrafricaines n’acceptent pas leurs propositions, la France dira qu’elles ont refusé le DDRR et le dialogue de l’Union Africaine… ». Qu’est-ce que la France cherche dans une initiative purement africaine ? La vraie initiative du dialogue avec les groupes armés est celle de la Russie. L’expérience a démontré aujourd’hui que l’Union Africaine, dans ses démarches de recherche de la paix en RCA, est fourbe et hypocrite vis-à-vis du peuple centrafricain.

Heureusement que les leaders des groupes armés qui sont des véritables centrafricains commencent à comprendre qu’ils sont manipulés pour les intérêts des uns et des autres. «Au fur et à mesure, nous nous rendons compte que la crise est instrumentalisée », a dénoncé Nordine Mahalba, coordonateur du groupe politico-militaire MLCJ, basé dans la ville de Birao. Et ce, au cours de la conférence de presse qu’il a animée ce mercredi 12 décembre au centre Cucherousset à Bangui. Il a déploré d’une part les derniers actes de violences survenus à Alindao qui, d’après lui «ont été planifiés». Nous demandons aux leaders des groupes armés qui sont des Centrafricains de dénoncer tous ceux qui se cachent dans l’ombre et font souffrir les populations centrafricaines.

Revenons à nos moutons, c’est-à-dire les chefs rebelles de la Séléka qui ne sont  nullement inquiétés  et continuent de tuer et incendier à l’intérieur du pays en toute impunité. Les députés, en tant que représentants de la nation, peuvent secouer le cocotier et demander à la communauté internationale, notamment aux Nations Unies, à travers la Minusca de les arrêter et de les transférer à la CPI. C’est cette juridiction qui est chargée de juger les gros poissons. La Cour Pénale Spéciale, les Cours criminelles s’occuperont des restes.

Amedé NGUETE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire