CRISE MILITARO-POLITIQUE EN RCA : « UN PEUPLE UNI ET...

Mardi 20 Juin 2017 : 10H15

CRISE MILITARO-POLITIQUE EN RCA : « UN PEUPLE UNI ET DEBOUT NE PEUT ETRE BATTU, NI VAINCU SUR LE SOL DE SES ANCETRES »

Boganda bLa crise militaro-politique sans précédent déclenchée par la nébuleuse ex-coalition Séléka de Michel Djotodia, le 10 décembre 2012 en RCA, et son coup d’Etat du 23 mars 2013, avec les exactions de tout genre qui s’y succédaient, ne sont pas encore au bout du tunnel. Et ce, malgré le retour du pays à l’ordre constitutionnel, depuis le 30 mars 2016 avec l’investiture officielle du professeur Faustin-Archange Touadéra à la magistrature suprême de l’Etat. Pour preuve, actuellement sur les 16 préfectures que compte la RCA, 12 sont sous le contrôle des groupes armés (factions Séléka, Anti-Balaka et Auto-défense), et échappent totalement à l’autorité de l’Etat. Ces criminels et mercenaires patentés tuent et rançonnent des civils, violent des femmes et des jeunes filles, incendient des maisons et des villages entiers et nous en passons. Que dire aussi du nombre impressionnant des personnes déplacées internes et celles réfugiées à l’extérieur, qui vivent dans des conditions dégradantes et inhumaines ? Le constat est très alarmant et catastrophique. C’est un véritable carnage, désastre et massacre que subissent les populations de Nzako, Bakouma et Bangassou dans le Mbomou, de Alindao, Zangba et Mobaye dans la Basse-Kotto, ainsi que de Bria dans la Haute-Kotto, de la part de ces damnés de la terre et hors-la loi , ennemis de la paix et du peuple centrafricain. Dans ce cas de piètre figure, que faire concrètement pour mettre fin à toutes ces exactions et violences ? Pour nous, le peuple centrafricain du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, a intérêt à être uni et debout pour dire non à ces ennemis de la paix et de la démocratie en RCA, ces destructeurs et va-t-en-guerre. Car, un peuple uni, fort et debout ne peut être battu, ni vaincu sur son propre sol, le sol de ses ancêtres. D’où feu président Barthélémy Boganda, père de la nation centrafricaine disait, « l’union fait la force ». Au lieu de nous diviser face à cette crise militaro-politique qui perdure encore en RCA, il va falloir que nous soyons tous unis et debout, en tenant le même langage de fermeté à l’encontre de ces groupes armés, pour qu’ils puissent déposer les armes dans le cadre du processus DDRR, et de faire cessez définitivement les hostilités en RCA. Car trop, c’est trop ! Et il n’y a que le peuple qui incarne la souveraineté nationale, qui a toutes les capacités requises pour dire non à ces va-t-en-guerre et hors la loi, sur toute l’étendue du territoire national. L’Exécutif a aussi sa part de responsabilité pour communiquer et informer régulièrement le peuple sur les tenants (auteurs intellectuels, co-auteurs et complices) de cette crise centrafricaine. Car, « il faut appeler le chat par son nom », dit-on. Et c’est en agissant de la sorte que le peuple pourrait bien connaitre ses bourreaux et preneurs en otage. Et ceci pour agir en toute connaissance de cause contre eux. N’est-ce pas que Dieu déclare dans la Bible, « mon peuple périt par manque de connaissance » ? Autrement dit, aucune personne, quel que soit son rang social, son appartenance politique, régionale, ethnique et religieuse ne peut résister, ni faire face à une marrée humaine, unie, debout et en colère. Car, il est souvent dit, « la voix du peuple, c’est la voix de Dieu ».  

Le Petit YEKOA 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire