CHRISTOPHE RENAUDOT ALIAS ALPHA MANIPULE LES SELEKA ....

Mercredi 23 mai 2018 : 09H59

CHRISTOPHE RENAUDOT ALIAS ALPHA MANIPULE LES SELEKA POUR UN GENOCIDE EN RCA : HOMME ORCHESTRE

Macron 1Christophe Renaudot alias « ALPHA », est la gamme de ces mercenaires français qui hantent l’Afrique et singulièrement l’espace francophone. Les crises sont des terrains fertiles pour ces mercenaires sans foi ni loi, chasseurs de prime. Ce qui nous rappelle l’histoire d’un autre mercenaire, Paul Baril, bête noire des dirigeants africains. Ils sont spécialisés dans les coups d’Etat. Ils sont utilisés parfois indirectement par la mère patrie, c’est-à-dire la France pour les sales boulots d’un pays à l’autre. Ils font et défont les régimes en Afrique. La presse n’a pas failli à sa mission quand elle indexait la France. La DGSE, autrement dit les renseignements ont un œil sur ces pirates de la démocratie africaine.

Abdoulaye Hissène, Nimery Matar alias « FORCE », sont tombés dans le filet de ce mercenaire chasseur de prime. Le drapeau français au Km 5, n’est pas tombé du ciel. Comment ce Christophe Renaudot peut-il influencer le dispositif de la Minusca ? Le Contingent Burundais basé à Kaga-Bandoro devait quitter sa position et se retirer à Bangui. Ce sont les contingents ventres mous qui devaient rester. Fort heureusement, la population de Kaga-Bandoro n’était pas naïve. Elle s’est farouchement opposée au déguerpissement du contingent Burundais, qui est resté jusqu’à ce jour. Nous déduisons clairement que le mercenaire français, Christophe Renaudot, alias « Alpha », a réussi à infiltrer la Minusca et a mis son plan génocidaire en action. Qu’est-ce qu’il aurait promis aux plus hauts responsables de la Minusca ? Il y a aussi un contingent des forces françaises au sein de la Minusca notamment un général français et personne ne sait ce qu’ils font au sein de la Minusca. Ils ne sont pas visibles, ils ne sont pas sur terrain, mais se contentent de leur base à l’aéroport Bangui-Mpoko. La presse ne s’est pas trompée en montrant du doigt l’architecte planificateur du génocide en Centrafrique, la France.

Ce qui permet à la France, comme au Rwandat, de se laver les mains à la Ponce Pilate : « C’est un mercenaire qui a agi seul, la France n’est pas concernée … ». Abdoulaye Hissène, Nourredine Adam, Ali Darassa et Alkhatim ont mordu à l’hameçon  à pleine dent. Ils se sont mobilisés, ils ont fourbi leurs armes et ont pris prétexte de l’opération de police « Soukoula », pour préparer leur assaut sur Bangui. Depuis 2013, RFI a joué également le rôle de la Radio Mille Collines au Rwanda. Quand bien même les autorités politiques et religieuses s’évertuaient à dire que la « crise centrafricaine n’est pas confessionnelle, communautaire, etc… »  RFI s’adonnaient à cœur joie aux statiques macabres des tueries, chrétiens et musulmans. RFI affectionnait les carnages pour s’adonner à sa pratique favorite de chrétiens-musulmans, pour envenimer la crise, pour jeter de l’huile sur le feu. Aujourd’hui, les Centrafricains se ressaisissent et il y a un regain très fort de patriotisme. Edouard Dropsy, correspondant de RFI a essuyé la foudre des Centrafricains, pour avoir tendu son micro à un criminel de la pire espèce, recherché par le gouvernement et la Minusca. Combien d’attentats terroristes ont eu lieu en France depuis Charlie-Hebdo ? Jamais RFI n’a tendu son micro à ces terroristes, même à leurs complices traduits en justice, soit en France ou en Belgique.

Si le contingent Burundais avait quitté Kaga-Bandoro, personne ne pouvait maîtriser la suite. Il y a donc des complicités avérées au sommet de la Minusca. Comment comprendre qu’au moment où Kaga-Bandoro est envahie, « on » demande au plus puissant et plus téméraire contingent, les burundais de quitter Kaga-Bandoro. Les autorités du pays ont-elles réellement prêté attention à cet aspect ? Ont-elles pu remonter à la source d’une telle décision dans la chaîne de commandement de la Minusca ? Il y a bel et bien anguille sous roche. Au Mali où la France a engagé ses forces et son honneur, les terroristes n’ont pas baissé les bras, les cadavres, des africains comme nous, se comptent par dizaine tous les jours dans le Sahel du Mali au Niger, en passant par le Burkina Faso et le Tchad.

La présence russe en RCA est le fruit d’un large consensus au Conseil de Sécurité où la France est un membre permanent avec un droit de véto. Si la Russie peut aider la RCA à sortir de l’enfer, c’est une très bonne chose. Les Centrafricains ne réclament que la paix et rien que la paix. Les barricades sont restées à Fatima et à Kpéténé parce que les populations de ces deux quartiers en ont mare des carnages, des massacres retentissants. Quand la population est dos au mur, le pire est à craindre. C’est un signal fort que tout peut arriver à tout moment notamment le génocide. Abdoulaye Hissène, Nourredine Adam, Alkhatim, Ali Darassa et Nimery Matar sont montés au créneau pour fustiger un régime démocratiquement élu et ce, sous la barbe des grandes puissances représentées en RCA. Cependant, le Togo, la République Démocratique du Congo, et bien d’autres pays, cherchent désespérément le chemin de la démocratie semé d’embûches, couronné de sang, le prix à payer pour accéder à la liberté d’expression et des institutions républicaines démocratiques. La démocratie centrafricaine, obtenue au prix de lourds sacrifices en vies humaines, est sacrifiées aux criminels de tous bords. Les bandits armés empêchent un régime démocratique de se préoccuper de la vie de son peuple.

 Les jours passent et se ressemblent. La population est en colère contre ses dirigeants qui ont les mains liées dans le dos par l’embargo. Le peu de FACA déployé sur le terrain fait la fierté des Centrafricains, par son courage et sa détermination sur le terrain. L’embargo cache-t-il un agenda caché ? Sinon, il ne se justifie plus. Monsieur Christophe Renaudot, alias « ALPHA » et son pays la France, doivent savoir que les Centrafricains ont trop souffert et que leur agenda caché ne doit pas rayer la RCA de la carte du monde. Personne n’a demandé à la France de se retirer de la RCA. La Russie a accepté d’aider les Centrafricains à vivre en paix chez eux, au lieu de prendre le chemin de la méditerranée comme migrants et mourir comment un chien sans cercueil.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×