BRIA : REFUS CATEGORIQUE DES AUTO...

Mercredi 11 Oct. 2017 : 10H9

BRIA : REFUS CATEGORIQUE DES AUTODEFENSES D’ECHANGER AVEC ADAMA DIENG,  LE MONSIEUR GENOCIDE DES NATIONS UNIES  

Adama Dieng, Conseiller juridique du Secrétaire Général des Nations Unies en matière de la prévention de génocide, séjourne à Bangui en RCA depuis  le vendredi 06 octobre 2017. Durant ces sept (07) jours de mission de travail, il va rencontrer et échanger avec les autorités centrafricaines et les Forces Vivres de la Nation (FVN) sur la situation sécuritaire et humanitaire actuelle de la RCA. Aussi, Adama Dieng, avait effectué une visite de travail à Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Kotto, pour toucher du doigt la réalité qui prévaut sur le terrain. Au cours de cette visite, il a eu à échanger avec les autorités politico-administratives déconcentrées, les notables locaux, les responsables de la société civile et des factions de la Séléka. Or, Adama Dieng devait échanger avec tous les groupes armés à Bria, mais les Autodéfenses (Anti-Balaka) ont refusé catégoriquement de le rencontrer.

Mais pour quel motif ?      

Sans nous voiler la face, nous osons dire que cette attitude affichée par les Autodéfenses de Bria face au conseiller juridique du SG des Nations Unies en matière de la prévention de génocide, le samedi 07 octobre dernier, était justifiée et fondée. Et pourquoi nous disons cela ? Tenez-vous bien et suivez nos regards !

Après les douloureux et malheureux affrontements très meurtriers à Bria et à Bangassou entre les groupes armés (factions Séléké d’une part, factions Séléka et Autodéfenses d’autre part), les différents rapports produits par la Minusca et certains hauts responsables onusiens en missions de travail en RCA, ont tous mis en exergue les « signes précurseurs d’un éventuel génocide en RCA ». Or, en réalité sur le terrain, tel ne semble pas être le cas. Et même le président de la République, professeur Faustin Archange Touadéra, avait réfuté systématiquement une telle thèse avancée par la Minusca et les Nations Unies, lors de la 72ème Assemblée Générale de l’ONU, tenue à New York au mois de septembre dernier. D’ailleurs, que font concrètement les Casques Bleus de la Minusca pour protéger effectivement les civils ? Et à quoi ont servi les multiples missions de travail des hauts responsables des Nations Unies en RCA ? Ce sont les deux (02) principales problématiques du moment qui se posent avec plus d’acuité en Centrafrique. Et ceci en matière de la protection des populations face aux tueries et autres exactions des groupes armés, et de la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. Donc, par déduction à tout ce qui se passe actuellement chez nous, les vrais auteurs de génocide en RCA sont certains contingents de la Minusca et leurs complices des factions Séléka et Anti-Balaka.  Un point, un trait.

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire