CELEBRATION EUCHARISTIQUE D’ACTION DE GRACE ....

Lundi 12 Décembre 2016 : 10H56

CELEBRATION EUCHARISTIQUE D’ACTION DE GRACE EN GRANDE POMPE DE SON EMINENCE DIEUDONNE CARDINAL NZAPALAINGA

Cardinal dieudonne nzapalainga

Les bonnes graines semées par Monseigneur Augouard en 1880 continuent à porter ses fruits dans l’église catholique en particulier, et en RCA en général.

Ordonné prêtre spiritain le 09 août 1998, Dieudonné Nzapalainga, titulaire d’une licence en Théologie au Centre Sèvres de Paris, fut nommé par le pape François administrateur apostolique le 26 mai 2009, puis 4ème archevêque de Bangui le 14 mai 2012. Finalement, c’était le 12 juillet de la même année qu’il a été sacré. Sa sainteté le pape François n’est pas resté là. Il a encore une fois de plus élevé Nzapalainga cardinal le 09 octobre 2016. C’était au cours du consistoire à la Basilique Saint-Pierre de Rome qu’il fut sacré cardinal le 19 novembre dernier en présence du chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra et de plusieurs centrafricains.

Dans la journée dominicale de ce dimanche 11 décembre 2016, son Eminence Dieudonné Cardinal Nzapalainga, a célébré une messe d’action de grâce au Complexe Sportif Barthélémy Boganda (Stade 20.000 Places) de 09 heures 10 minutes à 13 heures 50 minutes. Le président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra et son épouse, le président de l’Assemblée Nationale, Abdoul-Karim Meckassoua, les membres du gouvernement, du Parlement, quelques leaders politiques, de la société civile, sans oublier les leaders de la plate-forme religieuse, imam Kobine Layame, pasteur Guérékoyamé, ont pris part à cet évènement religieux. De nombreux croyants catholiques, protestants, musulmans et autres, ont honoré de leur présence à cette   cérémonie. Nous avons aussi noté aux côtés du cardinal de Centrafrique, treize (13) évêques et archevêques venus de l’intérieur du pays et des pays tels que le Cameroun, le Congo-Brazzaville, le Gabon et nous en passons. Les prêtres, les frères, les sœurs ne se comptaient plus. Le nouveau évêque coadjuteur de Bambari, Richard Apora, nommé toujours par le souverain Pontife dont l’annonce a été faite au cours de la célébration eucharistique qui a eu lieu le samedi 10 décembre au Centre Marial de Ngoukomba, était aussi de la partie.

Dans son homélie, tirée du livre d’Isaïe, au chapitre 35, versets 1 - 6 à 10, puis du livre de Jacques 5-,7-10 et enfin de l’Evangile de Matthieu 11, 2-11, Son Eminence Dieudonné Cardinal Nzapalainga a signifié, « Dieu va venir nous sauver et nous donner la paix, surtout ceux qui souffrent. Dites aux gens qui s’affolent, d’être tranquilles. Dieu va lui-même nous sauver. Les aveugles verront la lumière du jour ; les sourds entendront ; les muets parleront et les handicapés marcheront ». C’est une manière de dire que la crise centrafricaine est terminée. Et d’ajouter, « soyons forts, ayons la foi jusqu’au retour de Jésus-Christ. Comme le cultivateur attend la pluie pour semer les grains, attendons aussi le retour de Jésus-Christ dans l’allégresse. Souffrons dans la joie ».

Le 1er cardinal de Centrafrique a déploré la souffrance des Centrafricains et a appelé les uns et les autres à la réconciliation, au pardon pour que la RCA retrouve son appellation d’antan qui est « Bangui la coquette » et non Bangui la roquette, « Suisse de l’Afrique, pays hospitalier ». « Le peuple centrafricain a beaucoup souffert. Le sang continue de couler à Kaga-Bandoro, Kouango, Bria, Bakala … Il est temps que la RCA redevient Suisse de l’Afrique, pays hospitalier », a-t-il martelé. Il n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer les mauvaises pratiques des Centrafricains qui ont permis aux uns et autres d’exploiter nos richesses. « La RCA regorge d’énormes ressources qui sont l’objet de convoitise à cause de la mauvaise gouvernance, du népotisme, de la corruption, de détournement des deniers publics. Pendant que nous nous entretuons, les gens ont pillé et pillent nos ressources. La RCA était le premier pays d’Afrique centrale à avoir la télévision, l’université. Maintenant, c’est la roquette. Il est inadmissible qu’après 58 ans d’indépendance, les préfets habitent toujours dans des maisons coloniales. Nous n’accusons personne. Adoptons une bonne politique pour le développement de Centrafrique. Si nous ne faisons pas attention, nos enfants seront des cireurs. C’est Dieu qui sauvera la RCA car tous ont échoué. Revenons vers lui et demandons pardon. Dites que je ne volerai plus l’argent de l’Etat, des projets … Au nom du peuple centrafricain, je demande pardon à Dieu. Pardon pour les jeunes, les adultes qui ont pris des armes, les femmes. Dieu nous aime et aime notre pays. En ce troisième dimanche de l’Avent, soyez dans la joie du Seigneur. Il est proche », a-t-il fait savoir.

S’agissant de la mission qui lui a été confiée, cardinal Nzapalainga de dire, « ma tâche est lourde. Je me confie à votre humble prière. Enterrons nos haches de guerre. Promulguons le dialogue, le pardon. La division est une œuvre du diable ».

A la fin de la célébration eucharistique, l’archevêque de Douala et président de l’Association de la Conférence Episcopale de l’Afrique Centrale (ACERAC), a fait savoir, « cette honneur n’est pas fait à un homme, mais à tout le peuple centrafricain et les églises de la sous-région. Ce sacre, c’est pour les efforts déployés par Dieudonné Nzapalainga pour la paix, la réconciliation ». Quant à Matthieu Mondéka, évêque de Monila au Gabon  et Vice-président du Symposium des Conférences Episcopales de l’Afrique et de Madagascar (SCEAM) qui a tenu en haleine les croyants par des chants, a demandé au peuple centrafricain de se lever et d’aller à la rencontre de notre seigneur.

Pour boucler cette célébration eucharistique, Son Eminence Dieudonné cardinal Nzapalainga, a remercié tous ceux qui ont participé au bon déroulement de cet évènement religieux. « Dieu a semé un bon grain dans notre cœur. Ouvrons notre cœur et partageons le avec les autres. Conseillons nos frères afin qu’ils abandonnent les mauvaises pratiques. Dieu nous aime beaucoup, raison pour laquelle il nous a donné un nouvel évêque, monseigneur coadjuteur de Bambari, Richard  Apora, prêtre dominicain », a-t-il terminé.

Notons que plus de trente mille (30.000) personnes ont pris part à cet évènement. C’était dans la joie immense, avec des danses, des accolades que la cérémonie a pris fin.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

CELEBRATION EUCHARISTIQUE D’ACTION DE GRACE EN GRANDE POMPE DE SON EMINENCE DIEUDONNE CARDINAL NZAPALAINGA

 

Les bonnes graines semées par Monseigneur Augouard en 1880 continuent à porter ses fruits dans l’église catholique en particulier, et en RCA en général.

Ordonné prêtre spiritain le 09 août 1998, Dieudonné Nzapalainga, titulaire d’une licence en Théologie au Centre Sèvres de Paris, fut nommé par le pape François administrateur apostolique le 26 mai 2009, puis 4ème archevêque de Bangui le 14 mai 2012. Finalement, c’était le 12 juillet de la même année qu’il a été sacré. Sa sainteté le pape François n’est pas resté là. Il a encore une fois de plus élevé Nzapalainga cardinal le 09 octobre 2016. C’était au cours du consistoire à la Basilique Saint-Pierre de Rome qu’il fut sacré cardinal le 19 novembre dernier en présence du chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra et de plusieurs centrafricains.

Dans la journée dominicale de ce dimanche 11 décembre 2016, son Eminence Dieudonné Cardinal Nzapalainga, a célébré une messe d’action de grâce au Complexe Sportif Barthélémy Boganda (Stade 20.000 Places) de 09 heures 10 minutes à 13 heures 50 minutes. Le président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra et son épouse, le président de l’Assemblée Nationale, Abdoul-Karim Meckassoua, les membres du gouvernement, du Parlement, quelques leaders politiques, de la société civile, sans oublier les leaders de la plate-forme religieuse, imam Kobine Layame, pasteur Guérékoyamé, ont pris part à cet évènement religieux. De nombreux croyants catholiques, protestants, musulmans et autres, ont honoré de leur présence à cette   cérémonie. Nous avons aussi noté aux côtés du cardinal de Centrafrique, treize (13) évêques et archevêques venus de l’intérieur du pays et des pays tels que le Cameroun, le Congo-Brazzaville, le Gabon et nous en passons. Les prêtres, les frères, les sœurs ne se comptaient plus. Le nouveau évêque coadjuteur de Bambari, Richard Apora, nommé toujours par le souverain Pontife dont l’annonce a été faite au cours de la célébration eucharistique qui a eu lieu le samedi 10 décembre au Centre Marial de Ngoukomba, était aussi de la partie.

Dans son homélie, tirée du livre d’Isaïe, au chapitre 35, versets 1 - 6 à 10, puis du livre de Jacques 5-,7-10 et enfin de l’Evangile de Matthieu 11, 2-11, Son Eminence Dieudonné Cardinal Nzapalainga a signifié, « Dieu va venir nous sauver et nous donner la paix, surtout ceux qui souffrent. Dites aux gens qui s’affolent, d’être tranquilles. Dieu va lui-même nous sauver. Les aveugles verront la lumière du jour ; les sourds entendront ; les muets parleront et les handicapés marcheront ». C’est une manière de dire que la crise centrafricaine est terminée. Et d’ajouter, « soyons forts, ayons la foi jusqu’au retour de Jésus-Christ. Comme le cultivateur attend la pluie pour semer les grains, attendons aussi le retour de Jésus-Christ dans l’allégresse. Souffrons dans la joie ».

Le 1er cardinal de Centrafrique a déploré la souffrance des Centrafricains et a appelé les uns et les autres à la réconciliation, au pardon pour que la RCA retrouve son appellation d’antan qui est « Bangui la coquette » et non Bangui la roquette, « Suisse de l’Afrique, pays hospitalier ». « Le peuple centrafricain a beaucoup souffert. Le sang continue de couler à Kaga-Bandoro, Kouango, Bria, Bakala … Il est temps que la RCA redevient Suisse de l’Afrique, pays hospitalier », a-t-il martelé. Il n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer les mauvaises pratiques des Centrafricains qui ont permis aux uns et autres d’exploiter nos richesses. « La RCA regorge d’énormes ressources qui sont l’objet de convoitise à cause de la mauvaise gouvernance, du népotisme, de la corruption, de détournement des deniers publics. Pendant que nous nous entretuons, les gens ont pillé et pillent nos ressources. La RCA était le premier pays d’Afrique centrale à avoir la télévision, l’université. Maintenant, c’est la roquette. Il est inadmissible qu’après 58 ans d’indépendance, les préfets habitent toujours dans des maisons coloniales. Nous n’accusons personne. Adoptons une bonne politique pour le développement de Centrafrique. Si nous ne faisons pas attention, nos enfants seront des cireurs. C’est Dieu qui sauvera la RCA car tous ont échoué. Revenons vers lui et demandons pardon. Dites que je ne volerai plus l’argent de l’Etat, des projets … Au nom du peuple centrafricain, je demande pardon à Dieu. Pardon pour les jeunes, les adultes qui ont pris des armes, les femmes. Dieu nous aime et aime notre pays. En ce troisième dimanche de l’Avent, soyez dans la joie du Seigneur. Il est proche », a-t-il fait savoir.

S’agissant de la mission qui lui a été confiée, cardinal Nzapalainga de dire, « ma tâche est lourde. Je me confie à votre humble prière. Enterrons nos haches de guerre. Promulguons le dialogue, le pardon. La division est une œuvre du diable ».

A la fin de la célébration eucharistique, l’archevêque de Douala et président de l’Association de la Conférence Episcopale de l’Afrique Centrale (ACERAC), a fait savoir, « cette honneur n’est pas fait à un homme, mais à tout le peuple centrafricain et les églises de la sous-région. Ce sacre, c’est pour les efforts déployés par Dieudonné Nzapalainga pour la paix, la réconciliation ». Quant à Matthieu Mondéka, évêque de Monila au Gabon  et Vice-président du Symposium des Conférences Episcopales de l’Afrique et de Madagascar (SCEAM) qui a tenu en haleine les croyants par des chants, a demandé au peuple centrafricain de se lever et d’aller à la rencontre de notre seigneur.

Pour boucler cette célébration eucharistique, Son Eminence Dieudonné cardinal Nzapalainga, a remercié tous ceux qui ont participé au bon déroulement de cet évènement religieux. « Dieu a semé un bon grain dans notre cœur. Ouvrons notre cœur et partageons le avec les autres. Conseillons nos frères afin qu’ils abandonnent les mauvaises pratiques. Dieu nous aime beaucoup, raison pour laquelle il nous a donné un nouvel évêque, monseigneur coadjuteur de Bambari, Richard  Apora, prêtre dominicain », a-t-il terminé.

Notons que plus de trente mille (30.000) personnes ont pris part à cet évènement. C’était dans la joie immense, avec des danses, des accolades que la cérémonie a pris fin.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire