BRAVO SELEKA AUX EX-SELEKA (FPRC, RPRC, UPC ET MPC) : UN GRAND...

Lundi 24 Octobre 2016

BRAVO SELEKA AUX EX-SELEKA (FPRC, RPRC, UPC ET MPC) : UN GRAND PAS VIENT D’ETRE FRANCHI POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION NATIONALE

Un convoi de la seleka diaspora 702x336L’ex-coalition Séléka, version FPRC, RPRC, UPC et MPC, a tenu son Assemblée Général (AG) les 18 et 19 octobre 2016 à Bria, chef-lieu de la Haute-Kotto. Une recommandation spécifique à l’endroit du gouvernement et déclaration politique finale, ont sanctionné les travaux. L’AG des ex-Séléka recommande : « la reconstruction d’une NOUVELLE FORCE DE DEFENSE ET DE SECURITE REPUBLICAINE prenant en compte les ex-Séléka à hauteur de 50% ». Ils ont ressuscité un arrêté : « la prise compte de l’arrêté n°299 du 10 octobre 2013, portant incorporation des jeunes recrus dans les Forces Armées Centrafricaines ». Il ressort également de cette AG, un nouvel organigramme qui fusionne  les quatre (4) groupes armés, dont Nourredine Adam au poste de Haut Conseil Supérieur et Abdoulaye Hisseine au Conseil National de la Défense et de la Sécurité.

Les autres recommandations sont « le dédommagement des combattants victimes des conflits armés, la réhabilitation des éléments des Forces de Défense et de Sécurité radiés de leurs corps respectifs ». L’AG a également relevé les maux connus de tous qui minent les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) : « la ségrégation dans le métier des armées, la politisation des FDS, l’incapacité des FDS à préserver la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, la non prise en charge des soldats invalides ressortissants du Nord-est, victimes de conflits armés ». Ce diagnostic est déjà fait et connu du gouvernement que de la Communauté internationale, et du peuple centrafricain tout entier. C’est la réaction que tous les Centrafricains attendaient des factions encore réfractaires du FPRC, du RPRC, de l’UPC et du MPC, à savoir, renouer le dialogue avec le pouvoir de Bangui, fervent partisan de la non-violence et du dialogue. Le dialogue apporte des solutions à la paix, à la sécurité, à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale. Touadéra a battu campagne en rassembleur de tous les Centrafricains où qu’ils se trouvent.

Quand le problème est posé sur la table, il y a nécessairement une solution qui doit jaillir. Dieu a voulu que ce soit Touadéra, issu d’une minorité ethnique, qui soit aux commandes de la République et de la refondation de l’armée nationale. Il n’a aucun intérêt, d’autant plus que la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS), le rééquilibrage ethnique, la dépolitisation de l’Armée Nationale s’imposent avec acuité à tous. Le gouvernement a déjà pris une option dans ce sens, qui consiste à passer d’une armée de projection à partir de Bangui, à  une armée de garnison. Les conditions sont totalement réunies pour redonner corps à une Armée véritablement Républicaine. Le plus important pour le FPRC, RPRC, UPC, MPC, est d’intégrer le Comité Consultatif  et de Suivi du processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). C’est ce comité qui va suivre l’exécution des recommandations et de tout le processus DDRR.

Les réactions des ex-Séléka tombent à point nommé et entrent dans le panier de  Bruxelles. Tout ce qui a été dit, ne peut s’exécuter que si le pays dispose des moyens financiers adéquats pour reconstruire les FDS et dédommager les invalides. Il faut la paix pour permettre aux autorités de se concentrer sur la recherche des fonds nécessaires à la restauration totale de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire national. C’est un chronogramme qui s’étale dans le temps. Tous les groupes armés sont les acteurs principaux de tout le processus, car leur devenir et leur avenir en dépendent étroitement. Ce sont les groupes armés qui vont dérouler le chronogramme, étape après étape, jusqu’à son terme. Les plus hauts responsables doivent s’impliquer personnellement dans le Comité Consultatif et de Suivi (CCS) pour veiller au grain sur l’exécution du DDRR. Après les dix (10) groupes armés qui ont adhéré automatiquement au processus DDRR, les quatre (4) autres, FPRC, RPRC, UPC et MPC viennent de franchir le rubicon. C’est un acte à saluer et qui donne un coup de pouce à la recherche de la paix et de la Réconciliation Nationale (RN). C’est un ouf de soulagement pour tout le pays. Le DDRR, la RSS et la RN peuvent dès à présent se mettre en chantier, ce qui permettra aux populations déplacées, aux populations exilées de retrouver leurs maisons, leur pays, afin qu’ensemble, nous puissions reconstruire notre beau et cher pays. Personne d’autre ne viendra le faire à notre place. Il est maintenant question d’être vigilant pour consolider ces acquis et avancer.

Les proches parents de Bozizé se sont transformés en industriels des rumeurs les plus folles, les plus alarmantes, histoire d’embraser le pays. Le dernier cas a eu lieu dans le 5è me Arrondissement de Bangui. Des patriotes convaincus qui aiment leur pays ont pris leur courage et se sont donnés la peine de vérifier ces informations dans les quartiers, il n’en était rien. Ce qui est surprenant avec ces rumeurs diaboliques, tous les proches de Bozizé, civils comme militaires, sont tous au courant. La sale besogne consiste à opposer les deux communautés pour donner du tonus à l’embrasement du pays. Les hommes passent mais la République demeure. Les fils au feu président Patassé sont là, pourquoi ne cherchent-ils pas à mettre le pays à feu et à sang ? Bozizé est tombé, la nation demeure. Après Bozizé, il y a eu Djotodia, puis Catherine Samba-Panza et maintenant Touadéra. La page Bozizé est définitivement tournée. Si Francis Bozizé veut s’afficher, il faut attendre les prochaines élections de 2020, comme l’a si bien fait Sylvain Patassé, durant les élections de 2015. Mais distiller les rumeurs les plus folles pour embrasser le pays, cela n’honore personne. Après cinq (5) ans, le pouvoir de Touadéra repartira aux urnes et sera en chandelle. Mieux vaut se préparer à cette échéance. Les Centrafricains n’en peuvent plus, car ils ont traversé les pires souffrances, le cauchemar, l’apocalypse. L’heure est venue pour que le sourire transparaisse sur ses lèvres.                                           

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire